icon-newsletter

Episode 1 – Votre coeur est-il en paix ?

Publié le: 13 Apr 2020

Leslie Basham : Dans votre vie, ces derniers temps, quelles sont les circonstances qui menacent de vous bouleverser ?

Nancy : Si Dieu est avec vous, s’il vous entoure, s’il est votre forteresse, s’il demeure en vous, et bien nul besoin de tout comprendre.  Vous pouvez rester paisible. Vous pouvez avoir un cœur tranquille. Vous n’avez pas besoin de vivre dans la confusion car le Seigneur est Dieu. Il est avec vous, il est votre forteresse.

(Vous écoutez le podcast : « Réveille nos cœurs », le calme, la paix, est-ce que ces mots correspondent à l’état de votre cœur ? « Ça pourrait le devenir alors que nous commençons aujourd’hui la série de podcast : Comment avoir un cœur calme et tranquille)

Il n’y a pas longtemps, au travail, on a vécu des gros bouleversements sur le plan professionnel, une crise de croissance en quelque sorte, des changements qui amenaient pas mal de défis et moi j’ai eu l’impression que les eaux étaient passablement agitées.

Et c’est à cette période que je suis tombée sur un petit livre intitulé Le Stress, avec comme sous-titre : La paix malgré les pressions. C’est une de mes connaissances qui l’a écrit, et ce livre sur le stress parle en fait d’un psaume que j’avais appris par cœur il y a plusieurs années ; et c’est un psaume que j’ai appris à aimer au fil du temps.

Et alors que mon attention était à nouveau attirée par le Psaume 131 (sentez-vous libre d’ouvrir votre Bible), et que je découvrais ce petit livre, j’ignorais totalement qu’en l’espace de quelques jours les vents allaient s’intensifier et qu’on allait être exposés à une violente tempête.

Et c’est souvent comme ça que les choses se passent, vous ne trouvez pas ?  On ne sait jamais ce qui nous attend. On ne sait pas quand les vents vont se lever, et à quel moment la tempête va s’abattre sur nous.

Si on pouvait prédire les tempêtes, on arriverait à les éviter, mais la plupart du temps ces tempêtes se déclenchent et elles nous prennent au dépourvu. Voilà pourquoi c’est important d’avoir un cœur préparé, et d’avoir l’assurance que notre Dieu est le Dieu qui est présent au milieu des tempêtes.

Moi, je suis reconnaissante d’avoir lu ce livre et que mon attention ait été attirée par ce passage biblique, parce que dans les semaines qui ont suivi, ce Psaume 131 a représenté ma bouée de sauvetage littéralement, encore et encore et encore. 

Ces dernières semaines, j’ai dit à plusieurs personnes : « intéressez-vous au Psaume 131. Rentrez chez vous et lisez-le. Lisez-le dans toutes les versions que vous pourrez trouver. Vous choisissez celle que vous préférez et vous l’apprenez par cœur. Et puis vous le récitez plusieurs fois par jour, encore et encore et encore, jusqu’à ce qu’il fasse complètement partie de vous. »

Et je crois profondément que quand on fait ça, ce psaume devient quelque chose de fondamental pour notre vie. Vous traversez peut-être une de ces tempêtes actuellement. Alors vous allez réaliser qu’avec l’enseignement de ce Psaume 131, je m’apprête à vous lancer une bouée de sauvetage.

Je citerai différentes traductions de ce Psaume pendant mon enseignement, mais je vais commencer par vous lire un passage dans la version que j’ai apprise par cœur en premier.

Les trois versets du Psaume 131 sont en fait une prière que David adresse au Seigneur :

« Eternel, je n’ai pas un cœur orgueilleux ni des regards hautains, et je ne m’engage pas dans des projets trop grands et trop élevés pour moi. Au contraire, je suis calme et tranquille comme un enfant sevré qui se trouve avec sa mère, je suis comme un enfant sevré. Israël, mets ton espoir en l’Éternel dès maintenant et pour toujours ! » (NS21)

Je vois plusieurs attitudes de cœur dans ce passage. En fait, cette série de podcasts s’appelle « Comment avoir un cœur calme et tranquille », et je crois que c’est quelque chose dont on a particulièrement besoin dans ce monde.

Si on pouvait décrire notre vie de femme, en tous cas pour beaucoup d’entre nous, on ne nous décrirait pas comme des personnes qui ont un cœur tranquille. On a tendance à être crevées, hyperactives, affolées, frustrées, fragiles, et vous allez certainement trouver encore d’autres adjectifs à ajouter à tout ça.

Mais est-ce qu’on a un cœur tranquille ? On est tellement occupées ! Comment vous voulez avoir un cœur tranquille avec un rythme aussi effréné ? Il y a aussi toute la souffrance, la douleur, des problèmes et toutes ces choses qui troublent notre être intérieur. Alors ce psaume met l’accent sur certaines qualités qui doivent devenir vraies si on veut avoir un cœur tranquille pour faire face à la vie telle qu’elle est dans ce monde déchu.

Une des traductions que j’utilise intitule ce psaume : « Paix en Dieu. » et c’est vrai que ce psaume nous ramène à une simple confiance en Dieu. On va prendre le premier verset et voir l’attitude d’humilité du cœur.

Et puis on verra aussi, dans le premier verset, l’attitude de simplicité du cœur. Après, dans le verset 2, on verra comment l’humilité et la simplicité mènent à la tranquillité.

Et puis le point important du verset 3 c’est la confiance. Faire confiance à l’Eternel, c’est vraiment l’essentiel. Au beau milieu des tempêtes et des problèmes de la vie, on a tendance à se dire : oui, je sais que je dois compter sur le Seigneur, mais j’ai besoin de quelque chose d’autre !  Il me faudrait quelque chose en plus. Ça ne suffit pas !

Vous savez, j’aimerais vous dire quelque chose d’important : Bien sûr que c’est suffisant parce que Dieu est suffisant, il est suffisant.  Il n’y a aucun d’orage que vous ne pourrez traverser sans que la réponse soit finalement « Fais confiance au Seigneur. » 

La Bible a beaucoup à nous dire, elle a beaucoup à nous enseigner, des principes qu’on doit appliquer à notre vie et auquel obéir. Mais le moment venu, est-ce que nous croyons que Dieu est Dieu ? Est-ce qu’on fait confiance à Dieu qui détermine à quel moment déclencher la tempête ? Et qui décide à quel moment la calmer ? Est-ce qu’on lui fait confiance ?

Donc on va voir ensemble ce Psaume 131 aujourd’hui et dans les podcasts qui suivront aussi. La première qualité de l’humilité ressort déjà au verset 1:« Eternel, je n’ai pas un cœur orgueilleux ni des regards hautains. » Ce psaume, cette prière est adressée au Seigneur.

Alors personnellement je pourrais vous dire que je ne suis pas orgueilleuse, que je suis humble, que mes yeux ne sont pas hautains.  Mais vous ne connaissez pas mon cœur. Je pourrais vous dire que je ne suis pas remplie d’orgueil, que je compte sur le Seigneur, que je marche avec lui ; mais vous, vous n’avez pas les moyens d’en être sûre. Celui qui connaît mon cœur c’est celui à qui David adresse cette prière.

« Seigneur, tu connais tout. Tu vois tout. Tu connais la véritable condition de mon cœur, et cette prière je te l’adresse à toi. Je ne peux ni te tromper ni te mener en bateau. »

C’est devant Dieu que David épanche son cœur en toute sincérité en toute transparence : « Seigneur, comme tu le sais – et si je me trompe, je sais que tu me le montreras – Seigneur, mon cœur n’est pas orgueilleux ni mon regard hautain. »

Dans ce verset on discerne une humilité qui va dans deux directions : d’abord, un cœur humble envers Dieu, et puis un cœur humble envers les autres. Voilà ce que dit David : « Mon cœur n’est pas orgueilleux. » C’est son attitude devant Dieu. Le mot orgueilleux ça veut dire « s’envoler, être élevé, monter, être fier, s’élever sur de grandes hauteurs. »

Et David dit :

  • Dieu, je sais qui je suis par rapport à toi, et je sais que je ne suis rien comparé à toi.
  • Je ne m’estime pas plus grand que ce que je devrais. J’ai une bonne analyse de ma propre valeur.
  • Je ne suis pas centré sur moi-même.
  • Je ne suis pas facilement offusqué.
  • Je ne vais pas déprimer pas quand on me néglige ou qu’on me maltraite.
  • Je ne m’emballe pas quand les autres me font une petite tape dans le dos pour approuver ce que je fais.
  • Mon bonheur, mon bien être, ne dépendent pas de ce que les autres pensent de moi.
  • Mon cœur n’est pas hautain vis-à-vis de toi.
  • Je ne suis pas dévoré par des ambitions ou par des préoccupations égoïstes.

« Seigneur, mon cœur est humble devant toi. »

Et puis ensuite on lit : « mes regards ne sont pas hautains. » Et je crois que ça concerne le regard qu’on porte sur les autres. Le verset 17 du chapitre 6 du livre des proverbes parle de six, voire même sept choses, que le Seigneur déteste. Une d’entre elles c’est un « regard orgueilleux ou méprisant » – il est même précisé que c’est une abomination pour l’Eternel.

Et le Psalmiste nous dit là : « Je ne regarde pas les autres de haut. » Comment on fait ça, nous, concrètement ? Et bien on le fait 

  • Par le dénigrement
  • Le jugement
  • La jalousie
  • L’amertume
  • La colère
  • Un esprit de compétition
  • L’autoritarisme
  • L’empressement qu’on a à trouver la faute et à souligner les erreurs des autres, de notre conjoint, de nos enfants ou de nos responsables d’église…

« Mon regard n’est pas hautain. » Est-ce que vous êtes rapide à penser du mal des autres ? Et bien c’est ça avoir un regard hautain.

J’aime beaucoup cette citation de Charles Spurgeon qui dit : 

« Après tout, frères et sœurs, nous ne sommes personne et nous sommes issus d’une longue lignée de ‘personne’ !… Nous sommes tous descendants d’un jardinier qui a perdu sa place en volant le fruit de son Maître.  Oui le jardin d’Eden c’est le plus loin que nous puissions remonter. » 

Alors de quoi devrions-nous être fières ? Regardons d’où nous venons ! Qui on est, nous, comparées à Dieu. On n’est rien. C’est donc une folie de s’estimer soi-même mieux que les autres. On n’aura jamais un cœur tranquille, si on n’a pas un cœur humble. Il faut que notre orgueil, cet orgueil qui nous vient tout naturellement, soit soumis à Christ et soit vaincu par lui.

Mais un esprit humble est la base pour un esprit paisible. Si notre cœur est humble, on peut être tranquille on peut être posée, tout comme l’était le Psalmiste. Vous aurez l’esprit en paix. Vous ne vous laisserez pas facilement troubler.

Mais si votre cœur est orgueilleux vis-à-vis de Dieu ou si votre regard est hautain vis-à-vis des autres, si vous avez une trop haute opinion de vous-même, alors il y a bien des chances que vous soyez anéantie par les tempêtes. Vous allez être submergée par la tourmente.

Vous allez être blessée si quelqu’un viole vos droits ou ne vous traite pas comme il se doit. Si quelqu’un vient marcher sur vos plates-bandes, vous n’allez pas avoir un cœur tranquille. Vous allez immédiatement vous défendre vous allez vous dépêcher de riposter si votre cœur est orgueilleux et que votre regard est hautain.

Voilà pourquoi David dit dans ce Psaume 131 : « Seigneur, je m’approche de toi dans une attitude d’humilité. Mon cœur n’est pas orgueilleux, ni mon regard hautain. Je ne m’engage pas dans des projets trop grands et trop élevés pour moi. »

Vous savez cette phrase c’est presque devenu une sorte de mantra pour moi. Il m’arrive tellement souvent de me retrouver dans des de situations où il faut que je prenne du recule et que je dise : « C’est trop grand pour moi. C’est trop haut pour moi. Et je ne veux pas laisser mon cœur être éprouvé à cause de ce qui est trop grand pour moi. »

Dans la vie il y a beaucoup de choses comme ça. Vous savez, on veut pouvoir tout gérer. On veut pouvoir tout contrôler. Tout résoudre. On veut savoir pourquoi les choses se passent comme ça. On veut pouvoir rassembler toutes les pièces du puzzle. Mais puisque Dieu est Dieu et que nous ne sommes pas Dieu, il y a des quantités phénoménales de pièces de puzzle qu’on ne pourra jamais rassembler ici-bas vous et moi.

Donc, ce Psaume 131 nous montre comment avoir un cœur tranquille, et une des choses dont on a besoin, comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est d’avoir un cœur ou une attitude d’humilité. Mais on voit aussi qu’on a besoin d’un cœur rempli de simplicité, le cœur simple qui dit : « J’accepte de ne pas pouvoir tout résoudre. Je n’ai pas besoin de tout savoir, pas besoin de tout comprendre, pas besoin de tout régler non plus. »

La version Parole de Vie dit : « Je ne cherche pas à faire des choses extraordinaires ni des actions magnifiques qui me dépassent. Mais je reste calme et tranquille. »

Et pendant que je travaillais sur ce passage, j’ai eu plein de problèmes avec mon ordinateur, avec mon modem, et j’ai vite compris que ce verset m’était probablement destiné, parce que toutes ces choses techniques sont vraiment trop compliquées pour moi, elles me dépassent complètement. Alors je crois que ça peut concerner ce domaine en particulier, mais il y en a beaucoup d’autres encore.

Cette phrase « des projets trop grands et des choses trop élevées pour moi » ça veut dire « des projets qui sortent de l’ordinaire, des choses qui sont miraculeuses ou étonnantes, des choses qui dépassent les limites des pouvoirs humains et de la compréhension humaine, des merveilles inaccessibles, des choses qu’on ne peut pas concevoir, pas comprendre. »

En quelque sorte David dit dans ce psaume : « Je ne vais pas gaspiller mon énergie à essayer de comprendre des choses qui ne peuvent pas être comprises. » On peut penser aussi à ce passage du livre des Proverbes au chapitre 30, versets 18 et 19 qui dit la même chose : « Il y a trois choses que je ne parviens pas à comprendre et qui me dépassent : le chemin de l’aigle dans le ciel, le chemin du serpent sur la pierre, le chemin du bateau en pleine mer, mais il y en a aussi une quatrième : le chemin d’un homme vers une femme. » (BFC)

Oui il y a des choses qui restent des mystères. Des mystères que je ne peux pas comprendre, que je ne peux pas percer. Et parfois, on consacre beaucoup d’énergie, de l’énergie émotionnelle et mentale, on consacre du temps, de la frustration à essayer de sonder les profondeurs de quelque chose que nous ne pouvons pas comprendre.

Ça se produit par exemple quand on a une immense ambition personnelle, quand on se préoccupe de choses qui nous dépassent. Dans l’Ancien Testament par exemple, il y a le prophète Jérémie qui dit à Baruc (Jérémie 45.5) : « Et toi, tu rechercherais de grandes choses ? Ne les recherche pas ! » Autrement dit

  • Ne cherche pas à être élevé.
  • Ne te surestime pas.
  • Ne joue pas des coudes.
  • Ne sois pas ambitieux pour avoir un poste élevé ou pour avoir la notoriété, ou par de trop grands projets.

« Ha, si seulement je pouvais faire des choses vraiment valables pour le Seigneur. Si seulement j’étais riche. Si seulement j’avais l’approbation ou la reconnaissance des autres. »

Tout ça ce sont des choses qui sont plus élevées que ce qu’on devrait viser. Charles Spurgeon disait encore : 

« Mon frère, occupe ton espace et contente-toi de cela. Si Dieu t’amène ailleurs, sois content d’être déplacé. S’il t’emmène dans un endroit plus petit ou moins important, sois prêt à ’y aller autant que d’aller dans un endroit meilleur. N’aie aucune volonté à ce sujet. Sois un enfant sevré qui a arrêté de s’inquiéter, de pleurer, de se faire du soucis et qui laisse sa mère faire juste ce qui semble bon selon elle. Quand nous sommes complètement sevrés, c’est bien pour nous – l’orgueil a disparu et l’ambition aussi. »

Peut-être que vous vous dites : « Dans l’entreprise dans laquelle je travaille, je ne suis pas traitée comme il faut. La structure de l’organisation ne me laisse aucune place. Ça plafonne ici, on ne me laisse pas accomplir ce dont je suis vraiment capable. » Peut-être que vous vous dites : à la maison, aussi : « On ne me laisse pas l’occasion d’utiliser mes dons. »

Vous recherchez de grandes choses pour vous-même ? Alors vous n’aurez jamais un cœur tranquille si vous faites-ça. Ne recherchez pas ces choses trop grandes pour vous. Laissez Dieu être Dieu. Laissez Dieu vous placer là où il veut vous utiliser, là où il veut que vous le serviez d’une manière qui lui soit agréable, et que sa volonté soit faite dans votre vie.

Un autre domaine dans lequel on a tendance à chercher à comprendre des choses qui nous dépassent : c’est par rapport aux vérités spirituelles et théologiques. Vous n’avez pas besoin de comprendre toutes les choses profondes de Dieu ni de tout comprendre sur la pensée et la philosophie postmoderne pour pouvoir avoir un ministère efficace ou pour être une servante efficace du Seigneur aujourd’hui.

Encore une fois je vais citer Charles Spurgeon qui décrit tellement bien les choses. Il dit que c’est comme un petit enfant qui « s’attend à comprendre un livre sur la trigonométrie et qui pleure parce qu’il n’y arrive pas, ou comme un petit enfant dans les bras de sa maman qui s’énerve et qui tape du pied parce qu’il ne peut pas tenir l’Océan Atlantique dans la paume de sa main… Et pourtant, un enfant pourrait tenir l’Atlantique et le Pacifique dans ses deux mains sans qu’il y ait une seule goutte qui en déborde.  Il le ferait mieux et plus vite que vous et moi ne pourrons jamais tenir toute la Vérité de Dieu révélée à notre esprit étroit ! »

La vérité de Dieu est infinie. Nos esprits ce sont de toutes petites choses chétives, mais fabuleusement créées par Dieu. Mais on n’arrive pas à commencer de saisir l’immensité de la vérité de Dieu, de la pensée théologique, des Écritures. Voilà pourquoi on continue à chercher, on continue à analyser, à creuser, mais voilà pourquoi aussi, on réalise : « Pour moi, c’est impossible de tout comprendre. »

Il y a un autre domaine encore dans lequel je crois qu’on a tous tendance à se lancer dans de grandes affaires ou dans des choses trop grandes pour nous, et ce domaine est lié à la providence et aux choix de Dieu pour notre vie. « On dit par exemple : d’accord je ne peux pas tout comprendre sur la théologie, mais ce qui est en train d’arriver actuellement dans ma vie ça ne fait aucun sens. Et moi je veux comprendre. »

Et bien je peux vous dire que si vous avez l’impression que vous devez tout comprendre et que vous devez trouver un sens à tout ce qui vous arrive, vous allez devenir folle à force d’essayer. Parce que vous ne pouvez pas saisir la providence et les choix de Dieu pour votre vie.

Une femme nous a écrit récemment : « Je suis veuve depuis presque une année. Mon mari, âgé de 45 ans, est mort subitement, il m’a laissé avec dix enfants, âgés de 6 à 18 ans. C’est une véritable épreuve, une véritable une lutte pour ma foi. Je ne comprends pas la volonté de Dieu. Nous restons pourtant fidèles à l’église. Nous sommes très engagés. Mais ça ne fait aucun sens pour moi. »

Et je suis sûre que c’est vrai. Il y a des choses qui ne font pas sens pour nous. Pourquoi est-ce que le Seigneur m’a-t-il pris mon papa alors qu’il n’avait que 53 ans ? Il a fait une crise cardiaque, il a laissé ma maman de 40 ans seule avec 7 enfants âgés de 8 à 21 ans ? Ça n’avait aucun sens pour moi. Mais vous savez quoi ? Ça n’a pas besoin d’avoir du sens pour moi.

Dans la vie, il faut qu’on en arrive au point où on est d’accord de vivre avec le mystère. Alors ça ne signifie pas qu’on ne va pas demander à Dieu quels sont ses objectifs, qu’on ne va pas lui demander sa lumière et ses éclaircissements. Si Dieu nous répond, mais c’est super !

Mais il ne va pas nous répondre forcément. Il se peut qu’on ne comprenne pas tous ses objectifs. On ne comprendra jamais tous les buts que Dieu poursuit, pour ce qu’il fait dans votre vie.

Spurgeon a dit encore : « Ça ne sert à rien de vouloir connaître toutes les raisons de la Providence Divine – ça ne sert à rien de vouloir connaître pourquoi cette épreuve m’a été envoyée et pourquoi ceci ou cela ? … Quand nous commençons avec nos « Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?» quelle tâche interminable nous avons devant nous ! Si nous ressemblons à un enfant rassasié, nous n’allons pas  demander sans arrêt « pourquoi ? » mais nous croirons simplement que dans les bienfaits que notre Père céleste nous donne, il y a une sagesse trop profonde pour que nous puissions la comprendre.

C’est ce que la Bible dit dans Deutéronome chapitre 29, verset 28 : « Les choses cachées appartiennent au Seigneur. » (NBS) Laissons-lui la garde. Acceptons qu’il connaisse certaines choses et pas nous.

Le petit livre que j’ai lu, sur le Psaume 131 dit ceci : « La plupart des bruits dans notre vie sont générés par nos tentatives de contrôler l’incontrôlable. » Vous ne trouvez pas que c’est vrai, ça ?

On est toujours en train d’essayer de gérer quelque chose, de réparer quelqu’un, de changer l’autre, de vouloir le contrôler. Et on finit par avoir trop de bruit dans notre âme ; ça, ce n’est pas un cœur tranquille, c’est un cœur agité.

Alors, dans ce cas-là, on revient à ce qui est écrit au Psaumes 46 verset 11 : « Arrêtez et reconnaissez que je suis Dieu. Je domine sur les nations, je domine sur la terre. » (BFC)

L’Eternel, le maître de l’univers est avec nous, le Dieu de Jacob est notre forteresse.

Ecoutez bien, si Dieu est avec vous, s’il vous entoure, s’il est votre forteresse, s’il demeure en vous, et bien nul besoin de tout comprendre. Vous pouvez rester paisible, vous pouvez avoir un cœur tranquille. Vous n’avez pas besoin de vivre dans la confusion car le Seigneur est Dieu. Il est avec vous, il est votre forteresse.

Leslie : Vous venez de l’entendre, nous sommes invités à renoncer à ce que nous ne pouvons pas contrôler et à faire confiance au Seigneur. Ce message était le premier d’une série intitulée « Comment avoir un cœur calme et tranquille » ; j’espère que vous aurez du plaisir à écouter la suite.

On passe tous par des hauts et des bas. Cette série va nous apprendre garder la paix dans toutes les circonstances. Comme les tempêtes n’arrêtent pas de se succéder, dans nos vies, rappelons-nous constamment ces vérités.

Lors de notre prochain rendez-vous, on verra comment et pourquoi il est possible d’avoir un cœur calme et tranquille, même au milieu de la tempête.

Nancy : Une des choses que j’ai apprises en étudiant ce Psaume 131, c’est qu’on doit apprendre à calmer notre âme. Personne d’autre ne peut le faire à notre place. On a tendance à espérer que quelqu’un vienne s’occuper de nous ou que quelqu’un vienne nous aider à aller mieux, alors oui les gens peuvent effectivement nous encourager, nous montrer comment aller vers le Seigneur, mais à la fin, c’est nous devons imposer le calme à notre âme en lui disant : « Mon âme, calme-toi, reste tranquille, attends-toi au Seigneur. » Cette tranquillité c’est quelque chose qui vient prendre place dans notre cœur.

Nous, on a tendance à se dire : « Ah, si les choses extérieures, si les circonstances indépendantes de ma volonté changeaient… si mon mari faisait ceci ou cela… si mon travail était comme ceci ou comme cela et si mon patron faisait ci ou ça ou si mon rêve pouvait se réaliser, alors je ne ressentirais pas de tels troubles à l’intérieur de moi-même. » Mais, vous savez, c’est la tempête qui agite notre cœur.

« Mon cœur, calme-toi. » C’est un changement qui se passe à l’intérieur. J’ai appris qu’on peut changer toutes sortes de circonstances dans la vie, mais que le cœur peut malgré tout rester troublé. Et on peut avoir toutes sortes de bouleversements autour de nous, et pourtant avoir un cœur tranquille, parce que la paix dépend de ce qui se passe à l’intérieur de nous.

Alors je prend conscience de ce que je dois faire c’est de parler à mon cœur et de lui dire : « Chut, calme-toi … Eh ! arrête de crier. » Il faut parler à notre cœur. Nous adresser aux pensées qui tournent dans notre cœur, à nos peurs, à nos angoisses. Vous voyez de quoi je parle.  Ces choses qui tournent dans notre esprit – comme des frelons qui bourdonnent. Alors dire : « Eh ! calme-toi… calme-toi mon âme. »

Leslie : Voilà une attitude qui vous surprend peut-être ! La prochaine fois, nous apprendrons effectivement comment choisir la paix dans la tempête. Alors à bientôt, avec les podcasts Réveille Nos Cœurs !

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Parole de Vie (PDV) (sauf indication contraire)

ROH Podcast series: How to Have a Quiet Heart (Psalm 131)

Réveille Nos Cœurs est le ministère français de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.