icon-newsletter

Episode 4 – La patience de Dieu

Publié le: 26 Oct 2020

Leslie Basham : Quel genre de Dieu recouvre la terre d’un déluge ? Et bien c’est le même Dieu qui est prêt à offrir son pardon aux pécheurs.

Nancy Leigh DeMoss : N’oublions pas que personne n’était obligé de périr dans le déluge. Pas une seule personne. Tous ceux qui sont morts avaient largement eu l’occasion de se repentir par la grâce de Dieu.

Leslie : Voici le podcast Réveille nos cœurs et nous vous proposons d’aborder une histoire biblique bien connue avec un regard neuf. Voici la suite de la série « Noé et le Déluge : l’évangile dans l’Ancien Testament. »

Nancy : Il y a plus de cent ans, Messine était une belle ville prospère, située sur les côtes de la Sicile. Sa population comptait environ 150 000 personnes mais c’était devenu une ville où régnaient la méchanceté et le rejet de Dieu. En 1908, le jour de noël, un journal local de Messine a publié une parodie blasphématoire contre Dieu. Un article qui défiait Dieu de se faire connaître en envoyant un tremblement de terre.

Trois jours plus tard, le 28 décembre 1908, à 5 h 30 du matin, un terrible tremblement de terre et un énorme raz de marée ont complètement détruit Messine ainsi qu’une douzaine de villages aux alentours. Les estimations du nombre de morts varient entre 80 000 et 100 000 et ce tremblement de terre est considéré comme l’un des pires de l’histoire européenne.

Alors quand on lit une histoire comme celle-ci, où des hommes ont défié Dieu en lui disant : « Montre-nous que tu es Dieu. Prouve-le par un tremblement de terre. » et que trois jours plus tard, un séisme détruit la ville, on peut alors se poser la question : « Est-ce que c’est Dieu qui a provoqué cette catastrophe naturelle directement en réponse au défi lancé par ce journal ? »

Je tiens à préciser tout d’abord que ni vous ni moi on peut comprendre le cœur, les pensées et les actions de Dieu. Mais, ce qu’on sait c’est que Dieu existe et qu’il est saint. Et on regarde la sainteté de Dieu on sait aussi que tous les péchés, oui, tous les péchés, devront être jugés un jour et ils le seront.

Le problème c’est généralement que le jugement ne vient pas aussi rapidement ni aussi clairement que ce qui s’est passé pour la ville de Messine. Normalement, les conséquences, le jugement n’arrivent pas directement après le péché des humains. Parce que si c’était le cas, qui d’entre nous serait encore vivant pour pouvoir en parler ? Alors puisque le jugement ne se produit généralement pas tout de suite, alors on va se convaincre qu’il n’y a pas de conséquences à nos péchés ou qu’ils ne sont pas si graves que ça, après tout. Mais, si on regarde la Parole de Dieu, on voit que ce n’est pas vrai.

Dieu est en train de régler le problème des péchés des hommes sur notre planète et on a vu ce que ça signifie au verset 3 du chapitre 6 de la Genèse. Ce verset qui commence par « Alors l’Éternel dit. . . » On voit qu’il se trouve au milieu de plusieurs versets qui décrivent la perversion et la méchanceté totales de l’époque de Noé. « Alors l’Éternel dit : Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans. » Ce verset révèle plusieurs choses importantes sur Dieu. 

D’abord, sa patience incroyable. Dieu dit : « Mon esprit ne restera pas à toujours dans l’homme… » Mais il s’engage encore et il dit : « Je demeurerai encore dans l’homme. Je resterai en lui pendant plusieurs années. Je ne détruirai pas la race humaine immédiatement, cependant, si j’agissais ainsi, je ferais preuve de justice. »


Ce que Dieu a fait là, c’est qu’il a donné à l’homme un sursis de 120 ans. Alors vu dans le temps de Dieu, ce n’est pas très long, mais, par rapport à notre temps à nous, ça signifie que Dieu a donné aux hommes quelques générations de plus pour avoir le temps de changer de comportement, de se repentir, comme on le verra tout à l’heure.

Le verset 20 de 1 Pierre 3 nous dit que Dieu faisait preuve de patience aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche. Et combien de temps est-ce qu’il a attendu ? Et bien Dieu a attendu 120 ans avant de satisfaire sa justice. Dieu est un Dieu patient. Et ça c’est une source de joie infinie. Réfléchissez à ça. Dieu remet souvent à plus tard ses jugements afin de donner du temps aux humains pour se repentir.

Et ça le commentateur biblique Matthew Henry, il l’exprime très bien dans son commentaire sur le livre de la Genèse, voilà ce qu’il dit :

« La justice disait : Détruis-les ; mais la miséricorde est intervenue, Seigneur, laisse-les tranquilles cette année encore ; et la miséricorde a triomphé au point que c’est un répit de 120 ans qui a été obtenu… » Et le commentateur continue : « Remarquez que le temps de la patience de Dieu envers les pécheurs peut parfois durer longtemps mais qu’il est toujours limité : les répits ne sont pas des pardons. Bien que Dieu nous supporte pendant longtemps, ça ne peut pas durer indéfiniment. »

Et c’est l’autre leçon que je remarque dans ce verset. Oui, Dieu est un Dieu patient, mais sa patience a un terme. Dieu a dit : « ses jours seront de cent vingt ans. » Donc il y a une fin.

Pendant les 120 ans qu’a duré la construction de l’arche, on apprend aussi par le passage de 2 Pierre 2 verset 5 que Noé a aussi prêché pendant ce temps-là. Il a proclamé l’évangile. Il a annoncé qu’il y avait une sortie de secours. Il a proclamé, je crois, que l’homme est pécheur et que le jugement de Dieu arrive. Il a parlé de la possibilité de se repentir, de croire en Dieu et d’être épargné. Les gens ont eu la possibilité de changer de comportement, de se repentir. Cent vingt ans se sont écoulés, et puis le jugement est arrivé. 

En fait, toute l’Écriture montre qu’il arrive un moment où la coupe de l’iniquité est pleine et où les gens sont mûrs pour le jugement. Le livre de l’Apocalypse aborde beaucoup ce sujet. Il décrit les derniers jugements de Dieu sur le monde et comment le but de ces jugements est d’amener les hommes à la repentance. Les premiers jugements de Dieu sont pour corriger ; leur but est d’amener les hommes à se repentir, à changer de comportement. Mais, ils ouvrent la voie au jugement dernier, un jugement ultime et cataclysmique de Dieu. À ce moment-là, il n’y aura plus aucune possibilité de se repentir.

Apocalypse 14 verset 10 nous parle de celui qui adore la bête, c’est à dire Satan et qui reçoit sa marque : « …il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l’agneau. » C’est à dire Jésus. Donc le jugement arrive. La coupe de l’iniquité, la coupe de la colère de Dieu, sera pleine et le jugement viendra.

C’est ce qu’on peut lire aux versets 7 et 13 :

« Et l’Éternel dit : j’exterminerai de la face de la terre l’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, aux reptiles, et aux oiseaux du ciel ; car je me repens de les avoir faits… Alors Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est arrêtée par devers moi [c’est-à-dire devant moi] ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. »

Et c’est une parole d’avertissement pour celles et ceux d’entre nous qui vivent dans un monde qui s’éloigne à grande vitesse de Dieu, et qui est en rébellion contre Dieu, un monde qui devient de plus en plus pécheur. En lisant l’histoire de Noé on doit comprendre qu’il ne s’agit pas d’une histoire, d’un conte pour les enfants. C’est l’histoire de la colère de Dieu et du jugement.

On doit comprendre qu’un grand péché appelle un grand jugement. Voilà pourquoi dans les premiers podcasts de cette série sur Noé et le déluge, j’ai tellement parlé avant de la corruption, de la nature pécheresse de l’être humain, pour qu’on puisse voir que Dieu est justifié dans ses actions. En fait, il aurait tort s’il n’envoyait pas le jugement.

Dans le Nouveau Testament on peut lire dans Romains 1 verset 18 : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive… » Il y a certaines personnes qui n’aiment pas lire l’Ancien Testament parce qu’elles pensent que c’est là que se trouvent tous les jugements et la colère de Dieu ; mais que, dans le Nouveau Testament, Dieu est miséricordieux, plein de grâce, de patience.


Écoutez, le Dieu de l’Ancien Testament n’a pas changé. La seule chose qui sépare l’Ancien du Nouveau Testament, c’est la croix de Jésus qui nous permet d’être sauvés de la colère de Dieu.

Dans Colossiens chapitre 3 on trouve exactement la même chose. Il est parlé là de la débauche, de l’impureté, des passions, des mauvais désirs, de la cupidité et de l’idolâtrie. Et puis le verset 6 explique : « C’est à cause de cela que la colère de Dieu vient [sur les hommes rebelles] ». Ça fait partie du message que nous sommes appelés à croire et proclamer dans ce monde.

Mais, ce message ne plaît pas à tout le monde. Ce n’est pas ce que nos églises en quête de nouveaux fidèles ont envie de proclamer. Mais vous ne pourrez pas aider les gens avec l’évangile tant que ces gens ne sauront pas qu’ils sont des pécheurs sous le coup de la colère de Dieu et de son jugement. Dieu est déterminé à exercer le jugement pour nettoyer la terre du péché, en accord avec sa sainteté.


La bonne nouvelle c’est que, quand la Bible aborde le jugement de Dieu, elle parle toujours également du salut. Le jugement et le salut vont toujours de pair. De quoi allons-nous être sauvés ? Du jugement de Dieu. Et qu’est-ce que ce jugement de Dieu accomplit ? Il apporte la possibilité et la promesse du salut.

Leslie : Voilà la miséricorde de Dieu telle qu’elle a été révélée dans les jours juste avant le grand déluge.

Cette série « Noé et le Déluge : l’évangile dans l’Ancien Testament » nous apporte beaucoup et aide nos auditrices et nos auditeurs à reconnaître la gravité du péché. Elle nous amène à apprécier la miséricorde de Dieu et nous encourage à nous accrocher au salut qu’il a pourvu pour nous.

Nancy : Pour celles et ceux qui ne sont pas croyants la colère de Dieu et son jugement représentent un des grands problèmes de la Parole de Dieu et des actions de Dieu, particulièrement quand on lit l’Ancien Testament. Un passage comme celui que nous étudions dans la Genèse chapitres 6 à 9 les amène à se demander : « Mais quel genre de Dieu peut exterminer tous les êtres vivants de la terre, à part quelques-uns, par un déluge ? Moi, ce genre de Dieu je n’en veux pas. » Et c’est vrai qu’on peut comprendre ça pour une personne qui n’est pas croyante et qui n’a pas le cœur régénéré par Dieu. 

Mais, j’aimerais qu’on comprenne de quel Dieu il s’agit. C’est un Dieu qui est miséricordieux. Ce n’est pas seulement un Dieu de jugement et de colère mais c’est un Dieu qui est plein de miséricorde. Et c’est ce qu’on découvre dans cette histoire de Noé. Cette histoire nous montre un Dieu qui est lent à appliquer le jugement mérité. Dieu remet à plus tard son jugement. Il plaide en faveur de ses créatures humaines.

Dieu envoie Noé, celui que le Nouveau Testament appelle prédicateur, ou messager, de justice. Il a envoyé quelqu’un pour proclamer très haut la vérité et pour les avertir du jugement qui allait venir. Dieu va donner à ces gens, à ces pécheurs qui vivaient sur la terre à cette époque-là, des occasions et encore des occasions de se repentir de leurs péchés et de se tourner vers lui dans la foi.

Vous savez, c’est l’arrière-grand-père de Noé qui a donné un de ces premiers avertissements. Il s’appelait Hénoch. On ne sait pas beaucoup de choses sur lui mais ce qu’on sait c’est juste magnifique. C’est lui qui n’a pas connu la mort car il a été emporté au ciel. Il est dit de Hénoch qu’il marchait avec Dieu. C’était un homme qui sortait de l’ordinaire. Le Nouveau Testament nous apprend que Dieu lui avait révélé que le jugement venait et qu’il a prophétisé et qu’il a averti le peuple.

Vous pouvez chercher vous-même dans le Nouveau Testament ça se trouve dans la petite épître de Jude aux versets 14 et 15 : « …Hénoch, le septième depuis Adam, a prophétisé en ces termes ; Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d’impiété qu’ils ont commis… ». Ça,  c’était le message d’Énoch.


Et puis, il y a eu Mathusalem, qui était le grand-père de Noé. Mathusalem, lui, il est célèbre à cause de son grand âge : c’est quelqu’un qui a vécu jusqu’à 969 ans. D’après ce que nous savons, en fonction du témoignage des Écritures, c’est l’homme qui a vécu le plus longtemps sur la terre. Son nom, Mathusalem, ça signifie, selon certains spécialistes bibliques : « Quand il sera mort, cela sera envoyé ».

Mathusalem a vécu 969 ans, et que s’est-il passé l’année où il est mort ? Le déluge est arrivé. Mathusalem est mort juste avant le déluge. Ce vieil homme a vécu 969 ans et, à la fin de sa vie, les gens disaient de lui : « Mais combien de temps est-ce qu’il peut encore vivre ? Et quand il va mourir, qu’est-ce qui sera envoyé ? Son père disait que le jugement allait arriver. »

Alors vous voyez, c’étaient les avertissements que Dieu donnait au peuple. Dieu a révélé ses actions et il a envoyé des personnes dont la vie était un avertissement. Et, une fois que Dieu a prévenu Noé qu’il allait envoyer le jugement, il a attendu encore 120 ans, les derniers 120 ans de la vie de Mathusalem, avant de mettre en œuvre ce jugement. C’était un répit, un sursis. Alors pourquoi ?


L’Écriture nous dit pourquoi au chapitre 3 de 1 Pierre, verset 20. « …lorsque la patience de Dieu se prolongeait, aux jours de Noé, pendant la construction de l’arche… » On va encore plus loin dans l’explication avec 2 Pierre 3 au verset 9 : « Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de la promesse . . . mais il use de patience envers vous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. » Voilà le cœur de Dieu. C’est ça le cœur de Dieu, c’est un Dieu si miséricordieux, qui envoie avertissement sur avertissement pour dire : « vous n’avez pas besoin de périr. Vous pouvez être épargnés. »

On l’a vu tout à l’heure pendant ces 120 ans, Noé prêchait tout en construisant son arche. Le verset 5 du chapitre 2 de 2 Pierre nous apprend : « Si Dieu n’a pas épargné le monde ancien, mais s’il a préservé huit personnes, dont Noé, prédicateur de la justice, lorsqu’il fit venir le déluge sur un monde d’impies. » (La Colombe) Personne ne pourra jamais dire : « Dieu n’a pas été juste. Dieu ne nous a pas avertis. Dieu ne nous a pas donné de temps. Dieu ne nous a pas donné la possibilité de nous repentir, de changer de comportement. »

C’est vrai même après l’entrée de Noé et de sa famille dans l’arche. N’oubliez pas que ces gens avaient vu l’arche en construction pendant 120 ans. Ils ont bien dû se rendre compte qu’elle allait être bientôt finie cette arche. Le moment arrivait ; le jugement de Dieu se rapprochait de plus en plus. La coupe de la colère de Dieu était pleine et prête à déborder.

Alors même après l’entrée de Noé et de sa famille dans l’arche, qu’est-ce qui s’est passé ? Est-ce que la pluie a commencé à tomber immédiatement ? Non, Dieu a attendu une semaine de plus, sept jours, avant d’envoyer la pluie. Sept jours de plus pour pouvoir se repentir, pour pouvoir changer de mentalité.

Vous savez, on n’a pas besoin de beaucoup de temps pour se repentir. Mais, les gens s’en moquaient. Ils se préoccupaient seulement de leurs petites affaires Ils étaient aveugles. Ils étaient inconscients. Jésus en parle dans le Nouveau Testament, au verset 37 du chapitre 24 de Matthieu. Voilà ce qu’il dit : « Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même à l’avènement du Fils de l’homme. »

Ce qui était vrai à cette époque sera vrai dans les derniers jours, lorsque s’approchera le moment pour Jésus le Fils de l’homme de revenir sur terre. «  Car, dans les jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous : il en sera de même à l’avènement du Fils de l’homme. » C’est ce qu’on peut lire aux versets 37 et 38 du chapitre 24 de Matthieu,

 Est-ce que ce n’est pas exactement comme ça que les gens vivent aujourd’hui ? Dans nos sociétés il y a tellement de gens qui ne réfléchissent absolument pas à l’éternité. Ils oublient le jugement très proche, malgré le fait que Dieu a envoyé avertissement sur avertissement. 

Après avoir vu les avertissements de Dieu ainsi que le temps que Dieu donne aux pécheurs pour se repentir, pour changer de comportement, de mentalité, réfléchissons à ça avant de dire : « Quel genre de Dieu extermine la terre entière avec un déluge ? », n’oublions pas que personne n’était obligé de périr dans le déluge. Pas une seule personne. Tous ceux qui sont morts avaient largement eu l’occasion de se repentir par la grâce de Dieu. Et chacun d’entre eux a délibérément rejeté la grâce que Dieu lui offrait. Et il en sera de même au jugement dernier.

L’histoire du déluge dans la Bible nous est rapportée non seulement parce qu’elle est vraie, mais aussi pour nous rappeler que, comme Dieu a jugé la terre par un déluge à cette époque-là, de la même manière le jour viendra où Dieu enverra un dernier jugement, un jugement ultime et cataclysmique sur le monde, cette fois pas par l’eau mais par le feu. On peut en savoir davantage sur ce jugement en lisant 2 Pierre au chapitre 3.

Le fait est que la majorité des gens choisiront toujours le jugement. Ils choisissent de périr plutôt que de s’humilier, de se repentir, de changer de comportement, de mentalité, de croire Dieu, d’accepter sa grâce et de se donner à lui. Par conséquent, Dieu est complètement juste dans ses jugements. 

On va lire les versets 1 à 11 du chapitre 16 du dernier livre de la Bible, le livre de l’Apocalypse. Ce sont des versets qui décrivent à quoi va ressembler le jugement dernier de Dieu sur la terre.

« Et j’entendis une voix forte qui venait du temple, et qui disait aux sept anges : Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu. Le premier alla, et il versa sa coupe sur la terre. Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image.

Le second ange versa sa coupe dans la mer. Et elle devint du sang, comme celui d’un mort ; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer.

Le troisième ange versa sa coupe dans les fleuves et dans les sources d’eaux. Et elles devinrent du sang. Et j’entendis l’ange des eaux qui disait : Tu es juste, Seigneur, toi qui es, et qui étais ; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement. Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire : ils en sont dignes. Et j’entendis un autre du côté de l’autel qui disait : oui, Seigneur Dieu tout puissant, tes jugements sont véritables et justes.

Le quatrième ange versa sa coupe sur le soleil. Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu ; et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom du Dieu qui a l’autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.

Le cinquième ange versa sa coupe sur le trône de la bête. Et son royaume fut couvert de ténèbres ; et les hommes se mordaient la langue de douleur, et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres. »

Est-ce que ça ne vous fait pas penser à l’Égypte, lorsque Dieu a envoyé les dix fléaux, les dix plaies sur Pharaon ? Les jugements se sont succédé l’un après l’autre. Dieu disait : « Repentez-vous, changez de comportement, changez de mentalité. Croyez à l’évangile. Placez le sang sur le linteau des portes. Vous pouvez être sauvés. Allez dans l’arche. Vous pouvez être sauvés ! Tournez-vous vers le Christ, croyez-le ! Repentez-vous ! Changez de chemin ! »

Ce sont des prédicateurs de justice ; des gens qui proclament la vérité. Il y en a peut-être parmi vous qui ont entendu ce genre d’appel, ces messages, peut-être semaine après semaine, repentez-vous, changez de mentalité, changez de chemin. Croyez à cette bonne nouvelle de l’Évangile.   Soyez sauvés de votre péché. Mais peut-être que vous ne voulez pas changer de comportement, changer de mentalité, vous repentir. Mais quand ce dernier jugement arrivera, vous ne pourrez jamais dire : « Seigneur, je ne savais pas. Tu ne m’as pas avertie. Tu ne m’as pas donné la possibilité d’être épargnée. » 

Personne n’est obligé de disparaître à tout jamais. Dieu aimerait que personne ne perde la vie,  il aimerait que chacun arrive à la repentance. Oui vraiment quel Dieu incroyablement miséricordieux, patient, plein de grâce et d’amour nous avons, et nous le voyons même au milieu du jugement.

Leslie : Quelle incroyable leçon d’espoir grâce à une histoire biblique bien connue. Au cours de cette série « Noé et le Déluge : l’évangile dans l’Ancien Testament », nous vous avons parlé d’un excellent livre à lire par la suite. Comme l’enseignement de cette série, le livre La Bible te raconte Jésus vous montrera comment l’évangile est annoncé dans tout l’Ancien Testament.

Nancy : Ce livre est évidemment très utile pour les familles qui essayent de consacrer du temps à prier et à louer Dieu chaque jour en famille et à lire la Bible avec leurs jeunes enfants. Mais, je crois que c’est également un excellent livre pour les enfants plus âgés, mais aussi, mais oui, pour les adultes.

En fait, il y a deux ans à peu près, j’ai assisté à un séminaire d’une semaine sur les Béatitudes et le professeur a lu La Bible te raconte Jésus à sa classe d’étudiants, des futurs pasteurs. Il a lu la partie de ce livre qui concerne le Sermon sur la montagne et il s’en est servi pour montrer combien c’est important d’établir des liens entre toutes les histoires de la Bible. Et tous les adultes qui étaient là, ont trouvé la lecture de ce livre passionnante !

Leslie : Alors, que vous ayez des enfants, ou que vous soyez simplement quelqu’un qui aime les bonnes histoires ou encore un professeur qui forme les futurs enseignants de la bible, j’espère que vous allez acheter le livre : La Bible te raconte Jésus.

Mais au fait, pourquoi Dieu sauve-t-il les pécheurs ? Pourquoi est-ce qu’il ne les élimine pas tout simplement ? Nous aborderons cette question dans le prochain épisode de cette série, dont voici déjà un court extrait.

Nancy : Au bout du compte, il ne s’agit pas seulement de vous, le salut de Dieu n’est pas principalement centré sur vous. Tout est centré sur Dieu. Il s’agit pour Dieu de montrer au monde la richesse de sa grâce et de son salut. Il est question de ses projets de rédemption pour ce monde. Votre salut va encore bien au-delà de vous. Il est plus grand que vous.

Leslie : Préparez-vous à apprécier la grâce et la gloire de Dieu lors de la prochaine diffusion de Réveille nos cœurs.

 

***

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910, (sauf mention contraire.)

Réveille Nos Cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, une initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth. 

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.