icon-newsletter

Episode 1 – Une lueur d’espoir

Publié le: 05 Oct 2020

Leslie Basham « Ce que font des adultes consentants entre eux n’a pas d’impact sur d’autres personnes. ». Avez-vous déjà entendu ça ? Eh bien, ce n’est pas vrai.

Nancy DeMoss Wolgemuth : Si vous voulez gâcher votre propre vie, c’est une chose, et j’espère bien sûr que vous ne le ferez pas. Mais, en fait au-delà de vous, ça aura une influence sur toute une société.

Leslie : Voici le podcast Réveille nos cœurs.

On vous propose d’aborder une histoire bien connue, sous un angle différent. Nous commençons aujourd’hui une étude approfondie intitulée : « Noé et le Déluge » : l’Évangile dans l’Ancien Testament. 

Nancy : Même si vous ne connaissez pas du tout la Bible, vous avez certainement déjà entendu parler de Noé et du Déluge. Il s’agit probablement d’une des histoires les plus connues de la Bible et c’est aussi un thème populaire dans certains pays. On trouve même des petites figurines de l’Arche de Noé, en bois, on les trouve dans pas mal de magasins. Il y a certaines qui sont vraiment très jolies, et on trouve aussi ce thème sur des papiers peints, sur des plats, des nappes ainsi que dans des comptines pour enfants.

De nombreux savants ont essayé d’ignorer cette histoire ou de la démystifier ou de la discréditer en affirmant qu’il s’agit d’une légende ou d’un conte religieux. En fait, bien des découvertes archéologiques ont révélé que beaucoup de civilisations antiques ont leur propre version de l’histoire du déluge. C’est des versions qui ressemblent souvent à l’histoire de la Genèse, mais en général, ces versions-là parlent d’un grand nombre de dieux et de déesses. Il s’agit certainement des variations de l’histoire originale qui ont été transmises de génération en génération. 

Mais, pour notre série de podcasts, il est important de se rappeler que l’histoire de Noé et du Déluge, ce n’est pas un conte de fées et que l’Ancien Testament comme le Nouveau Testament reconnaissent cette histoire comme un récit authentique, basé sur des faits historiques. Donc il ne s’agit pas d’une simple petite histoire imaginaire.

En fait, ces dernières semaines, pendant que je méditais sur ces chapitres du livre de la Genèse, j’en suis venue à comprendre, à réaliser qu’il s’agit d’une des histoires les plus importantes de tout l’Ancien Testament.

En fait, cette histoire en fait préfigure la croix du Christ. Elle raconte l’histoire de la nature de l’homme en état de péché, comme on le dit, et elle nous donne une illustration frappante du jugement et de la colère de Dieu. Cette histoire nous montre ce que Dieu pense du péché, son regard sur le péché.


Mais, elle nous révèle aussi de façon merveilleuse l’incroyable grâce de Dieu, le Dieu qui a fait une alliance avec son peuple et le Dieu sur lequel on peut compter pour qu’il garde, qu’il maintienne son alliance ; le Dieu qui délivre de la colère et du jugement. On va découvrir tout ça et encore plus à travers l’histoire de Noé. 

Je crois que l’histoire de Noé comporte un double message, un double objectif, une double réponse. L’histoire concerne d’abord les personnes qui ne se sont jamais repenties, qui n’ont jamais voulu changer de comportement. Et le message de l’histoire de Noé les avertit du jugement qui va arriver, et les appelle à se repentir, à changer de comportement et à croire l’Évangile. Ensuite, c’est un message d’espoir et d’encouragement pour ceux qui croient en Dieu, pour ceux qui marchent avec Dieu, et pour ceux qui sont entrés dans l’arche par la foi.

Alors, quelle sera notre réponse une fois qu’on aura découvert cette grâce et cette miséricorde de Dieu ? A ce moment-là, on fera la même chose que Noé. On va réagir avec reconnaissance, avec adoration et sacrifice. On donnerait notre vie pour un Dieu comme ça, si on comprenait ce qu’il a accompli en nous sauvant de son incroyable colère qui va venir et si on prenait le temps d’y réfléchir.

Et comme dans toute l’histoire de la Bible, l’histoire de Noé comporte trois types de personnages principaux. Les premiers sont les incroyants, ceux qui vont vers une destruction certaine. Et là, encore, l’appel qui leur est adressé c’est de croire l’évangile et de se repentir de leurs péchés, c’est-à-dire de changer de comportement, changer de mentalité.

Les seconds personnages, ce sont ce qu’on appelle les justes, ceux qui croient en Dieu. Ils sont justifiés par la foi et ils sont couverts par la grâce de Dieu. Ce sont des gens qui sont couverts par sa miséricorde. Des gens qui seront délivrés de la colère de Dieu, et non pas détruits par cette colère. Ils ont été appelés à adorer Dieu et à lui obéir.

Et quelle est la troisième personne importante de ce récit ? Et bien comme dans tous les récits bibliques c’est Dieu. C’est lui, le personnage principal. On voit un Dieu qui est aux commandes, un Dieu de jugement et de colère, mais aussi un Dieu dont la miséricorde et la grâce sont incroyables. Donc, pendant cette série, on va découvrir le monde dans lequel Noé vivait, et ce monde vous verrez, ressemble beaucoup à celui dans lequel nous vivons actuellement. Et on va étudier Noé lui-même et puis on en tirera des leçons sur la façon dont on peut marcher avec Dieu dans un monde où sévit le mal. Ce n’est pas facile, mais c’est possible. On va découvrir ensemble les projets souverains de Dieu, sa grande stratégie de rédemption pour ce monde et tout ce que ça représente pour nous, maintenant.

Avec Réveille nos cœurs, on fait souvent des émissions, des podcasts sur des sujets comme l’intimité dans le mariage ou comment éduquer, élever nos enfants. Et ce sont des thèmes qui sont très pratiques, et concrets, et qui provoquent toujours beaucoup de réactions de la part de nos auditeurs et auditrices. Et quand je préparais cette série, il y a quelque chose en moi qui pensait que l’histoire de Noé ce n’était pas aussi concret que certains des sujets qu’on aborde de temps en temps. Et maintenant, je vois à quel point il est essentiel qu’on comprenne le cœur de Dieu, son caractère et la façon dont il agit avec nous.

Donc aujourd’hui, j’aimerais parler du contexte et des évènements qui ont entraîné le Déluge pour qu’on puisse comprendre comment ce récit s’inscrit dans l’histoire humaine. Et pour cela on va ouvrir nos Bibles au chapitre 5 de la Genèse.

Pour celles et ceux qui sont un peu moins familiers avec la Bible, je vous rappelle que les deux premiers chapitres de la Genèse, le premier livre de la Bible, racontent l’histoire de la création de l’être humain. Et le troisième chapitre de la Genèse parle du moment où l’être humain tombe sous l’esclavage du mal, on l’appelle parfois la chute de l’homme dans le péché.

Et à partir de ce moment, on va toujours trouver deux lignées de personnes dans le reste de la Bible : ceux qui aiment Dieu et ceux qui ne l’aiment pas. D’un côté les croyants et de l’autre côté les incroyants. Ceux qui obéissent à Dieu et de l’autre côté ceux qui se révoltent contre lui. Et ces deux lignées sont extrêmement différentes.

Voilà pourquoi, quand on arrive au quatrième chapitre de la Genèse, on voit Caïn, le fils d’Adam et Ève, qui se rebelle contre Dieu. Et il tue son frère Abel. C’est la première fois dans la Bible où on trouve le terme « péché ». Abel est le premier à agir mal… Enfin, ce n’est pas lui qui a commencé, c’est Adam et Ève. Mais Caïn perpétue cette lignée d’incroyants.

Si vous lisez le chapitre 4 de la Genèse vous verrez que beaucoup des descendants de Caïn, étaient des gens doués. C’est des gens qui ont construit des villes. Ils ont accompli des grandes choses mais ce sont des gens qui ne comptaient que sur eux-mêmes. Ils refusaient de reconnaître Dieu. Ils ont réussi d’une certaine façon sur le plan humain, mais ils ont réussi sans Dieu.

Mais, à la fin du chapitre 4 de la Genèse, on voit une lignée différente : c’est a lignée de Seth, un autre fils qu’Adam et Ève ont eu par la suite.  C’est la lignée juste, la lignée qui aimait Dieu. Et après la naissance de Seth, il est écrit que « c’est alors que l’on commença à invoquer le nom de l’Éternel ». Et qu’est-ce qui se passe quand on se met à invoquer nom du Seigneur ? Et bien on est sauvés. Il y a donc dès le départ, ces deux sortes de personnes.

Dans les deux premiers versets de Genèse 5, on voit que Dieu a créé l’homme à sa ressemblance « Il créa l’homme et la femme, il les bénit… » Donc, on voit que l’homme a été créé à l’image de Dieu. L’être humain est béni et il est destiné à vivre pour toujours, et non pas à mourir.

Genèse 5 c’est un chapitre de généalogie, vous savez ce genre de chapitre qu’on a tendance à zapper très facilement quand on lit la Bible. Mais, c’est un chapitre très important, et vous remarquerez tout de suite certaines choses.

Par exemple, d’abord vous verrez qu’à cette époque, les gens vivaient longtemps : 900 ans, 800 ans, 700 ans. L’environnement avant le Déluge, permettait de vivre plus longtemps. Il y a certains savants bibliques qui pensent que c’est probable que la terre était protégée par une couche d’eau qui filtrait les rayons UV ces rayons du soleil qui sont nuisibles. Et cet environnement aurait permis de vivre plus longtemps qu’aujourd’hui.

Mais quand on lit attentivement le chapitre 5, on remarque une phrase qui revient huit fois, si j’ai bien compté : « Puis il mourut. » tel homme a vécu ; il a eu des enfants et il mourut. Et puis, son fils a vécu pendant tel nombre dannées, il a eu des enfants et il mourut. Et ainsi de suite.

Tous ces gens ont vécu de longues années. Mais, ils sont tous morts. C’est la conséquence du péché. C’est l’accomplissement de ce que Dieu avait dit à Adam : « Si tu manges de ce fruit, tu mourras. Tu vas mourir spirituellement et, au bout du compte, tu vas mourir physiquement. » Quand on lit le cinquième chapitre de la Genèse, on se rend compte que l’histoire de l’homme, de l’être humain est triste, elle est monotone dans ce monde perdu. Franchement c’est déprimant. C’est désespérant. Oui, tel ou tel homme vécut tant d’années, mais, ensuite… il mourut.

Mais, au milieu de ce récit déprimant, demeure une lueur d’espoir, parce qu’avec Dieu, il y a toujours de l’espoir. C’est un Dieu de grâce qui nous donne l’espoir. Et, aux versets 21 et 24 du chapitre 5, on lit que, un certain Hénoch a échappé à la malédiction de la mort. Un homme. Un seul homme, Il est le seul homme dans ce chapitre dont il n’a pas été dit : « Il mourut. » C’est un homme qui marchait avec Dieu. Il était de la lignée de la foi. Il était de la lignée juste.

Et c’est ça qui nous donne l’espoir qu’on n’est pas obligés de mourir, que spirituellement, on peut avoir la vie éternelle, qu’on peut marcher avec Dieu. Et puis, au verset 29, on trouve la première référence à Noé. On va aborder ça un peu plus tard dans la série. Mais on voit que déjà, à sa naissance, il est dit de lui qu’il réconforterait ceux qui étaient sous la malédiction du péché.

Alors oui, il y a un espoir dans ce monde perdu. Et la grâce persiste dans ce monde perdu. La bénédiction existe dans ce monde maudit. Et, bien sûr, ces lueurs de grâce et d’espoir pointent vers un Sauveur, celui qui viendra sauver et délivrer le monde du mal. Est-ce que vous vous rappelez les paroles de ce cantique de Noël ?

Minuit ! Chrétiens, c’est l’heure solennelle

Où l’homme Dieu descendit jusqu’à nous,

Pour effacer la tache originelle

Et de son père arrêter le courroux :

Le monde entier tressaille d’espérance

À cette nuit qui lui donne un sauveur

Je ne sais pas si c’est le cas pour vous aussi, mais vous savez les fois où on écoute des nouvelles ou quand on lit tout ce qui se passe dans le monde, on peut vraiment se sentir accablés. Et ce qui nous viendrait tout de suite à l’esprit c’est que, aujourd’hui le monde va de plus en plus mal. Mais en lisant le chapitre 6 de la Genèse, j’aimerais qu’on comprenne que ce n’est pas vrai. Il y a eu des époques extrêmement sombres dans l’histoire de ce monde et vous allez voir que cette série sur Noé et le Déluge fait justement partie de l’une de ces périodes.

Donc maintenant on va se tourner vers le chapitre 6 de la Genèse. Et aujourd’hui on va étudier les premiers versets. Et pour bien saisir le contexte, je vais lire dès le début , à partir du premier verset.

« Lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier sur la face de la terre, et qu’ils eurent des filles, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent ». (Versets 1–2).

Alors en agissant comme ça, ils n’ont pas obéi à la volonté de Dieu et on va comprendre pourquoi, parce que le verset 3 nous dit :

« Alors l’Éternel dit : Mon esprit ne contestera pas à toujours [une autre version dite :ne luttera pas indéfiniment] dans l’homme, car l’homme n’est que chair, et ses jours seront de cent vingt ans ».

Là on comprend qu’il y a quelque chose qui ne va vraiment pas. Dieu dit qu’il en a assez, qu’il va mettre fin à cette situation. On continue la lecture.

« Les géants étaient sur la terre en ces temps-là, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont ces héros qui furent fameux dans l’antiquité. L’Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre, et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. (Versets 4–5).

On va maintenant directement au verset 11 :

« La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute l’humanité suivait la voie du mal». (versets 11–12).

Vous voyez là que l’accroissement de la population a été accompagné d’une augmentation du péché. Là où la population abondait, le mal abondait aussi. Et, je suis heureuse de vous dire que, là où le péché abondait, la grâce de Dieu abondait encore plus. On abordera ça encore plus tard dans la série.

Mais donc, au début de ce chapitre, notre attention est attirée sur deux groupes de personnes, des personnes mauvaises. Aujourd’hui on va examiner le premier groupe et, la prochaine fois on verra le deuxième groupe. 

Le verset 2 nous dit que : « les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles… » On est là en présence d’un groupe de personnes donc les fils de Dieu qui ont épousé les filles de l’homme. C’est le premier groupe de personnes. Et le deuxième groupe se trouve dans le verset 4, ce sont les Néphillim ou les géants (selon les versions bibliques). On en reparlera lors du prochain podcast.

Alors maintenant, qui sont ces fils de Dieu qui prirent pour femmes les filles de l’homme, et qu’est-ce que ça veut dire ? Alors, je vais vous le dire d’emblée, moi je ne sais pas. Il y a des savants bibliques qui ont différentes opinions sur la nature de ces « fils de Dieu » et de ces « filles de l’homme ». Il y a toutes sortes de débats sur le sujet.

J’aimerais juste mentionner les trois principales interprétations qui sont suggérées par les commentateurs : il y a certains qui pensent que les « fils de Dieu » c’était des anges qui ont cohabité avec des femmes, donc des femmes de la race humaine. C’est une position qui est fondée sur le fait que, dans d’autres endroits de la Bible, les termes « fils de Dieu » désignent des anges.

Mais, la plupart des savants sont d’avis que ce n’est pas vraiment de qui il s’agit dans ce cas-là. La Bible nous dit que les anges n’ont pas de corps, et Jésus a dit que les anges ne se marient pas. Alors, probablement il ne s’agit pas des anges.


Il reste deux autres points de vue et je pense que l’un ou l’autre pourrait être vrai. Il y a des personnes, notamment Matthew Henry, qui est un commentateur biblique bien connu, qui pensent que les « fils de Dieu » désignent la lignée de Seth, donc ce fils d’Adam et Ève, cette lignée de gens qui aiment Dieu, et que les « filles de l’homme » désignent la lignée rebelle de Caïn. Ces deux lignées, celle qui aime Dieu et celle qui est en révolte contre Dieu, ont commencé à être attirées l’une par l’autre et à se marier entre elles, et ça a produit cette génération de personnes corrompues et mauvaises. Ça c’est une explication possible.

Il y a une troisième interprétation qui je pense est également possible. Elle est un peu plus compliquée, je ne vais pas entrer dans les détails. Mais ce terme les « fils de Dieu » pourraient désigner des anges déchus ou des démons qui se trouvaient dans des corps d’humains, donc des humains qui étaient possédés, si on peut dire les choses comme ça. Il y a de bonnes raisons de croire que ça pourrait être le cas. Dans l’épître de Jude, dans la seconde épître de Pierre, on voit que des hommes peuvent effectivement être possédés par des démons, par des anges déchus.

Ce qu’on peut voir dans la Bible c’est que ces hommes possédés par les démons étaient très puissants, très forts. Ils étaient aussi lubriques, remplis de passion sexuelle. Ils étaient aussi dominateurs. C’étaient des hommes mauvais, démoniaques, vraiment. C’étaient peut-être des dirigeants de la terre. En tous cas ils avaient beaucoup d’influence. Et, quand ces hommes puissants, démoniaques, ces « fils de Dieu » comme on le lit, ont épousé les « filles de l’homme », ça a produit cette génération violente, corrompue, mauvaise. 

Je ne crois pas qu’on puisse savoir avec certitude quelle est la bonne interprétation, et au fond, je crois que ça n’a pas tellement d’importance dans le cadre de notre étude. Ce qui compte c’est que les tenants et les aboutissements sont clairs. On voit nettement que les « fils de Dieu », quels qu’ils soient, ont épousé ces « filles de l’homme » et que ce n’était pas une bonne chose.

Ces hommes ont épousé ces femmes en se basant principalement sur une attirance physique. Ce sont des hommes et des femmes qui ont vécu leurs vies indépendamment de Dieu. Ça veut dire qu’ils ont fait ce qu’ils voulaient, comme on l’a lu dans ce passage : « ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent » et ils se sont mariés pour satisfaire en fait leurs convoitises leurs bas instincts sexuels. Ils n’ont pas considéré le mariage comme une union sacrée, sainte. Ce sont des gens qui se sont mariés en dehors de Dieu, en dehors de la foi.

Et c’est vraiment cette ’image très forte que nous avons dans 2 Corinthiens 6 de ne pas nous mettre sous un joug qui n’est pas celui du Seigneur. Ce sont des gens qui n’allaient pas ensemble. Et 2 Corinthiens 6 nous dit :

« Ne vous mettez pas avec des incroyants sous un joug qui n’est pas celui du Seigneur, car ce qui est juste peut-il s’unir à ce qui s’oppose à la loi de Dieu ? C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur » … (versets 14,17) 

On est appelé à vivre une vie sainte, une vie qui est différente de celle du monde autour de nous. Et c’est cette vie-là qui aura un impact autour de nous, sur nos actions, sur la façon dont on travaille, sur la manière dont on vit et sur notre choix d’un conjoint.

On en revient maintenant à Genèse 6. Ce chapitre qui nous fait découvrir l’importance du mariage et de la famille. Dans l’absolu, quand vous décidez d’épouser quelqu’un, et je sais que on a parmi nos des auditrices, des jeunes femmes qui nous écoutent… Et j’aimerais faire là un appel fervent à celles d’entre vous qui sont plus jeunes, qui ne sont pas encore mariées. Quand vous décidez d’épouser quelqu’un, en fait, vous n’êtes pas la seule concernée par ce choix. Alors bien sûr que ça a un impact sur vous, mais, vraiment, faites bien attention à vous marier selon la volonté de Dieu parce que vous vivrez pendant des années et des années avec les conséquences du choix que vous aurez fait.

Si vous faites un choix selon Dieu, vous vous réserverez des années de bénédiction… pas forcément des années de facilité, parce que même le meilleur des mariages demande du travail et il a aussi besoin de la grâce de Dieu. Mais, si vous vous mariez en dehors de la volonté de Dieu, il faut vous vous attendre à des années de souffrance, de chagrin, et à un cœur brisé.

Alors, vraiment, prenez garde à avec qui vous vous mariez, car ça aura des conséquences sur vous. Mais, j’aimerais vous dire aussi que le choix d’un conjoint aura aussi des effets autour de vous. Alors si vous voulez gâcher votre propre vie, c’est une chose, et j’espère bien sûr que vous ne le ferez pas. Mais, en fait, au-delà de vous,  votre mariage aura une influence sur toute une société. 

Ce qu’on voit dans la Genèse, c’est que quand ces « fils de Dieu » ont épousé les « filles de l’homme », ils se sont mariés en dehors de la volonté de Dieu. Ils se sont mariés en dehors de la foi. Ils se sont mariés pour de mauvaises raisons, pour des motifs superficiels, pour des raisons de sensualité. Et en fin de compte, ces mauvais choix conjugaux ont produit une société qui devenait de plus en plus mauvaise et dépravée. Ça ne s’est pas arrêté à un seul mariage.

 Vous comprenez, votre mariage, si c’est un mariage selon Dieu, peut avoir un effet et une influence sur ce monde pendant des générations à venir. C’est pourquoi, c’est important d’investir des efforts dans votre mariage.

Et voilà pourquoi c’est important aussi, de bien réfléchir avant de se marier. On peut se poser la question, est-ce que  ce mariage va contribuer de façon positive à l’avancement du règne de Dieu dans ce monde ? Alors, n’épousez pas quelqu’un simplement parce que vous êtes tombés amoureux. Demandez à Dieu : « Est-ce que cet homme, est-ce que cette femme, est ton choix pour ma vie ? » Demandez des conseils selon Dieu par exemple à vos parents, à des conseillers ou à des dirigeants spirituels.

Et j’aimerais encore dire à celles d’entre vous qui ne sont pas encore mariées. Si vous pouviez lire certains des e-mails que j’ai reçus au fil des années de la part de femmes qui s’étaient mariées contre l’avis et l’autorité de leurs parents, contre les conseils inspirés par Dieu, ou des fois même contre leur propre jugement. Et ces femmes ont épousé des hommes qui étaient impliqués dans toutes sortes de choses mauvaises, ou des hommes caractériels, en fait, des choses qu’elles auraient dû voir avant.

Si vous épousez quelqu’un qui a des antécédents liés aux drogues, à la rébellion, à la pornographie et à l’immoralité, tout ça comporte très souvent, des associations démoniaques. Alors je ne veux pas en faire tout un plat, mais ce que je suis en train d’essayer de vous dire, c’est que le choix de votre conjoint est très, très important.


Il y a tellement de femmes qui m’ont écrit des années plus tard pour me dire, « mais si seulement je ne m’étais pas mariée en dehors de la volonté de Dieu. » Et aujourd’hui, il y a des milliers et des milliers de chrétiennes qui feraient n’importe quoi pour pouvoir revenir en arrière et pour annuler les mauvais choix qu’elles ont faits quant à leur choix d’un conjoint.

Mais je vous rappelle que notre Dieu, c’est un dieu de rédemption. Il y a certaines d’entre vous qui se retrouvent actuellement dans ce genre de situation douloureuse. Mais, on ne peut pas revenir en arrière, on ne peut pas annuler nos choix. Néanmoins, la grâce de Dieu, elle est là. Et sa miséricorde demeure. Vous pouvez marcher avec Dieu même au beau milieu d’un mariage très difficile.  Mais en   l’occurrence, je voulais m’adresser à celles qui sont encore célibataires et je le répète encore une fois, n’épousez pas un homme qui n’est pas selon le cœur de Dieu, quelqu’un qui ne marche pas avec Dieu.

Le chapitre 6 de la Genèse nous montre que les mariages sans Dieu, entraînent l’augmentation de la méchanceté, de la violence et de la corruption. Et d’une génération à l’autre, ça ne fait qu’empirer. Mais les mariages selon Dieu, les mariages saints produisent une lignée juste et ils ont un impact sur les générations suivantes pour le règne de Christ.

Alors j’aimerais qu’on puisse prier ensemble, maintenant. Père, j’aimerais prier aujourd’hui pour nos auditrices célibataires, pour les jeunes femmes qui sont à l’écoute, et je te demande de les guider dans le choix d’un conjoint et de les diriger vers lui. Et que leur mariage puisse produire un fruit, une descendance, une lignée juste qui puisse toucher notre monde pour Christ. Je te prie cela dans le nom de Jésus. Amen.

Leslie : Ce sont là des applications très pratiques de l’histoire de Noé.

Aujourd’hui, nous commençons une série appelée « Noé et le Déluge : l’Évangile dans l’Ancien Testament. » Cette série nous rappellera continuellement que les récits de l’Ancien Testament sont riches de sens. Est-ce que vous pensez à transmettre ces histoires importantes à la prochaine génération ? Eh bien, nous aimerions vous aider à le faire en vous encourageant à obtenir un exemplaire du livre,  La Bible te raconte Jésus. L’auteur et l’illustrateur démontrent avec efficacité que Jésus est au centre du grand récit narratif de la Bible. Les livres comme celui-ci peuvent faire une grande différence dans la vie d’un enfant. En voici un exemple…

Nancy : Vous savez, pour a part, je suis tellement reconnaissante d’avoir grandi dans un foyer où mes parents faisaient vraiment un effort pour qu’on puisse prier,  louer Dieu en famille. Alors on ne le faisait pas chaque jour et, il y a des fois, c’était vraiment difficile avec des enfants d‘âges différents, mais mes parents croyaient que c’était réellement important qu’on se réunisse, tous, souvent à l’heure des repas, pour écouter la Parole de Dieu.

Et en fait, quand j’ai voulu personnellement en venir à la fois en Jesus Christ à l’âge de quatre ans, c’était quand mes parents me lisaient un livre d’histoires bibliques pour enfants.  Voilà pourquoi j’ai été très contente de voir la récente publication d’un nouveau livre d’’histoire biblique qui s’appelle La Bible te raconte Jésus (vous pouvez très facilement le trouver ou le commander sur internet et je crois que ce livre est une grande ressource pour des parents qui aimeraient lire les histoires bibliques à leurs enfants. 

Leslie : Le livre de la Genèse semble parler de géants qui vivaient sur la terre avant le Déluge. Qu’en pensez-vous ? Nous aborderons cette question dans le prochain épisode. N’oubliez pas de revenir écouter Réveille Nos Cœurs !

***

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910 (sauf indication contraire).

Réveille nos cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.