icon-newsletter

Episode 3 – Lire en réfléchissant

Publié le: 18 Jan 2021

Leslie Banham : Lorsqu’on se plonge dans les Ecritures, on doit parfois ralentir. 

Nancy Leigh DeMoss : Vous ne pourrez jamais connaître le cœur de Dieu si vous ne connaissez pas la Parole de Dieu. Et vous ne connaîtrez pas la Parole de Dieu si vous parcourez rapidement son contenu sans apprendre à la lire attentivement.

Leslie : Voici le podcast « Réveille nos cœurs ! » Et nous continuons la série « Entrer dans la Parole et laisser la Parole entrer en nous ». À l’ère des smartphones, des blogs et des réseaux sociaux, vous emmagasinez probablement très vite des quantités d’informations. Vous pourriez peut-être être tentée de tout faire rapidement. Mais il y a des moments où vous devez vous arrêter et savourer ce que vous lisez. Voici quelques explications.

Nancy : Dans ma famille – je suis l’aînée de sept enfants – mon père voulait qu’on grandisse en ayant certaines compétences et il nous a encouragés à les exercer dans la vie de tous les jours. Et une de ces compétences c’était de pouvoir lire rapidement. Il estimait que pouvoir lire rapidement ça donnait un avantage dans la vie. Et je lui en suis tellement reconnaissante. Mais tout en nous encourageant à apprendre à lire rapidement, il nous a rappelé qu’il y avait deux choses qu’il ne faut jamais lire rapidement : d’une part les lettres d’amour et d’autre part la Parole de Dieu.

Alors j’étais longtemps célibataire, avant de connaitre mon mari, Robert, donc je n’ai pas eu beaucoup d’expériences concernant les lettres d’amour, mais j’avais une certaine expérience des Écritures. Alors si vous avez déjà reçu des lettres d’amour, surtout celles qu’on reçoit avant le mariage, et bien vous savez, en tous cas certaines d’entre nous qui avons connu tout ça (les emails ça n’existait pas, les téléphones ça coûtait cher…) alors quand on recevait ce genre de lettre, on ne pouvait pas juste déchirer l’enveloppe, parcourir la lettre à la va vite et puis la jeter de côté.

Non, au contraire, on allait en examiner le contenu, mot pour mot, la lire, la relire et rechercher toutes les nuances de sens qu’on pouvait extraire de cette lettre. Alors probablement même on a lu des choses qui n’étaient pas écrites, mais on voulait juste savoir : « Qu’est-ce qu’il veut dire ? A quoi est-ce qu’il pense ? Qu’est-ce qu’il dit ? » Et on lisait attentivement, très attentivement.

Eh bien, la Bible c’est une lettre d’amour. C’est la lettre d’amour de Dieu pour nous. Elle nous révèle le cœur de Dieu. Plus on la lit avec attention, régulièrement et en réfléchissant, plus on arrive à saisir son incroyable et son incommensurable amour pour nous. Vous ne pourrez jamais connaître le cœur de Dieu si vous ne connaissez pas la Parole de Dieu. 

Et vous ne connaîtrez pas la Parole de Dieu si vous parcourez rapidement son contenu sans apprendre à la lire attentivement.

Lors du dernier podcast, on a parlé de lire la Parole de Dieu en priant. Et on va parler maintenant de lire la Parole de Dieu, en réfléchissant. Aujourd’hui, et dans une ou deux autres sessions, je vais parler des façons de lire la Bible d’une manière réfléchie. Vous savez, si on la lit vite et avec désinvolture, on ne pourra jamais exploiter les richesses qui s’y trouvent. On ne creusera jamais les profondeurs de l’Écriture.

Le Psaume 19, au verset 10, dit que les paroles de Dieu « sont plus précieuses que l’or, que beaucoup d’or pur ». Malheureusement on ne trouve pas quelque chose d’aussi précieux que l’or juste en marchant dans la rue et en tombant dessus. C’est un produit rare. Il est enfoui au plus profond de la terre et vous devez consacrer du temps et des efforts à le rechercher, pour l’extraire du rocher dans lequel l’or est intégré.

La Parole de Dieu c’est comme de l’or, oui, il y a de merveilleux aspects qui se trouvent à la surface et qu’on peut facilement assimiler, mais il y a d’autres aspects pour lesquels vous devez approfondir. Vous devez les exploiter. Vous devez lire attentivement et en réfléchissant.

Quand vous lisez la Parole de Dieu, arrêtez-vous pour méditer sur le sens de ce que vous lisez. Arrêtez-vous pour penser à ce qui est dit. Absorbez la Parole de Dieu dans votre système en vous y attardant, en y réfléchissant, en la repassant dans votre esprit, en la considérant comme cette lettre d’amour, sous tous les angles possibles, jusqu’à ce que cette Parole fasse partie de vous.

C’est ce que Jacques veut dire quand il écrit que la Parole que Dieu “plante” en nous (Jacques 1 :21). Et elle est plantée en nous grâce à la méditation. Les Ecritures parlent à de nombreuses reprises de la méditation. Et le mot méditer ou méditation est utilisé 25 fois dans l’Ancien Testament et ce mot, en hébreu, il signifie en réalité “marmonner”, “murmurer”.

Pensez à quelqu’un qui murmure à voix basse. Gémir, grogner, prononcer, parler. C’est en fait un mot verbal, lié au souffle. Alors peut-être que tout le monde n’entend pas ce que vous êtes en train de faire, mais vous marmonnez, vous murmurez à propos de quelque chose.

Le dictionnaire explicatif de Vine dit que c’est un terme onomatopéique, un de ces mots qui ressemble à ce qui ressemble à ce qu’il veut dire. Cela reflète, dit-il, les soupirs et les sons qu’on peut faire en rêvant. Vous pensez à quelque chose. Vous vous y attardez. Vous y réfléchissez et même, vous vous parlez à vous-même à ce sujet.

On a déjà parlé du Psaume 119 et, encore une fois, permettez-moi de vous encourager à y retourner…On va lire quelques versets sur cette “méditation” de la parole de Dieu, le fait de murmurer la Parole de Dieu, le fait de la réciter encore et encore.

Psaume 119, au verset 15 : « Je veux réfléchir à tes exigences et fixer mes regards sur le chemin que tu m’indiques. »

C’est le fait de rester concentré sur quelque chose. Je vais y penser. Je ne vais pas simplement le lire comme je lis les panneaux publicitaires sur l’autoroute au volant de ma voiture. Zoom. C’est passé. C’est parti. Je ne sais même pas ce que ça disait.

Eh bien c’est comme ça, que beaucoup d’entre nous, on lit la Parole de Dieu – comme si on roulait très vite en voiture et qu’on voyait passer des panneaux publicitaires à toute vitesse. On ne sait pas ce qu’ils disaient, ce qu’ils voulaient dire. On ne peut même pas se souvenir du numéro de téléphone à appeler ni du site internet à consulter, ni même du produit qui était annoncé, parce que ça passe beaucoup trop vite.

Eh bien, les Ecritures disent ici au verset 15 : « Je vais fixer mes regards sur le chemin que tu m’indiques. » Je vais méditer. Je vais m’arrêter et regarder ce panneau d’affichage. Je vais m’arrêter et regarder. Je vais examiner ce que dit la Parole, examiner ce que ça signifie. Je vais fixer mes yeux dessus.

Tout au long du Psaume 119, on voit le psalmiste affirmer qu’il médite sur la Parole de Dieu quand il se trouve au cœur de nombreuses circonstances de la vie, pas seulement lorsqu’il est assis dans son fauteuil à 6 heures du matin ou à alors 8 heures du soir. Ou chaque fois qu’on passe du temps seul dans la Parole de Dieu. On a besoin de ce temps tous les jours. Mais le psaume dit tout au long de la journée, dans différentes circonstances de la vie, « Je veux méditer ta parole ». 

Regardez le verset 23 : « Même si des chefs sont assis pour parler contre moi, ton serviteur, je réfléchis à ce que tu veux. » Lorsque vous avez des problèmes, que les gens vous en veulent, il est dit que c’est le moment de méditer la Parole de Dieu.

Verset 78 : « Couvre de honte les orgueilleux qui me traînent dans la boue injustement. Moi, je réfléchis à tes exigences. » Quand ceux qui n’aiment pas la Loi de Dieu me font du tort, eh bien c’est un bon moment pour méditer aussi.

Verset 27 : « Fais-moi comprendre le chemin de tes exigences, et je réfléchirai à tes actions, à tes œuvres magnifiques. » Au milieu de la création de Dieu ou quand vous êtes témoin de ce qu’Il fait, vous méditez sur ses œuvres.

Verset 48 : « Je lève mes mains vers tes commandements, je les aime, je réfléchis à ce que tu veux. »

Au verset 54, il parle d’une façon de méditer, qui consiste à chanter les Écritures au Seigneur. « Sur cette terre où je suis un étranger, je chante tes commandements. » Alors que je suis en voyage comme un pèlerin sur cette terre, dit le psalmiste, je chante la parole. Je te la chante. Je fais des chansons avec tes lois et je te les chante. 

Le verset 172 dit quelque chose de similaire. « Que ma bouche chante ta parole, car tous tes commandements sont justes… » Maintenant, chanter n’est pas quelque chose que je fais dans les podcasts Réveille nos cœurs, pourtant   vraiment ça me plairait beaucoup. Parce que j’aime tellement chanter pour le Seigneur.

Je crois que, à part le Seigneur, il n’y a pas beaucoup de monde qui aime m’écouter chanter mais parfois j’entonne des chants simples, connus.  J’ai presque toujours avec moi un livre de cantiques pour pouvoir chanter les paroles du Seigneur. Et en lisant les Écritures, il m’arrive de composer mon propre morceau. Ce n’est pas quelque chose que l’on pourrait enregistrer et diffuser, mais c’est juste pour chanter, psalmodier, faire de la musique à partir de la Parole du Seigneur et la chanter comme un moyen qui me permet de rester dans la Parole et de la méditer. 

Voilà une bonne raison,  soit dit en passant, pour que les enfants apprennent des chansons basées sur la Bible. C’est comme ça qu’ils peuvent apprendre à méditer sur la Parole de Dieu. Le psalmiste dit « à tout moment, jour et nuit, je méditerai sur ta Parole ».

Verset 62 : « Au milieu de la nuit, je me lève pour te remercier de tes justes décisions. » Alors est-ce que ça signifie que vous êtes une femme pieuse, si vous vous levez chaque fois au milieu de la nuit pour louer le Seigneur ? Je ne pense pas que c’est ça qui est dit. Je crois qu’il dit que, quand je me lève à minuit, si je suis réveillée, ce que je vais faire, c’est te louer. Je vais te remercier pour tes justes décisions.

Verset 97 : « J’aime beaucoup ta loi, je réfléchis sur elle tous les jours. » Penser à la Parole, s’y attarder, pour ne pas juste avoir 30 minutes le matin, et puis on enchaîne la journée et puis le lendemain on a oublié tout ce qu’on a lu la veille parce qu’on n’y a pas pensé, parce qu’on ne l’a pas médité.

Dans mon église, dimanche passé, on a eu un très bon enseignement et il y a un verset en particulier qui est resté en moi. C’était 2 Pierre chapitre 1, verset 2 : « Que la grâce et la paix vous soient données en abondance, par la vraie connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ! ». (Trad. NFC)

Le prédicateur a fait un travail remarquable en nous expliquant ce que ça signifiait, en affirmant que la grâce et la paix de Dieu sont multipliées et disponibles dans toutes les circonstances de vie si on cherche simplement à connaître Dieu. Voilà comment on obtient plus de grâce et de paix.

Eh bien, ce verset je le médite depuis dimanche dernier, en essayant de l’intégrer à tout mon être et en réalisant que quand j’ai besoin de plus de grâce et de paix, voilà ce qu’il faut que je fasse :  connaître Dieu. J’ai besoin de connaître sa Parole. J’ai besoin de mieux connaître Jésus. C’est comme ça que j’ai la grâce et la paix. Alors je médite sur cette Parole de Dieu tout au long de la journée.

Le verset 147 du Psaume 119 : « Avant le lever du soleil, je t’appelle au secours, j’attends avec espoir ce que tu diras. » Alors je ne sais pas si c’était une de ces journées où le psalmiste s’est réveillé tôt et il a pensé à ce qu’il avait à faire ce jour-là, à ce à quoi il devait faire face. Il s’est levé et il a dit : « Seigneur, aide-moi ! J’ai besoin de toi ! C’est dur d’affronter cette journée. J’attends avec espoir ce que tu me diras par ta Parole. » Je peux imaginer qu’il s’est peut-être même dit c’est hors du lit, qu’il s’est mis à genoux. Qu’il a sorti le livre de la loi du Seigneur et qu’il a dit : « Seigneur, je t’appelle au secours pour affronter la journée, j’attends avec espoir ce que tu diras. »

Au verset 148 : « Avant la fin de la nuit, j’ouvre les yeux pour réfléchir à tes enseignements. » Je parlais récemment avec une amie qui a des insomnies et on a évoqué ensemble la possibilité d’utiliser ces moments en restant allongées pour penser au Seigneur, pour penser à sa Parole. Prendre un verset des écritures. Le méditer. Le repasser encore et encore dans notre esprit.

Eh bien, de bien de très belles choses sont promises à ceux qui gardent la Parole de Dieu :

  • Vous voulez réussir dans votre marche avec Dieu ?
  • Vous voulez grandir en tant que chrétienne ?
  • Vous voulez réussir dans l’environnement de travail dans lequel Dieu vous a placée ?
  • Vous voulez bien représenter le Christ dans votre vocation ?
  • En tant qu’épouse, vous voulez réussir à aimer votre mari ?
  • En tant que mère, vous voulez parvenir à élever des enfants qui aiment le Seigneur ?
  • Vous voulez avoir du succès en tant que grand-mère ?
  • À chaque saison de la vie, vous voulez répondre à l’appel de Dieu ? 

La seule façon de réussir selon la Parole de Dieu, c’est de méditer sur ce que Dieu dit. Psaume 1, versets 2 et 3 : « Au contraire, il aime l’enseignement du SEIGNEUR et le redit jour et nuit dans son cœur ! Comme un arbre planté au bord de l’eau, il donne ses fruits au bon moment, et ses feuilles restent toujours vertes. Cet homme réussit tout ce qu’il fait. »

Peu importe son âge, son stress, sa vie. Quelle que soit la situation, la personne qui médite la loi du Seigneur jour et nuit, ses feuilles ne se flétrissent jamais. Elle ne devient jamais spirituellement stérile. Elle porte toujours des fruits. Dans tout ce qu’elle fait, elle prospère. Elle réussit.

Si vous avez le Psaume 119 sous les yeux, regardez le verset 16. On peut lire : « J’ai beaucoup de joie à faire ce que tu veux, je n’oublierai pas ta parole. » 

Et puis le verset 93 : « Je n’oublierai jamais tes exigences, par elles, tu me fais vivre. » Et plusieurs fois dans le Psaume 119, on entend le psalmiste dire qu’il n’oubliera pas la Parole.

Alors, qu’est-ce que ça veut dire – ” Je n’oublierai pas ta Parole ” ? Pour nous souvenir de la Parole de Dieu, on doit passer du temps à l’apprendre par cœur. Ok, Dieu ne vous demandera peut-être pas de mémoriser le Nouveau Testament dans son intégralité et rien ne dit même que le fait de mémoriser toute la Bible va vous rendre plus spirituelle que quelqu’un qui ne le fait pas. Mais si vous voulez que la Parole de Dieu soit véritablement implantée dans votre système, une des choses qui vous aidera à le faire, c’est de mémoriser des parties de la Bible.

Ces dernières années, j’ai eu plus de mal à apprendre par cœur, parce que j’ai pris de l’âge et que j’utilise beaucoup de traductions différentes, mais durant toute ma vie, j’ai passé beaucoup de temps à mémoriser les Écritures. En tant qu’enfant, en tant qu’adolescente, en tant que femme dans la vingtaine et puis la trentaine et puis maintenant que je suis plus âgée, je profite de ces années de bénédiction. De la Parole mémorisée. La Parole comme partie intégrante de mon être. J’ai découvert que c’était un des meilleurs outils et une aide précieuse dans mon cheminement avec le Seigneur. 

Alors oui, j’entends déjà quelqu’un dire : « Je ne peux tout simplement pas mémoriser. » En fait, je sympathise avec les gens qui disent ça aujourd’hui, un peu plus qu’il y a dix ans. Ce qui m’amène à dire, en passant, à quel point il est important que les enfants et les jeunes mémorisent les Écritures pendant qu’ils peuvent, pendant que ce n’est pas encore trop dur pour eux.

J’ai souvent dit aux mamans, que si je devais élever des enfants aujourd’hui, eh bien  je ferais absolument tout pour que mes enfants mémorisent des chapitres et des livres entiers de la Parole de Dieu. Les enfants peuvent apprendre par cœur. Ils arrivent à  mettre la Parole de Dieu dans leur cœur. Je voudrais m’assurer que les enfants mémorisent une partie des Proverbes, beaucoup de Psaumes, une grande partie du Nouveau Testament. Apprendre par cœur, pas seulement que ça soit dans leur mémoire mais que ça fasse partie intégrante d’eux-mêmes, parce que j’ai vu dans ma propre vie l’avantage et la valeur cette mémorisation quand j’étais plus jeune.

Alors peut-être que celles d’entre nous qui ne sont plus des petites filles ou des jeunes femmes, vont dire : “ Je n’arrive vraiment pas à apprendre par cœur. ” Eh bien, j’ai lu un auteur, qui s’appelle Don Whitney, et qui a déclaré que le problème ne réside pas tant dans notre incapacité à mémoriser que dans notre motivation. Il a dit : « Si je vous offrais 1000 $ pour chaque verset que vous pourrez mémoriser dans les sept prochains jours ? Est-ce que vous pensez  que votre attitude envers la mémoire des Écritures et votre capacité de mémorisation vont s’améliorer ? » Toute récompense financière serait minime par rapport à la valeur accumulée du trésor de la Parole de Dieu déposée dans votre esprit. 

C’est donc une question de motivation. Le fait est qu’on apprend tous par cœur. On mémorise tout le temps. On mémorise le nom des personnes – Bon, il y a certains qui le font mieux que d’autres. Mais c’est ce qu’on fait. On mémorise les publicités à la télévision, on mémorise les numéros de cartes de crédit, les numéros de téléphone. J’ai compté ce matin, que pour pouvoir accéder à ma messagerie vocale à partir d’un téléphone d’hôtel, je dois composer 52 chiffres et je les ai appris par cœur. Maintenant, c’est vrai que je commence à être un peu inquiète quand le jour viendra où je perdrais un peu ma mémoire et que j’oublierai ces 52 chiffres qui me permettent d’accéder à ma messagerie vocale et de téléphoner.

Nous mémorisons les choses que nous estimons être importantes ou pour lesquelles nous sommes motivées et que nous utilisons tout le temps, ou de manière répétée, et les choses qui font partie de notre vie quotidienne. Eh bien la mémorisation des Écritures n’est pas vraiment différente. Ça nécessite de la motivation – une raison de vouloir – et un examen systématique régulier.

Maintenant, si vous n’avez jamais mémorisé les Écritures avant ou que vous ne l’avez pas fait récemment, laissez-moi vous encourager à commencer par de petits passages. Peut-être juste un ou deux versets par semaine. Notez le passage sur une carte, sélectionnez des versets qui se rapportent à des préoccupations ou alors à des besoins spécifiques de votre vie, quelle que soit la saison que vous traversez. Demandez à Dieu de vous diriger vers les Écritures qui vous aideront à vous sanctifier en cette période ou par rapport à un besoin précis de votre vie.

Par exemple, si vous avez tendance à parler trop ou si vous avez un esprit critique, eh bien, recherchez des versets dans les Proverbes qui ont trait à la langue, et vous les notez sur une carte et vous les emportez avec vous. Et tout au long de la journée, à différents moments, à différents endroits, vous les repassez sans cesse dans votre esprit.

Relisez les Écritures que vous êtes en train de mémoriser avant de vous coucher le soir. Ça aide beaucoup à renforcer les Écritures dans votre mémoire, parce que la dernière chose que vous lisez au lit le soir, c’est souvent ce qui va fonctionner dans votre subconscient tout au long de la nuit. J’ai trouvé que c’était un outil très utile pour apprendre par cœur.

Vous pouvez aussi apprendre par cœur avec quelqu’un. Par exemple demandez à une partenaire de prière ou à une partenaire de promenade ou à une amie, à votre compagnon ou à vos enfants de mémoriser un passage avec vous pour que vous puissiez vous encourager les uns les autres et vous les réciter.

En mémorisant la Bible, vous allez expérimenter de nombreuses bénédictions dans votre vie. Vous allez constater que les Écritures vont:

  • Purifier et renouveler votre esprit
  • Elles vont vous garder du péché
  • Qu’elles vont vous donner les idées et les directives dont vous avez besoin quand vous êtes au cœur des situations réelles et concrètes de votre journée, que vous n’avez pas votre Bible à portée de main. Ce que vous avez stocké dans votre cœur, c’est ce qui va vous guider.
  • Ça va rendre votre esprit plus fort.
  • Ça vous aider à combattre les attaques de l’ennemi sur votre esprit et sur vos émotions.

En tant que femmes, on sait toutes très bien ce que ça signifie, on sait ce qu’il se passe à une certaine période du mois et dans certaines saisons de la vie. C’est un peu comme si nos émotions et notre esprit deviennent parfois hors de contrôle. Votre famille, votre mari, vos enfants ne peuvent pas comprendre ce qu’il se passe et même vous n’êtes pas sûre de pouvoir comprendre ce qu’il se passe. Si vous avez les Écritures stockées dans votre cœur, vous allez constater qu’elles protègent votre esprit. Ça va protéger vos émotions quand elles iront dans tous les sens

  • La mémoire des Écritures vous aidera à augmenter vos désirs spirituels, elle vous donnera plus encore faim de Dieu et elle diminuera vos désirs charnels à mesure que vous apprendrez par cœur les Écritures.
  • Ça va vous protéger contre les mauvaises habitudes de pensée.
  • Ça va vous aider à fixer votre esprit et votre affection sur les choses d’en-haut.

Je me souviens, que quand j’étais enfant, j’ai reçu une lettre d’une vieille dame qui était une amie de notre famille. C’est une lettre que je n’ai jamais oubliée. J’étais une petite fille quand elle m’a écrit. Elle m’a mis au défi d’apprendre par cœur un verset de la Bible chaque semaine. Elle m’écrivait : « tu sais, la Parole de Dieu c’ est comme des perles. »  Si tu apprends par cœur un verset de la bible chaque semaine, d’ici la fin de l’année, tu auras 52 perles. 52 versets de la bible, sur ton collier.

Alors, je n’ai pas appris un verset par semaine jusqu’à aujourd’hui, mais c’est un rappel formidable. C’est quelque chose qui m’est toujours resté à l’ esprit : cette vieille dame, m’a lancé le défi de mémoriser la Parole de Dieu.

En lisant les biographies de grands hommes, de grandes femmes de Dieu, j’ai vu la valeur de la mémorisation des Écritures dans leur vie. J’ai lu récemment un livre intitulé “ La femme du pasteur ”, c’est une autobiographie de Sabina Wurmbrand dont le mari a été emprisonné dans des prisons roumaines pendant 14 ans sous le régime communiste, et elle-même, elle a également été détenue pendant un certain temps.

Et voilà ce qu’elle raconte dans ce livre :

« En prison, après le travail, les femmes venaient vers nous, les prisonnières chrétiennes et elles nous demandaient, même nous suppliaient, qu’on leur dise des versets de ce dont nous nous souvenions de la Bible. Les mots donnaient espoir, réconfort et vie. Nous n’avions pas de Bible. Pourtant nous en avions besoin, plus que du pain ». [Et quand vous n’avez pas de pain, vous en avez vraiment besoin.]

Et Sabina Wurmbrand écrit encore :

« J’aurais voulu savoir plus de verset par cœur, mais nous répétions tous les jours les passages que nous connaissions et la nuit également lorsque nous restions éveillées pour prier. D’autres chrétiennes, comme moi, avaient délibérément appris par cœur de longs passages, sachant que leur tour viendrait d’être arrêtées. Elles ont apporté des richesses en prison. »

Vous ne trouvez pas ça génial, vous ? Toutes leurs richesses c’était les trésors de la Parole de Dieu qui était stockée dans leurs cœurs. 

Et elle raconte encore,

« Tandis que d’autres se chamaillaient, se disputaient, nous étions allongées sur nos matelas et nous avons utilisé les phrases de la Bible pour prier et méditer. Nous nous sommes répété ces versets pendant les longues nuits. Nous avons appris ce que les nouvelles arrivantes nous apportaient et nous leur avons appris ce que nous savions.

Une Bible non écrite a donc circulé dans toutes les prisons de Roumanie. »

En lisant ce récit, j’ai pensé au Psaume 119, verset 61. « Des gens mauvais m’ont entouré de pièges, mais je n’ai pas oublié ta loi. » Peut-être que vous ne serez jamais enfermée dans une prison au sens littéral du terme, mais peut-être que vous vivez en prison, dans un mariage, dans une situation de famille, dans un environnement de travail, dans une église, dans un quartier, ou dans un voisinage, où vous vous sentez comme dans une prison. « Des gens mauvais m’ont entouré de pièges », mais quel est mon espoir? « Je n’ai pas oublié pas ta loi. »

Leslie : Nous venons d’entendre parler de ce genre d’espoir, celui qui provient de la connaissance de la Parole de Dieu. Nous vous encourageons à vous inscrire au défi de 30 jours pour lire la Parole de Dieu. D’autres ressources sont disponibles sur le site Réveillenoscœurs .com

Savez-vous que lire la Bible ça peut être un peu comme préparer un repas ? Nous verrons comment lors du prochain podcast. Nous espérons que vous serez au rendez-vous pour un nouvel épisode avec “Réveille nos cœurs”.

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Parole de Vie (sauf spécifié dans le texte).

Réveille nos cœurs est le ministère français de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.