icon-newsletter

Le pouvoir des mots – épisode 7

Publié le: 10 Aug 2020

Maria : – Tu ne devrais pas regarder ce film. 

Leslie : Nous écoutons Maria…

Maria : – Tu ne devrais pas écouter ce genre de musique.

Leslie : Voilà comment elle parlait à son mari.

Maria : – Tu ne devrais pas conduire si vite. C’est bon, tu peux changer de voie maintenant.

Leslie : Est-ce que ce genre de paroles vous rappellent quelque chose ?

Maria : Tu devrais vraiment lire ta Bible, tu sais.

Leslie : …. Et ça n’arrêtait pas….

Voici le podcast « Réveille Nos Cœurs ». Et nous continuons ensemble la série : « Le pouvoir des mots ».

Nancy : Ces derniers temps, nous avons parcouru ensemble le livre des Proverbes. Et ce qu’on a appris c’est que notre langue, aussi petite soit-elle, peut causer des torts terribles.

Le livre des Proverbes met en évidence plein de mauvaises manières dont on peut se servir nous de notre langue. Et j’aimerais en rappeler maintenant quelques-unes pour nous rafraîchir un peu la mémoire.

Nous avons parlé ensemble de ce que représentent par exemples les offenses, des péchés comme la tromperie, le mensonge, quand on prononce des calomnies, quand on fait des commérages, quand on bavarde sans arrêt, quand on dit des choses futiles.

On a vu aussi les faux témoignages. Le livre des Proverbes qui traite aussi beaucoup du péché que représentent la moquerie et également des paroles blessantes, des paroles dures. Ce livre biblique met en garde contre les paroles perverses, des paroles qui sont qui sont corrompues, mauvaises, et nous met en garde aussi contre les paroles profanes, les paroles désinvoltes, celles qu’on dit sans réfléchir.

Il y a d’autres aspects du livre des Proverbes qu’on n’a pas encore abordés dans cette série de podcasts, c’est la vantardise et les querelles – les paroles querelleuses et les polémiques.

Il y a une chose intéressante aussi que nous rappelle le livre des Proverbes c’est que, il est préférable pour un mari de vivre dans un coin ou sur un toit ou dans un endroit désert plutôt que de vivre avec une femme qui conteste tout le temps et qui a des paroles querelleuses. (Proverbes 21:9,19 paraphrasé) Et vous savez, ce genre de harcèlement verbal peut être un véritable repoussoir et peut rendre fou un bon nombre d’hommes ! 

Le livre des Proverbes parle aussi des personnes insensées, une personne insensée qui use de flatteries avec des paroles ignorantes et stupides. (Proverbes 28 :23 paraphrasé)

Alors en étudiant ensemble le livre des Proverbes ces derniers temps, notre cœur a été touché, on a peut-être été convaincues d’avoir mal agit et ça nous a amenées à confesser nos péchés. Et on a pu dire au Seigneur : « Mais c’est vrai, moi, aussi je me reconnais dans ces paroles. Pardonne-moi. Ta Parole c’est comme un miroir : elle me révèle l’état de mon cœur, elle me révèle les façons dont je pèche contre toi avec ma langue.

Et on a pu voir ensemble aussi que les mauvaises paroles sont liées à une attitude du cœur qui est mauvaise. C’est de l’abondance du cœur que notre bouche parle. (Luc 6 :45, paraphrasé)

Comme moi, vous avez peut-être pleuré, prié peut-être même raconté à un proche ce que vous avez appris ces derniers temps. Vous avez demandé au Seigneur de purifier votre cœur et votre langue. Et non seulement on ne veut pas utiliser nos paroles d’une manière négative mais, on veut les utiliser d’une manière juste, saine et bonne.

Après avoir écouté les premiers podcasts de cette série, il y a une dame qui m’a dit : « Ah bien je crois que je vais faire un jeûne de paroles pendant une semaine, hein, il faut vraiment que je mette ma langue au repos. » Alors ce n’est peut-être pas une mauvaise idée. Effectivement, je vous ai raconté que pour ma part j’ai essayé de faire ça pendant presque 40 heures, sauf que j’ai parlé toute seule ! Donc ce n’était pas un défi totalement réussi.

Donc, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée de faire un jeûne de paroles mais il faut bien comprendre qu’on ne peut pas se taire à tout jamais. Ce n’est pas l’intention de Dieu qu’on soit toujours silencieuses. L’intention de Dieu c’est que les paroles qui sortent de notre bouche soient des paroles qui donnent la vie, des paroles qui édifient, qui encouragent les autres.

Le livre des Proverbes donne souvent des indications sur les bonnes manières d’utiliser notre langue. Les Écritures nous enseignent à parler pour aider, pour encourager, de dire des mots qui expriment la sagesse. Et c’est ça un peu le défi : c’est de parler peut-être moins mais de parler bien. De prononcer des paroles qui viennent à propos, des paroles aimables des paroles pleines de vérité.

Et il y a autre sujet qui est mentionné tout au long du livre des Proverbes et qu’on n’a pas encore abordé, c’est le fait d’utiliser notre langue pour reprendre quelqu’un avec sagesse. Alors quelque part c’est une épée à double tranchant parce que, quand on reprend quelqu’un, bien sûr c’est parce qu’on pense que c’est sage de le faire. Mais la personne qui reçoit la réprimande, elle, elle est peut- être convaincue du contraire !

Ce qui est important c’est que, avant de faire un reproche à quelqu’un, que ce soit à l’un de nos enfants, à un membre la famille, à un collègue de travail, il faut d’abord s’assurer qu’on a déjà réglé ce problème-là dans notre propre cœur. Parce que peut-être qu’on n’a même pas vu que ce problème en fait nous concerne aussi.

C’est tellement plus facile de voir les problèmes chez les autres que de les discerner clairement dans notre propre vie. Si on doit reprendre quelqu’un, on doit le faire avec un esprit d’humilité, un esprit de douceur. En effet, parfois on est appelé à reprendre quelqu’un, mais c’est important de le faire avec amour, avec sagesse et avec gentillesse. 

Il y a une expression intéressante dans Le livre des Proverbes, il est parlé de la beauté des avertissements donnés par une personne sage à une oreille attentive ! (Proverbes 25 :12 paraphrasé). Et avec ce verset, Dieu m’a rappelé Il n’y a pas très longtemps que c’était important que mon oreille soit attentive justement que je reçoive de manière positive les reproches qui me sont adressés avec sagesse.

C’est vrai qu’on ne peut pas parler de la langue sans parler de l’oreille. Si on doit faire de sages réprimandes à quelqu’un, il faut qu’on veille soi-même à écouter les sages reproches quand Dieu les met sur notre parcours.

Le livre des Proverbes parle aussi du fait de défendre la cause des opprimés avec nos paroles. Ça veut dire qu’on doit utiliser des mots choisis avec soin. (31 :9 paraphrasé)

J’aimerais vous dire que l’une de mes plus grandes craintes dans mon ministère public quand j’enseigne la Parole de Dieu, c’est justement de faire du mal ou de pêcher avec mes paroles.

Le livre des Proverbes nous dit que celui qui parle beaucoup ne manque pas de pécher. (10 :19) Je sais que, plus je parle, plus il y a un danger que je pèche par mes paroles. 

Et c’est pour ça que j’essaye toujours de prendre du temps pour préparer ce que je vais dire et je prends toujours beaucoup de notes. Je sais que, quand je parle sans préparation, sans réfléchir, et bien je vais probablement dire quelque chose qui est loin d’être sage, prudent et approprié.

Toujours dans le Livre des Proverbes on a vu aussi comment nos paroles peuvent être soit bonnes, soit mauvaises. Et voici un résumé qui va pouvoir vous donner les quelques conseils pour mettre en pratique concrètement ce qu’on a appris de la Parole de Dieu.

Le premier pas à faire quand Dieu nous révèle un problème dans notre cœur et bien c’est de nous repentir, c’est de confesser la manière dont nous avons péché avec notre bouche. Et c’est important de ne pas se concentrer sur la manière dont les autres ont péché contre nous par leurs paroles, mais de nous concentrer plutôt sur ce que Dieu nous montre à nous.

Deuxièmement, demandons à Dieu de purifier notre cœur. Demandons-lui de le changer. Parce que si notre cœur est pur, nos paroles aussi seront pures.

Le troisième principe c’est de remplir notre cœur de la Parole de Dieu.

Remplir notre cœur : Proverbes 30, verset 5 dit que : « Toute parole de Dieu est pure ». (Seg21) Si mon esprit, si mon cœur sont remplis de la Parole de Dieu, quand je serai bousculée ou écrasée par les circonstances de la vie, qu’est-ce qui va sortir de ma bouche ? Ce qui va sortir, ce seront des paroles pures, la Parole de Dieu.

Proverbe 2, verset 6 : « Car l’Éternel donne la sagesse ». Est-ce que vous voulez un cœur sage, est-ce que vous voulez des paroles sages ? Quelle sera la source de cette sagesse ? C’est l’Éternel qui donne la sagesse. C’est « De sa bouche que sortent la connaissance et l’intelligence. » 

Les Proverbes mentionnent des paroles pleines d’intelligence, remplies de sagesse et de connaissance. Alors, d’où nous viennent la sagesse et la connaissance ? Elles viennent de l’Éternel.

Voilà pourquoi c’est important de remplir notre esprit, remplir nos pensées, notre cœur avec la Parole de Dieu.

Si on passe notre temps à écouter la télévision, à lire des magazines des livres qui sont imprégnés de l’esprit de ce monde, en remplissant ainsi notre vie des informations de ce monde, et bien nos paroles vont refléter l’esprit du monde.

C’est pour ça que j’ai dû me lever tôt ce matin, avant de vous parler, pour me plonger dans la Parole de Dieu, pour que je puisse en remplir mon esprit et mon cœur. Que cette parole puisse me purifier, me changer pour que, par la grâce de Dieu, les paroles qui sortent de ma bouche maintenant soient des paroles pleines de sagesse.

Et puis il y a aussi ce quatrièmement principe, on doit faire attention à notre bouche. Vous savez, il nous faut en quelque sorte un garde du corps aux portes de notre bouche. Il faut qu’on demande à Dieu de garder notre langue, de garder notre cœur. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de fois dans ma vie où j’ai prié pour que Dieu garde mon cœur par la puissance de son Saint-Esprit.

Dieu peut monter la garde quand moi-même j’oublie de le faire. Mais, moi aussi, je dois garder ma bouche, parce que Dieu ne le fera pas sans ma collaboration.

Voilà ce qui est dit dans Proverbes 13 :3 : « Celui qui veille sur sa bouche garde son âme ; celui qui ouvre tout grand ses lèvres court à sa perte. » Alors veillez sur votre bouche.

Proverbes 21 :23 : « Celui qui veille sur sa bouche et sur sa langue préserve son âme des angoisses ».

Et je crois qu’on peut s’aider les uns les autres avec gentillesse et avec amour. Quand on est dans un groupe de personnes et qu’il y a beaucoup trop de paroles qui sont échangées, des paroles qui manquent de retenue, alors on doit apprendre à reprendre le contrôle sur soi-même et aussi de façon gracieuse, aimable, inciter les autres à retrouver une attitude plus réservée.

Il y a un verset qui ne se trouve pas dans le livre des Proverbes mais dans les Psaumes, un verset que je vous invite à apprendre par cœur et à mettre en pratique dans votre vie.

C’est le Psaume 141 : 3, c’est une prière que j’ai souvent répétée dans ma vie et notamment quand je préparais cette série de podcasts. Voilà ce qui est dit : « « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres ! »

« « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres ! » Je vous propose d’écrire ce verset sur des petites cartes ou des post-its, de le glisser dans la pochette de votre téléphone ou de le mettre en fond d’écran sur votre téléphone, pour pouvoir prier avant chaque conversation téléphonique : « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres. »

Vous pouvez mettre aussi ces cartes ou ces post-its un peu partout chez vous : dans votre salle de bain, sur votre table de nuit, dans votre voiture si vous en avez une. Et avant d’aller à une rencontre, ou à un rendez-vous, avant un dîner entre amis, faites cette prière : « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres. » 

Les Écritures nous rappellent que si nous gardons notre bouche tout en demandant l’aide du Seigneur, alors on va garder notre âme de la destruction et des problèmes. Demandez à Dieu de rendre vos paroles sages et douces. 

Un de mes versets préférés dans le livre des Proverbes, il se trouve au chapitre 31 : 26, et c’est un autre verset que je vous encourage à apprendre par cœur.

Tout ce chapitre 31 parle en fait d’une femme bienveillante, on l’appelle souvent la femme vertueuse : « Elle ouvre la bouche avec sagesse, et un enseignement plein de bonté est sur sa langue ». Verset 26. (SEG21)

Est-ce que votre famille pourrait dire que ce verset vous ressemble ? Est-ce que vos collègues de travail pourraient dire que c’est comme ça que vous parlez ? 

Est-ce qu’on dit de vous : « Chaque fois que cette femme ouvre la bouche, c’est pour parler avec sagesse. Même quand elle donne des instructions à ses enfants, elle s’exprime toujours avec gentillesse. C’est une femme sage et douce à laquelle j’aimerais ressembler ! » ?

Moi je peux vraiment témoigner que ça ne vient pas naturellement. Mais, grâce à la puissance du Saint-Esprit qui nous aide à nous contrôler et qui nous remplit, alors oui on peut devenir des femmes au cœur sage et doux, des femmes dont les paroles sont sages et douces.

Vous vous rendez compte à quel point ça peut être un cadeau pour votre famille ! Quel cadeau ça peut être pour un conjoint, pour des enfants, pour des colocataires, des collègues, des gens de votre communauté, vos voisins, vos amis ! Un cœur sage et doux, un cœur duquel déborde des paroles sages et douces !

Leslie : Voilà, on vient de voir comment partager autour de nous des mots pleins de grâce et de gentillesse.

Voici donc le témoignage de Maria qui a beaucoup appris sur ce sujet. Elle va nous raconter son histoire.

Maria : Il y a quelques semaines, le Seigneur m’a aidée à comprendre que je n’étais ni la mère, ni la prof de mon mari, mais que je pouvais le servir et apprendre de lui. Le Seigneur m’a rappelé qu’il lui avait déjà donné une mère, une maman merveilleuse. Il m’a aussi rappelé qu’il a donné à mon mari un prof qui s’appelle le Saint-Esprit. Cet enseignement-là c’était vraiment nouveau pour moi. Après 32 ans de mariage, ça nous a apporté un immense changement.

La veille du jour où le Seigneur m’a mis cette conviction dans le cœur, mon mari avait englouti un sac entier de bonbons pendant qu’il regardait des matches à la télé. Alors j’ai craqué et je lui ai dit des choses méchantes comme par exemple : « non mais, tant à faire avale tout simplement un kilo de sucre ? » « Tu vas voir, tes dents vont toutes pourrir ! » Bref, même une maman ne dirait pas ça à ses enfants !

Quand le Seigneur m’a convaincue de mon erreur, je suis allée vers mon mari et je lui ai dit : « Alain, je me suis vraiment mal comportée. Pardonne-moi, s’il te plait. » Il s’est tourné vers moi, il avait l’air stupéfait ! Après, je lui ai dit : « Sois patient avec moi, s’il te plait. Il m’a fallu 49 ans pour comprendre ça tu vois, je n’apprends pas très vite ! »

J’ai affiché une petite carte dans ma salle de bain, avec ce verset dessus : « Mais toi, mon âme, repose-toi paisiblement sur Dieu ; car mon attente est en lui. » Ps 62.5 (Darby) et j’ai ajouté cette petite note : « Maria, arrête d’étouffer Alain et les enfants avec tes exigences. »

La plus jeune de mes filles, celle qui a 21 ans et qui vit encore à la maison, m’a dit il n’y a pas longtemps : « Maman, tu as vu comme papa a changé ces dernières semaines ? »

Elle savait que j’avais tendance à harceler les autres par mes paroles et que maintenant j’essayais d’obéir au Seigneur dans ce domaine. Pour m’encourager, elle m’a dit : « C’est incroyable, même les prières de papa sont différentes. » Quelques jours après, elle m’a dit : « Maman, as-tu remarqué que Papa sourit beaucoup plus ? »

Dieu est bon, Il nous permet d’apprendre encore et toujours !

Nancy : Maria, est-ce que vous pourriez nous donner des exemples de comment vous étiez une prof pour votre mari ?

Maria : Je lui disais des choses du genre : « Tu ne devrais pas regarder ce film. Tu ne devrais pas écouter ce genre de musique. Tu devrais te garer là-bas. Tu ne devrais pas conduire si vite. C’est bon, tu peux changer de voie maintenant. Tu devrais vraiment lire ta Bible tu sais, » Et ça n’arrêtait pas… Le changement est apparu il n’y a même pas six semaines. J’ai encore du mal à y croire.

Nancy : Et est-ce qu’il vous est déjà arrivé cette situation : vous avez choisi de ne pas lui faire la leçon comme si vous étiez sa mère ou sa prof, mais qu’il continue de faire quelque chose que vous auriez aimé qu’il ne fasse plus ? Alors comment est-ce que vous gérez ça ?

Maria : Et bien, je vais dehors ou alors je m’enferme quelque part et je prie. Mais il n’a pas fallu longtemps pour que le Seigneur me montre que le changement de mon mari découle de mon changement. Et puis le Seigneur m’a aussi montré que souvent, Il parle d’abord aux personnes sous autorité avant de parler à ceux qui sont en position d’autorité.

En fait, par mon comportement j’empêchais Dieu d’être l’enseignant de mon mari. C’est lui le chef de notre famille, Dieu lui a donné ce rôle. Mais ce rôle, je le lui volais tout le temps et du coup je lui enlevais sa confiance en lui-même.

Quand j’ai eu cette révélation, il s’est passé deux choses. D’abord j’ai commencé à montrer du respect à mon mari, en arrêtant de l’interrompre, en arrêtant de rajouter des détails quand il racontait une histoire, en arrêtant de le corriger en public. Et puis lui, il a commencé à se sentir accepté et valorisé comme chef de famille. Maintenant, il se comporte comme le leader que j’aurais toujours voulu qu’il soit. En fait, il l’a toujours été mais c’est moi qui lui avais pris sa place.

Nancy : Il y a quelque temps, j’ai proposé à une femme qui avait des difficultés dans son mariage de suivre un défi de 30 jours. Je lui ai dit : « Je vais te demander de faire deux choses pendant les 30 jours qui viennent: une chose négative, et une chose positive. »

« Pendant les 30 prochains jours, premièrement il faut t’engager à ne plus dire une seule parole négative à propos de ton mari, que ce soit directement à lui ou quand tu parles de lui à d’autres personnes. Donc pas une seule parole négative sur lui que ce soit à ta mère, à tes enfants à tes amis etc. »

Mais vous auriez dû voir sa réaction ! Elle avait pris la mauvaise habitude, comme beaucoup d’entre nous d’ailleurs dans nos foyers, de relever tout ce qui l’agaçait justement chez son mari.

Il y a probablement des choses nous auraient aussi agacées. Moi je ne dis pas qu’il n’y avait pas de vrais problèmes, mais elle était vraiment devenue très critique sur tout. Elle en était même arrivée au point où elle ne voyait que ce qui était négatif dans son mari. Plus rien de ce qu’il faisait n’arrivait à plaire à cette femme.

Et je les connaissais assez tous les deux pour savoir qu’ils avaient tous les deux des problèmes. Mais chacun d’entre eux avait également des qualités qui méritaient d’être soulignées. Mais les qualités cette femme les avait complètement perdues de vue, peut-être que lui aussi d’ailleurs, mais lui je le connaissais moins.

Alors j’ai dit à cette femme : « Pendant 30 jours, rien de négatif à propos de ton mari. » Et elle a été d’accord, elle voulait vraiment que Dieu la change, et sans ça, je ne pense pas qu’elle aurait relevé le défi. Elle était vraiment prête à abandonner l’idée de changer elle-même son mari. Elle était prête à tout.

Et j’ai continué, je lui ai dit : « Maintenant, voici la deuxième partie du défi des 30 jours : chaque jour, tu devras dire quelque chose que tu apprécies chez ton mari. Tu le dis à lui, et tu le dis à quelqu’un d’autre. »

Et ça, c’était encore plus difficile pour elle parce que ça faisait bien longtemps qu’elle avait perdu cette perspective-là. Et je lui ai dit : « Et bien chaque jour, pense à quelque chose que tu apprécies chez lui et dis-le-lui. Et si tu n’arrives pas à trouver 30 choses différentes, alors tu prends une seule chose et tu la lui répète pendant 30 jours. Mais dis-lui ce que tu apprécies chez lui, et dis-le à quelqu’un d’autre, dis  ce que tu apprécies chez ton mari.

Et puis, j’ai terminé  en lui disant quelque chose d’important, et je vous le dis aussi, à vous qui m’écoutez , je lui ai dit : je ne sais pas ce qui va se passer pour ton mari pendant les 30 jours qui vont venir, mais je peux te promettre – je peux vous promettre – que VOUS ne serez plus la même personne après ces 30 jours.

Pourquoi ? Et bien parce que vous allez regarder votre conjoint avec les yeux de l’amour, cet amour qui ne meurt jamais.

Vous savez, selon la Parole de Dieu, on peut apprendre à aimer. Nous avons en nous une source d’amour surnaturel si nous sommes des enfants de Dieu, et ça veut dire qu’il y a de l’espoir. Il y a un espoir aussi grand et aussi vaste que l’amour même de Dieu.

Cet amour qui dit : « Qu’est-ce que je peux laisser Dieu faire en moi qui comblera un besoin chez la personne que Dieu m’appelle à aimer ? Que j’en retire quelque chose ou pas… ? Comment est-ce que je peux donner dans cette relation ? Je ne veux plus pointer du doigt ce qui ne va pas chez l’autre, je ne veux plus faire du surplace et attendre que ce soit l’autre qui change. J’ai envie Seigneur de te laisser me changer. J’ai envie de te laisser aimer à travers moi, je suis prête à être incomprise, je suis prête à être lésée peut-être même. »

Est-ce que ce n’est pas ce que nous révèle le chemin que Jésus a suivi au Calvaire ? Si on regarde ce qui est écrit dans 1 Pierre chapitre 2, le dernier paragraphe. Jésus, parfait, sans péché, Fils de Dieu. Dans sa bouche, il n’y avait ni péché ni tromperie. Quand on lui faisait du tort, quand on l’attaquait, quand il souffrait, dans sa bouche il n’y avait pas de menaces, pas de représailles, lui il ne se vengeait pas. Au lieu de ça, il a porté nos péchés, il a supporté les attaques, il a subi la honte, les fausses accusations.

 La force de ce texte, c’est que, c’est par les blessures de Jésus, aussi imméritées soient-elles, que nous sommes guéris. (Versets 22-24 paraphrasés)

Il y a des hommes qui ne seront jamais guéris spirituellement à moins qu’une femme ne décide de les aimer comme Jésus aime. Et ça veut dire si vous me permettez la comparaison, que cette femme doit accepter d’aimer comme Jésus aime, de prendre et de porter les péchés des autres. C’est ça, l’amour absolu.

Alors, vous n’êtes pas obligée d’aimer comme ça, vous pouvez rester égoïste, vous pouvez rester fière, malheureuse, ou vous pouvez laisser le Christ Jésus aimer à travers vous. Laissez-le vous remplir de son Esprit. Laissez-le vous donner un amour surnaturel pour votre conjoint.

Vous allez peut-être me dire : « Okay, mais, est-ce que ça va changer mon conjoint » Ça, je ne peux pas le dire mais, je suis sûre d’une chose, oui : ça va vous changer, vous ! 

Leslie : De nombreuses femmes ont déjà relevé ce défi de 30 jours et nous ont écrit en nous disant qu’elles ont obtenu des résultats incroyables. Des femmes comme Julie, par exemple.

Julie : Je pourrais vous donner des centaines d’exemples de l’inefficacité de mon harcèlement, mais ça prendrait beaucoup trop de temps. Je le faisais toujours avec comme prétexte de « partager la vérité avec amour ».

Mais, Dieu est intervenu. Il a travaillé dans le cœur de mon mari, c’est ça qui fait toute la différence. Quand je me retire, je laisse Dieu agir dans la vie de mon mari. Quand je suis son aide et que je l’encourage, que je le valorise, je laisse tout entre les mains de Dieu. Si quelque chose doit changer chez mon mari, Dieu le fera. 

Que Dieu change aussi mon cœur pour faire de moi l’épouse dont mon mari a besoin pour être le chef de notre famille. La prière est une ligne directe. Je crois qu’au bout du compte, ce défi m’a montré l’importance de passer du temps dans la Parole de Dieu et dans la prière.

Ça a été une merveilleuse expérience. Je recommande ce défi de 30 jours à toutes les femmes, même à celles qui pensent que leur mariage va super bien.

Leslie : « Tu es stupide. » Ce sont des mots que l’une de nos auditrices a souvent entendus en grandissant et ça l’a affectée pendant des années. Mais, au contraire, Dieu lui apprend à partager des mots de patience, de grâce et de gentillesse. Nous entendrons son histoire dans le prochain podcast.

Une femme : Pas plus tard qu’hier, j’étais au téléphone et j’ai encore essayé de me justifier en expliquant pourquoi je devais mettre fin à cette conversation. Et on m’a dit que je n’avais pas besoin de donner toutes ces infos, pas besoin d’expliquer tout ça, juste pour qu’on ne pense pas que je suis stupide.

Leslie : Et nous découvrirons l’histoire de cette femme dans le prochain podcast de « Réveille Nos Cœurs. »

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910 (sauf indication contraire).

Réveille nos cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann. Les témoignages sont lus par Anita Sandana, Evelyne Hoehn et Sarah Piaget.

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.