icon-newsletter

Le pouvoir des mots – épisode 3

Publié le: 13 Jul 2020

Leslie : Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de mentir ?

Nancy : Si je promets d’être quelque part à une heure précise, je ne tiens pas parole si je n’y suis pas à l’heure, je ne tiens pas parole si je promets de faire quelque chose et que je ne le fais pas. Alors vous allez peut-être me dire : « Non mais, être en retard, ce serait une forme de mensonge ! Non mais là, c’est vraiment exagéré ! » Mais, si j’ai dit que j’allais faire quelque chose, alors, il faut que je m’y tienne.

Leslie : Voici le podcast « Réveille Nos Cœurs ». Nous continuons la série : « Le pouvoir des mots ».

Flatter, exagérer, embellir… Tout ça n’a pas l’air bien méchant, jusqu’à ce qu’on réalise que ce sont en fait des mensonges. Aujourd’hui, on va découvrir qu’on ment peut-être bien plus souvent qu’on ne le croit.

Nancy : Dans cette série de podcasts on parle ensemble du pouvoir et de l’impact de nos mots, de nos paroles. Je vous ai encouragées à apprendre par cœur Proverbe 18 verset 21, qui dit dans cette version : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue. » On a vu que nos mots peuvent blesser ou guérir. Les mots ont le pouvoir d’apporter la grâce et les bénédictions ou ils ont le pouvoir de décourager les personnes à qui on parle. 

Et on a également vu, dans l’épisode précédent, que notre langue est en quelque sorte, liée à notre cœur. Le vrai problème il ne vient ni de notre langue, ni de nos discours, ni de nos paroles, mais le vrai problème il vient en fait de notre cœur. Pour celles et ceux d’entre nous qui se sentent concernés, en fait je crois que c’est vrai pour tout le monde, Dieu nous a offert une solution, par la croix et le sang de Christ.

Ça, ça s’appelle la confession, la repentance, la grâce de Dieu et son pardon. Et dans cette série, on découvre ce que le livre des Proverbes a à nous dire sur le thème de la langue justement. Quand j’ai étudié ce sujet, il m’est arrivé de me sentir rapidement dépassée, même découragée, je me suis demandée si un jour j’apprendrais enfin à maîtriser mes paroles. Mais si j’étais restée avec ce sentiment ça aurait été vraiment une victoire de l’ennemi.

Alors, reprenons courage ! Par la puissance de l’Esprit de Dieu, on peut remporter cette victoire sur le mensonge. Dieu peut vraiment nous donner un cœur nouveau, un cœur pur, un cœur aimant, un cœur qui est source de paroles pures, des paroles pleines de grâce et pleines d’amour. 

Et dans les prochains podcasts, on va examiner le livre des Proverbes pour découvrir aussi de quelles manières notre langue peut parfois être utilisée pour le bien, et d’autres fois pour le mal. Et par rapport à ça, il y a quelques années, Dieu a vraiment beaucoup beaucoup travaillé dans ma propre vie. Il faut toujours se demander si notre langue va servir à tromper ou à dire la vérité.

Alors dans le livre des Proverbes il est beaucoup question de mensonges, de langue trompeuse. On aborde le sujet du mensonge sous différents aspects : par exemple la tromperie, les faux témoignages, la séduction, le fait de séduire avec nos paroles. On peut mentir de beaucoup de manières différentes. 

On pense peut-être qu’on n’a pas de problème avec le mensonge. Mais puisque je vais être franche avec vous, j’aimerais vous dire honnêtement que quand j’étais plus jeune, au début de mon service pour Dieu, j’avais vraiment un gros problème avec le mensonge. En fait, je suis sûre que ça n’a pas commencé à ce moment-là, mais c’était déjà présent bien avant.

Quand j’avais une vingtaine d’années, le Seigneur a commencé à me montrer que j’avais un gros problème dans ce domaine… A mes yeux, ce n’était pas vraiment un problème, c’était plutôt de « l’exagération », comme je disais. Mais le Seigneur m’a montré que c’était vraiment du mensonge et que ça venait de mon désir de donner une meilleure image de moi. 

C’était un péché qui était très profondément ancré dans mon cœur. Le livre des Proverbes montre tout d’abord ce que Dieu pense du mensonge. Si on veut avoir des cœurs droits, il nous faut voir le mensonge comme Dieu le voit. Et pour Dieu, le mensonge ce n’est pas une petite affaire. 

Quand on ouvre le livre des Proverbes au chapitre 6, à partir du verset 16, on peut lire une liste assez connue, une liste de six choses que le Seigneur déteste, et même sept choses qu’il a en horreur.

La Bible utilise le mot haïr, il y a « Six choses que l’Éternel hait » …qu’il hait ! C’est vraiment un mot très fort ! « Qu’il a en horreur » …une abomination… ! Ça aussi, c’est une parole forte ! Si vous savez que quelque chose est vraiment dégoûtant pour Dieu, quelque chose dont il a vraiment horreur, est-ce que vous auriez envie de prendre ça à la légère ? Est-ce que vous auriez envie de le tester, l’essayer ? …de jouer avec ? 

Quand on regarde cette liste, on réalise que trois des sept choses qui sont mentionnées ont un lien avec la langue, et que deux de ces choses nous parlent spécifiquement de mensonge. Alors on pourrait s’attendre à ce que les sept choses mentionnées sur cette liste soient complètement différentes les unes des autres, et pourtant, le mensonge est mentionné à deux reprises.

Après les yeux hautains, on trouve la langue menteuse et ensuite le faux témoin qui dit des mensonges et, finalement, celui qui excite des querelles entre frères, entre les gens. Et moi, je ne vois pas comment on pourrait faire ça autrement qu’avec des paroles. Donc voici, sur une liste de sept choses, trois choses qui ont un lien avec la langue, et deux qui sont directement liées au mensonge.

Alors, qu’est-ce que Dieu pense du mensonge ? Il le déteste. Et pourquoi est-ce qu’il déteste le mensonge ? Parce que Dieu est Vérité, et mentir c’est fondamentalement contraire à sa nature. En Dieu, il n’y aucune ombre, il n’y a rien qui obscurcit la vérité. Dieu est pleinement lumière. Et quand on déforme la vérité, quand on ment avec subtilité pour se défendre ou pour être mieux vues, des autres, on s’oppose à la nature même de Dieu. 

Proverbes chapitre 12 verset 22 nous dit : « Les lèvres fausses sont en horreur à l’Éternel, mais ceux qui agissent avec vérité lui sont agréables. » Dieu déteste le mensonge parce que c’est contraire à son caractère. En fait, on découvre dans les Écritures que mentir c’est diabolique. C’est satanique et c’est pour ça que Dieu le déteste le mensonge. 

Par contre, Dieu aime ceux qui parlent avec vérité, parce que quand on parle avec vérité, on parle le langage de Dieu. Donc voilà, c’est comme ça que Dieu voit le mensonge. 

Maintenant, une autre question importante qu’on va se poser c’est : comment les enfants de Dieu considèrent le mensonge ? Comment est-ce qu’on devrait voir le mensonge ?

Proverbes 13 verset 5 dit : « Le juste déteste les paroles mensongères. » Ça vous fait penser à qui ça ? Qui d’autre déteste le mensonge ? Dieu lui-même. Donc les justes, ceux qui ont en eux le caractère et le cœur de Dieu, détestent eux aussi le mensonge.  Le juste déteste les paroles mensongères et le verset continue : « Mais le méchant, se rend odieux et se couvre de honte. »

Donc, le juste aime ce que Dieu aime et il déteste ce que Dieu déteste. Et comme Dieu déteste tout ce qui est faux, de la même manière, si nous sommes justes, nous détestons nous aussi tout ce qui est faux.

On va voir maintenant Proverbes 12 verset 19 : « La lèvre qui dit la vérité est affermie pour toujours,

tandis que la langue mensongère ne subsiste qu’un instant ». (SEG21) Dans la réalité, ce n’est pas ce qui semble être toujours le cas. Mais les Proverbes nous disent qu’à long terme, c’est sur le long terme, à la lumière de l’Éternel et dans la perspective de Dieu, que l’effet des paroles vraies dure pour toujours, tandis que ceux qui trompent, ceux qui mentent, prendront fin. Ils ne sont là que pour un moment. La phrase signifie littéralement « le temps d’un clin d’œil. »

On pourrait croire que les personnes qui trompent arrivent mieux à avancer dans la vie, qu’ils ont plus de succès. Mais, en fait, ce ne sera vrai qu’un court instant et ensuite, leurs actes seront exposés, dévoilés.

Il y a plusieurs versets qui parlent de l’importance d’un témoignage sincère.

On va regarder Proverbes 12 verset 17.

Ici, il est question d’une cour de justice. Et à plusieurs reprises dans le livre des Proverbes, il est fait référence à un contexte de jugement, à quelque chose de légal. Par extension ça peut s’appliquer à toute situation où on doit rapporter quelque chose, où on doit faire un récit des faits, à être témoin, dire « J’ai vu ceci, j’ai entendu cela…, c’est ainsi que ça s’est passé… »

Et Proverbes 12 verset 17 dit : « celui qui dit la vérité proclame la justice, mais le faux témoin, la tromperie. »

Proverbes 14 verset 5 : « Un témoin fidèle ne ment pas, mais un faux témoin dit des mensonges. » Et ça se rapporte, bien sûr, au neuvième commandement qui dit : « Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain. » (La Colombe) (Deut. 5.20)

Alors, si vous réfléchissez à ce que vous répétez sur d’autres personnes, est-ce que vous racontez les faits de manière exacte ? Est-ce que vous vous donnez la peine de vérifier que les détails de ce que vous dites sont justes ? Est-ce que votre récit reflète ce qui s’est réellement passé ?

Alors vous allez me dire : « Moi mais c’est extrême ça, c’est légaliste. Il faudrait faire attention à tout ce que l’on dit ! » Mais, voilà, c’est exactement ce que disent les Écritures. On doit rendre compte de chaque mot inutile, irréfléchi qui est sorti de notre bouche.

Et vous savez, Il y a des années, quand Dieu a commencé son travail en moi pour me libérer de ma tendance à exagérer, à déformer la vérité et à ne pas toujours dire toute la vérité, et bien j’ai découvert à quel point j’étais beaucoup plus libre quand je disais la vérité.

Ce n’est pas toujours facile de dire la vérité, parfois, on sait que dire la vérité ça va avoir des conséquences désagréables. Alors on a peut-être envie de cacher un peu les choses, de mentir. Mais, au bout du compte, les conséquences des mensonges se révèlent toujours être plus néfastes. Donc même si vous deviez subir des conséquences désagréables pour avoir dit la vérité, c’est toujours mieux de vivre dans la vérité et d’avoir la bénédiction de Dieu sur votre vie. 

Dans Proverbes chapitre 19 verset 5 on lit : « un faux témoin ne restera pas impuni et celui qui dit des mensonges n’échappera pas. » D’ailleurs, à ce sujet il y a toujours dans la vie des enfants, un moment où les enfants découvrent le mensonge. Et, en tant que parents, on devrait presque prier pour que leur capacité à mentir soit découverte aussitôt, aussi vite que possible. C’est la meilleure chose qui puisse leur arriver (c’est la meilleure chose qui puisse qui puisse nous arriver) : c’est que la tromperie soit découverte. Ça nous aide vraiment à faire face à ce problème du mensonge.

Le Livre des Proverbes dit que ceux qui mentent n’y échapperont pas. Ils en récolteront les conséquences. On pourrait facilement se dire : « Ah non non, ça ne me concerne pas, je n’ai pas de problème du tout avec le mensonge… »

Et bien ces dernières années, j’ai cherché à mieux comprendre les différents aspects du mensonge, les différentes manières qu’on a de tromper les autres.

Ce qui est très évident, c’est qu’on peut mentir ouvertement, tout en sachant que ce n’est pas bien. Mais, maintenant, j’aimerais aborder d’autres façons de mentir. Je n’entrerai pas forcément dans tous les détails, mais j’aimerais vous poser des questions précises, des questions que le Seigneur m’a posées, à moi, et qui m’ont aidée à y voir plus clair quand j’ai dû examiner mon propre cœur.

La première chose, c’est l’exagération. Ça peut être par exemple l’exagération de nos réussites passées. Il peut s’agir aussi de l’exagération de la vérité avec des mots comme toujours et jamais. Ces mots là, ça peut être un vrai poison dans le mariage.  Ou en tant que mère de famille avec les enfants. Vous savez quand on dit : « Tu fais toujours ça… » ou « tu ne fais jamais ça… » ou encore « Dans ta chambre, c’est toujours… »

Et quand on entend ce genre de chose, on a tendance à réagir en exagérant sans prendre en compte la graine de vérité qu’on aurait pu revoir si ça avait été dit autrement. Ça ne justifie en rien le fait qu’on ne tient pas compte du conseil ou de la réprimande. Mais, en même temps, ça montre que, lorsque la vérité est exagérée, on perd notre crédibilité.

Exagérer ça peut aussi vouloir dire faire des généralités sur des personnes ou des situations, quand on dit des choses qui sont peut-être généralement vraies, mais comme si elles étaient toujours vrai ; ou encore, quand on embellit les détails pour rendre une histoire plus amusante ou plus intéressante. L’exagération c’est une façon de tromper les autres. 

Deuxièmement, une autre façon de tromper, c’est, la flatterie. Selon le Psaume 12 au verset 3 : « On se dit des faussetés les uns aux autres, on a sur les lèvres des choses flatteuses, on parle avec un cœur double. » La flatterie, c’est faire des compliments dans le but d’améliorer notre propre réputation aux yeux des autres.

On a déjà cité le mensonge proprement dit, qui comprend la diffamation, les faux témoignages dans le but de nuire, la falsification des documents ou des cartes de pointage au travail…ou les choses comme ça. Et vous savez les gens écrivent des mensonges même sur leurs lettres de demande d’emploi.

Dans notre organisation, il est arrivé que des personnes viennent nous voir, après des années de service, pour nous dire : « J’ai menti sur ma lettre de demande d’emploi. Je voulais tellement ce poste que j’ai menti. »

On connait tous des gens qui ont réussi leur carrière en décidant de ne pas dire la vérité. De fausses déclarations de revenus, des falsifications de documents pour leurs avantages personnels, tout ça, c’est sans aucun doute du mensonge.

On en arrive maintenant au quatrième point : induire en erreur. Et ça c’est un peu plus subtil. C’est donner une fausse impression. Même si mes mots sont justes, je peux faire croire autre chose à travers ce que je dis ou bien choisir de communiquer des faits de manière sélective pour influencer les choses à mon avantage.

Le cinquième point : c’est l’inexactitude. On ne ment pas forcément de manière délibérée, ce n’est pas nécessairement intentionnel, mais parfois, on ment simplement en négligeant certains détails d’une histoire ou en oubliant de vérifier les faits.

Un exemple très pratique ce n’est pas parce qu’on a vu quelque chose sur internet que c’est forcément vrai. Alors, si on en parle, on devrait plutôt dire : « J’ai entendu que… » ou « J’ai lu … » ou alors « Quelqu’un a dit que … » Mais ne le présentons pas comme si c’était un fait qu’on avait pu vérifier.

Sixièmement, la tromperie : la tromperie se manifeste quand j’essaye de donner une meilleure image de moi que la réalité, ou bien quand j’essaye de donner l’impression d’être plus spirituelle, plus mature ou plus engagée que je ne le suis réellement.

Et ça, c’est parfois un défi pour moi dans mon travail parce que je sais que, quand je parle en public, je partage des vérités qui viennent de la parole de Dieu, qui sont pour moi des bénédictions, et j’espère qu’elles le sont pour vous aussi. Mais, ça peut donner la fausse impression que tout va de soi, pour moi, et que je n’ai pas à lutter moi-même pour mettre ces vérités en pratique dans ma propre vie. 

Alors bien sûr, j’essaye, vraiment. Mais je dois vous dire que la plupart des enseignements que je donne, je les enseigne parce que je suis moi-même confrontée à ces problèmes. Ce que je partage ça découle de mes propres expériences de vie, de mon cheminement avec le Seigneur. Et je ne veux vraiment pas donner l’impression d’être plus mature spirituellement que je ne le suis en réalité.

L’hypocrisie est une autre forme que le mensonge peut prendre. On est hypocrite quand on parle gentiment à quelqu’un, mais dès qu’on parle de cette personne à quelqu’un d’autre, on le fait avec amertume et parfois même avec haine. On chante les louanges de quelqu’un en sa présence, mais on le critique derrière son dos.

Le huitième point c’est l’incohérence. Changer d’avis. Souvent on accuse les politiciens d’agir comme ça, mais en fait on le fait tous ou, du moins, on l’a tous fait : changer nos opinions selon nos interlocuteurs. Il y a quelque temps, pendant un moment de questions/réponses, on m’a posé une question sur un sujet controversé.

Alors je savais très bien ce que je pensais de ça. Je savais ce que la Bible enseigne à ce sujet, mais je savais aussi que, assise au premier rang, il y avait une femme qui ne partageait pas du tout mon opinion. Elle est très gentille, mais je sais qu’elle voie les choses différemment.

Donc, quand on m’a posé la question, l’idée m’a traversé l’esprit de répondre de manière à ne pas offusquer cette femme, à ne pas prendre clairement position sur le sujet. 

Mais, Dieu, dans sa bonté, m’a aidée à ce moment-là à dire la vérité. Alors j’ai essayé de le faire avec le plus d’amour et de gentillesse possibles. Mon but ce n’était pas de m’opposer à cette femme. Mais c’était très important de ne pas changer mon discours en fonction de mes interlocuteurs, uniquement dans le but de faire bonne impression.

Le neuvième point touche au domaine de la ruse. Les Écritures disent : « Heureux l’homme (…) dont l’esprit ne connaît pas la ruse. » (SEG21) Être rusé, c’est aussi avoir des intentions cachées, des idées derrière la tête. Dans nos relations les uns avec les autre si, on fait comme si ce qu’on désire, c’est une chose précise, mais en fait, au fond, c’est tout autre chose.

Une manière qu’on a de manifester ce genre de ruse – je l’ai fait moi-même et j’ai entendu d’autres le faire aussi – c’est quand on montre de l’intérêt envers quelqu’un, qu’on agit comme si on voulait rendre service à cette personne, qu’on voulait lui offrir quelque chose, alors qu’en fait, on cherche à recevoir quelque chose de sa part en retour.

Par exemple on dit, « Je t’aime. J’aimerais te rendre ce service. » ou alors « J’aimerais t’inviter à manger au restaurant. » Mais au fond, on cherche à satisfaire nos propres besoins. C’est de la ruse et j’aimerais que mon cœur en soit débarrassé.

Et le dixième point de notre liste concerne les promesses qu’on ne tient pas. Une des promesses non tenues la plus courante c’est probablement quand on promet à quelqu’un qu’on va prier pour lui ou quand quelqu’un demande : « Est-ce que tu peux prier pour moi ? » Alors bien sûr on répond : « oui ». Mais au bout du compte on va passer à autre chose et on va oublier, ça va nous sortir de la tête. 

Alors personnellement, j’ai découvert une bonne solution à ça. Et je crois que je peux dire, sans me tromper, que quand quelqu’un vient me demander de prier pour elle ou pour lui, et que j’accepte, alors je propose de prier sur-le-champ. Parce qu’après, je risque d’oublier et je ne veux pas rompre ma promesse. Je veux tenir parole, j’aimerais être vraie. Alors, je propose à cette personne qu’on prenne un petit moment pour prier ensemble tout de suite. 

Et pour terminer, si je promets d’être quelque part à une heure précise, je ne tiens pas parole si je ne suis pas à l’heure, je ne tiens pas parole si je promets de faire quelque chose et que je ne le fais pas. Alors vous allez peut-être me dire : « Non mais, être en retard, ce serait une forme de mensonge ! Non, mais là, c’est vraiment exagéré ! » Mais, si j’ai dit que j’allais faire quelque chose, alors, il faut que je m’y tienne. 

Alors voilà, on a passé en revue pas mal d’aspects que la vérité peut prendre, j’ai abordé tous ces points assez rapidement, mais il y a peut-être l’un de ces aspects qui vos a touché en plein cœur ? Je me souviens très bien quand Dieu a commencé à s’occuper de ce problème du mensonge dans mon cœur.

J’avais une vingtaine d’années, je n’allais pas bien du tout. Le Seigneur m’avait montré certaines situations précises. Je savais que je devais revenir en arrière, rétablir la vérité. C’était une conviction qui était très intense. Et je me rappelle que c’était parfois difficilement supportable. Mais combien je remercie le Seigneur pour ça, maintenant.

Alors peut-être que vous êtes en train de ressentir une conviction pareille ?

Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas grave. Peut-être que Dieu a déjà travaillé votre cœur sur l’importance de dire la vérité.

Mais si Dieu est en train de vous révéler un domaine où vous n’avez pas été honnête, par exemple, envers votre conjoint, des histoires du passé qui sont restées cachées, quand vous avez menti à votre conjoint… Vous ne pourrez jamais être véritablement une seule chair avec votre conjoint, comme Dieu l’a prévu, si vous ne choisissez pas d’être vraie avec lui.

Alors je ne suis pas en train de vous dire que vous devriez prendre le téléphone dès que vous aurez fini d’écouter ce podcast pour appeler votre conjoint et lui dire : « Tu sais je t’ai menti dans le passé. » Mais demandez plutôt à Dieu de vous montrer quand et comment lui dire la vérité. Et c’est peut-être même quelque chose de tellement sérieux qu’il faudra une tierce personne pour vous aider tous les deux à résoudre ce problème. 

Ce que je suis en train de vous dire, c’est qu’il y a beaucoup de liberté quand on marche dans la lumière et qu’on peut dire : « Seigneur, je désire que mes paroles reflètent la vérité, je désire marcher dans la vérité et j’aimerais aussi que toutes mes relations soient vraies, soient dans la vérité. » Et la Bible dit que c’est ce genre de personne qui réjouit le cœur de Dieu.

Leslie : Aujourd’hui nous avons vu ensemble ce qui se trouve au cœur du mensonge, comme ce qui se trouve au cœur de la vérité. Si vous sentez que Dieu parle à votre cœur à ce sujet, arrêtez-vous et demandez-lui de transformer en profondeur votre vie. Cherchez à développer de nouvelles habitudes dans la manière dont vous vous exprimez.

Nancy : Avant qu’on se quitte pour aujourd’hui, j’aimerais vous inviter à prier, à incliner votre cœur devant le Seigneur et à lui demander : « Seigneur, est-ce qu’il y a des mensonges, des tromperies dont j’ai besoin de me repentir ? Tu me dis dans ta parole que ceux qui agissent avec vérité te sont agréables.

Seigneur, nous voulons faire tes délices, nous voulons réjouir ton cœur. Alors, délivre-nous du mensonge. Donne-nous une passion pour la vérité, un cœur vrai qui s’exprime par des paroles sincères. Je te prie au nom de Jésus. Amen.

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910 (LSG) (sauf indication contraire).

Réveille Nos Cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, une initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

 

 

Adapté par nos soins à partir de la transcription des podcasts de ROH. 

Il est possible que le texte écrit présente des différences mineures avec la version orale.

 

 

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2021 Réveille Nos Coeurs.