icon-newsletter

Épisode 5 – Pourquoi être reconnaissante ?

Publié le: 03 Jan 2022

Dannah Gresh : De quoi êtes-vous reconnaissants dans la vie ?

Femme 1 : Pour ma famille, pour ma santé.

Femme 2 : Je suis reconnaissante pour l’opportunité d’étudier et d’apprendre toujours plus sur ce qui me passionne.

Femme 3 : Je suis reconnaissante pour toutes les choses que le Seigneur me donne, comme l’air et le soleil tous les jours.

Femme 4 : Pour mon mari et une jolie maison, et ma chouette famille.

Femme 5 : Je suis vraiment reconnaissante pour mon salut. J’ai une nouvelle vie bien loin de celle que j’avais avant. 

Femme 6 : Je suis reconnaissante pour mon travail car c’est un travail que j’aime et qui me fait sentir accomplie.

Dannah : Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’aime beaucoup entendre les choses pour lesquelles les gens sont reconnaissants ! J’espère d’ailleurs que vous aussi vous avez des occasions d’entendre des personnes raconter des témoignages et dire comment Dieu les a bénies. Ça fait tellement du bien !

Aujourd’hui, dans ce nouvel épisode de notre série « Vivre la gratitude » on va expliquer pourquoi la reconnaissance devrait être une attitude de cœur, 365 jours par an. Et d’autant plus pour celles et ceux qui ont compris et reçu l’amour et le pardon que Dieu leur a offert.

Nancy DeMoss Wolgemuth : Vous savez je crois qu’être chrétien et ne pas être reconnaissant c’est quelque chose de totalement contradictoire. Ça ne devrait pas être comme ça. On était sans relation avec Dieu, on était séparé de lui, sans espoir, coupable, condamné. C’était le cas pour chacun, chacune d’entre nous, et c’est la condition humaine dans laquelle on est venu au monde. 

Mais dans sa grande miséricorde et dans sa grâce, Dieu a jugé bon de nous sauver, de nous racheter, de nous libérer du péché, d’envoyer Jésus et son Saint-Esprit, de nous donner sa Parole, son corps, de faire partie de son peuple avec l’espoir et la promesse de la vie éternelle.

Avec tout ça, comment c’est possible de ne pas être reconnaissant ? Vous vous souvenez des trois mots qui pourraient en quelque sorte résumer l’Évangile ? Culpabilité, grâce, gratitude. Pourtant sans vraiment savoir pourquoi, on se retrouve trop souvent au point de manquer de reconnaissance. Je crois qu’on a toutes et tous besoin, et moi la première, qu’on nous rappelle la grâce de Dieu, qu’on nous rappelle d’où on vient et de quoi il nous a sauvés.

Il y en a peut-être plusieurs parmi vous qui sont comme moi. Vous avez connu le Seigneur quand vous étiez très jeunes, quand vous étiez enfants et vous avez peut-être du mal à vous rappeler comment c’était avant. Mon tout premier souvenir, c’est le moment où je suis venue au Seigneur. Je ne me rappelle de rien avant ça. Alors oui, parfois on oublie où on était sans Dieu et on oublie de quoi il nous a libérés. Rien que l’idée qu’il veuille nous sauver c’est quelque chose qui nous dépasse.

Mon père ce n’était pas quelqu’un de très émotif, mais quand il nous parlait du moment où Dieu l’avait appelé et comment il l’avait sauvé, alors qu’il était un jeune homme rebelle (il avait la vingtaine, c’était le vendredi 13 octobre 1950), il était toujours au bord des larmes parce que son émerveillement était resté intact. Il n’en revenait pas que Dieu ait posé les yeux sur lui.

Moi non plus je n’ai pas envie de m’arrêter de m’émerveiller. Et je crois que garder cette attitude d’émerveillement par rapport à notre propre salut, c’est est un des moyens de garder un cœur reconnaissant. Avoir un cœur reconnaissant, ça permet de préserver l’émerveillement. 

Au cours des podcasts précédents, on a vu ensemble ce que ça veut dire vivre la gratitude, ce que c’est que la gratitude, et pourquoi c’est tellement important de dire merci. On a vu aussi les bonnes raisons d’être reconnaissant et comment savoir si on a un cœur reconnaissant ou un cœur ingrat.

Et la dernière fois on a parlé des différentes façons de remercier et de rendre grâce. Par exemple, exprimer notre reconnaissance à Dieu à haute voix. Parce que très souvent on garde la reconnaissance au niveau de nos pensées sans l’exprimer. On a parlé aussi du fait de remercier le Seigneur en musique, avec des chants, de le remercier dans nos prières, comme l’apôtre Paul l’a souvent fait. C’est, en tout cas, ce que l’on peut découvrir dans les épitres du Nouveau Testament. Et puis aussi de rendre grâce à Dieu autant en privé qu’en public.

C’est vrai que, parmi nous, certaines personnes sont plus à l’aise en privé. Mais c’est une bonne chose aussi de remercier Dieu au sein d’un petit groupe, par exemple, ou d’une réunion avec pas mal de personnes. Et de se rappeler les uns aux autres combien Dieu est bon. 

Je me souviens d’un jour de Thanksgiving, la fête de la Reconnaissance aux États-Unis. Le soir avant, on avait vécu un moment spécial, une célébration pour exprimer notre gratitude à Dieu. C’était l’occasion de partager un témoignage sur la fidélité et la bonté de Dieu durant toute l’année écoulée, et de raconter ce qu’il avait fait pour nous. 

Et tour à tour, des hommes, des femmes, des personnes plus âgées, des plus jeunes, des personnes qui étaient nouvelles dans la foi et d’autres qui connaissaient le Seigneur depuis des années déjà ; tous ces gens se sont succédés au micro pour simplement partager leur témoignage et dire ce que Dieu avait fait dans leur vie et autour d’eux.

Ça m’a tellement encouragée d’écouter les témoignages de toutes ces personnes, avec des chemins de vie uniques, avec leur vécu personnel. Tous rendaient grâce au Seigneur à l’unisson. J’avais le cœur plein de gratitude en voyant ces gens qui étaient prêts à s’approcher d’un micro pour dire « Dieu a été bon, je le remercie ».

Aujourd’hui on ne va pas parler uniquement du « comment ? » on peut remercier Dieu mais plutôt du « quand ? ». Quand est-ce qu’on devrait rendre grâce ? Quand remercier le Seigneur ? 

Et bien… à tout moment ! En tout cas c’est la première réponse qui me vient à l’Esprit. On devrait rendre grâce à Dieu tout le temps et c’est ce qu’on va voir ensemble. Mais il y a aussi des moments particuliers où on peut spécialement lui rendre grâce. Et je vais en citer quelques-uns de ces moments.

Premièrement, on peut remercier Dieu lors d’occasions spéciales. Pendant les vacances, par exemple, ou pendant les jours fériés comme les fêtes chrétiennes. Si on y réfléchit, il y a Noël, il y a Pâques, et l’Ascension aussi, en tout cas suivant les traditions de nos différents pays. Ce sont autant d’occasions pour nous de prendre le temps de se rappeler l’Évangile, de penser à notre foi, à ce qu’elle signifie, et de penser à ce que Dieu a fait pour nous. Prendre le temps de s’arrêter, de faire le point, et de remercier Dieu d’une façon toute particulière.

Pour ma part, j’aime bien prendre du temps, à l’approche de ces différentes fêtes, et remercier Dieu en méditant sur sa bonté.

Et puis il y a aussi le réveillon de Nouvel An. Pour tout vous dire, depuis plusieurs années, une des grandes bénédictions de mes fins d’année c’est justement une célébration spéciale qu’on fait à Nouvel An, qu’on organise chez nous, à la maison. On invite plusieurs familles, et puis tout le monde amène quelque chose à grignoter, on pose tout ça sur la table. Il y a des enfants, des adolescents, des parents et puis on passe un beau moment de fraternité ensemble.

Et avant de se quitter, on se réunit encore pour un temps de louange et d’actions de grâce. On se raconte les uns aux autres ce que Dieu a fait dans nos vies pendant toute l’année écoulée, on parle de sa bonté. On lit sa Parole, on le loue et on prie aussi pour la nouvelle année qui s’ouvre devant nous. On loue le Seigneur pour la miséricorde dont il a fait preuve pour nous pendant l’année écoulée et puis on le remercie déjà pour sa fidélité dans l’année qui viendra. C’est des moments très précieux, qui font partie de ces occasions où on peut exprimer notre gratitude à Dieu. Dans l’Ancien Testament, on voit que les juifs avaient aussi leurs propres fêtes. Trois fois par année, par exemple, les hommes juifs devaient faire un pèlerinage jusqu’à Jérusalem, principalement pour rendre grâce à Dieu. Et puis il y avait aussi le début et la fin des récoltes.

Au début de la récolte, ils offraient les premiers fruits de la terre au Seigneur. C’était une manière de lui dire « Merci pour ce que tu nous as donné. Merci pour ta provision future ». Et puis, à la fin de la récolte, quand tout le grain, tout le blé, toutes les autres provisions de nourriture avaient été ramassés, ils prenaient aussi un temps pour réfléchir à la bonté de Dieu, et pour lui dire « Merci ». Et ils offraient leurs dîmes, leurs offrandes et leurs actions de grâce.

Dans les Écritures, on trouve ces moments particuliers, comme dans nos vies quotidiennes d’ailleurs, pour rendre grâce à Dieu. Par exemple, quand on arrive au bout d’un projet ou d’un engagement.

Là je pense à l’achèvement de la construction du temple dans l’Ancien Testament, quand le peuple s’est rassemblé pour une grande célébration de reconnaissance. Et puis aussi, après la reconstruction de la muraille de Jérusalem, après les 70 ans d’exil, eh bien le peuple juif a aussi pris le temps de rendre grâce. Après avoir travaillé longtemps dans des conditions difficiles, ils se sont arrêtés pour dire merci au Seigneur et pour le louer. En fait, il y avait des personnes qui étaient spécialement dédiées pour cela, des gens consacrés à conduire le peuple dans l’adoration et les actions de grâce. C’était des musiciens et des chanteurs.

Tout au long de notre vie, c’est bon de prendre du temps au début et à la fin de ce qu’on entreprend, prendre du temps pour dire : « Merci Seigneur, merci pour ce que tu vas faire et merci pour ce que tu as déjà fait. »

Je me souviens aussi quand j’ai fait construire ma maison. À la fin de la construction, on s’est tous retrouvés pour la consacrer à Dieu et pour lui dire merci.

On a fait pareil à la fin de la première année de Revive Our Hearts (le ministère anglophone qui a inspiré la création de Réveille Nos Cœurs). C’était en 2002, on s’est tous rassemblés pour exprimer notre gratitude à Dieu pour ce ministère et pour celles et ceux qui en font partie.

Il y a aussi, par exemple, les mariages et, même, les enterrements qui sont des occasions pour remercier Dieu. Quand mon père est décédé, on s’est tous retrouvés pour célébrer sa vie, pour remercier Dieu de nous avoir donné cet homme qui a été un bon père, un bon mari, un excellent ami.

Et tous ces moments sont autant d’occasions d’exprimer notre reconnaissance. Mais on ne devrait pas en rester là. Les Écritures nous disent que les compassions et les bontés de Dieu ne sont pas épuisées et qu’elles se renouvellent chaque matin. Alors si Dieu nous bénit chaque matin, s’il fait preuve de miséricorde à chaque jour qui passe, est-ce qu’on ne devrait pas nous aussi lui exprimer notre gratitude quotidiennement ?

Oui, tous les jours, matin et soir. Dans la Bible on voit que les Lévites « avaient à se présenter chaque matin et chaque soir, afin de louer et de célébrer l’Éternel ». C’est ce qu’on lit dans 1 Chroniques chapitre 23, verset 30. 

Il y a aussi le Psaume 119 (verset 62, version Parole de Vie) où le poète dit : « Au milieu de la nuit je me lève pour te remercier ».

Dans le livre de Daniel également, on sait que le jeune homme s’agenouillait, priait, louait et remerciait Dieu trois fois par jour.

Nous aussi, nous sommes invités à remercier Dieu sans arrêt parce qu’il nous bénit jour après jour.

La lettre aux Éphésiens, chapitre 5 (verset 20) aussi nous dit de rendre gloire continuellement.

Et puis au premier chapitre de la première lettre aux Thessaloniciens (verset 2), l’apôtre Paul dit que les croyants rendaient « continuellement grâces à Dieu » pour leurs frères et sœurs dans la foi.

Dans Hébreux, chapitre 13 verset 15 : « Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. »

Et encore dans le Psaume 34, au premier verset : « Je bénirai l’Éternel en tout temps ; Sa louange sera toujours dans ma bouche. »

Alors ça ne veut pas dire que tout ira toujours bien pour nous, d’un point de vue humain. Ça ne veut pas dire que les circonstances de la vie correspondront totalement à nos désirs, ou qu’elles seront toujours faciles mais comme le dit le psalmiste : « Je bénirai l’Éternel à tout moment, sa louange sera continuellement dans ma bouche. »

Et vous savez quoi ? Ce n’est pas juste pour la vie qu’on vit actuellement. Regardez ce qu’il est dit au Psaume 30, verset 12 (version Semeur) : « Éternel, mon Dieu, je te louerai à jamais. »

C’est ce qu’on va faire éternellement : remercier, adorer, louer, honorer celui qui a déversé une grâce incroyable dans nos vies.

Alors oui, même si c’est est bon d’être reconnaissant lors de certains évènements et qu’on peut en profiter pour prendre le temps de remercier Dieu. La gratitude devrait être un style de vie, jour après jour, matin, midi et soir, autrement dit, à tout moment, rendre continuellement grâce au Seigneur.

Il y a une célèbre journaliste américaine du XXème siècle, qui s’appelait Ann Landers, et qui avait publié dans sa chronique une liste, qu’elle avait reçue, et qui répertoriait de façon originale des sujets de reconnaissance. Voilà ce qui figurait sur cette liste :

  • Soyons reconnaissants d’avoir des vêtements qui nous serrent peut-être un peu trop, parce que ça veut dire qu’on a assez à manger.

 

  • Soyons reconnaissants d’avoir du rangement et du ménage à faire après avoir reçu du monde, parce que ça veut dire qu’on a passé un moment avec des gens qui nous sont chers.

 

  • Soyons reconnaissants de payer des impôts, parce que ça veut dire qu’on a un emploi.


  • Soyons reconnaissants de devoir tondre la pelouse et d’avoir à faire l’entretien des lieux, parce que ça veut dire qu’on a une maison.


  • Soyons reconnaissants d’avoir des factures de chauffage, parce que ça veut dire qu’on a de quoi se chauffer.


  • Soyons reconnaissants de faire la lessive, parce que ça veut dire qu’on a des vêtements à se mettre sur le dos.


  • Soyons reconnaissants de pouvoir utiliser la place de parking qui est à l’opposé de l’entrée du magasin parce que ça signifie qu’on peut marcher.


  • Soyons reconnaissants pour la dame qui chante faux derrière nous à l’église, parce que ça veut dire qu’on peut entendre.


  • Soyons reconnaissants quand les gens se plaignent du gouvernement, parce que ça veut dire qu’on a encore la liberté d’expression.


  • Soyons reconnaissants pour la sonnerie du réveil tôt le matin, parce que ça veut dire qu’on est en vie.

C’est vrai que quand on voit les choses comme ça on se rend compte qu’il y a énormément de raisons d’être reconnaissants.

On a vu aussi ensemble que la gratitude est la réponse adéquate de nos cœurs envers la grâce que Dieu fait abonder dans nos vies. C’est la bonne nouvelle de Christ. Vous vous souvenez des trois mots ? Culpabilité, grâce et gratitude. 

D’après les Écritures, on est appelés à être reconnaissants pour tout, oui vraiment pour tout.

Je rappelle encore une fois ce passage d’Éphésiens chapitre 5 (verset 20) : « rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ. »

Alors concrètement, c’est quoi toutes ces choses ? Eh bien, on peut déjà remercier Dieu pour les bénédictions physiques et matérielles mais aussi pour les bénédictions spirituelles. 

D’abord les bénédictions matérielles et physiques. Je tiens à souligner que ce ne sont pas les bénédictions les plus importantes mais ce sont souvent celles qui nous viennent en premier à l’esprit, quand on veut exprimer notre gratitude au Seigneur.

La Bible nous dit que (Jacques 1 :17) « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut ». Autrement dit c’est Dieu le donneur. Rien de bon ne vient que nous aurions créé nous-mêmes. Tout ce qu’on a nous vient de Dieu.

Dans le premier livre des Chroniques, chapitre 29, on nous raconte le moment particulier où le peuple a présenté des offrandes en vue de la construction du temple, et où le roi David a exprimé sa gratitude. En effet, une fois que les offrandes ont été réunies, David a fait une prière de reconnaissance. Il a remercié le Seigneur pour les bénédictions matérielles qui venaient de sa main.

Voilà ce que David dit dans ce psaume (versets 12 et 13) d’actions de grâce : « Seigneur c’est de toi que viennent la richesse et la gloire, c’est toi qui domines sur tout, c’est dans ta main que sont la force et la puissance, et c’est ta main qui a le pouvoir d’agrandir et d’affermir toutes choses. Maintenant, ô notre Dieu, nous te louons, et nous célébrons ton nom glorieux. » 

En d’autres termes, David dit : « Tout ce qu’on a vient de toi. C’est un cadeau que tu nous fais. Et même ce que nous t’offrons, c’est toi qui nous l’as donné et maintenant à notre tour nous te l’offrons. Nous n’avons rien que tu ne nous aies donné en premier. Et nous t’en remercions. »

Très souvent on néglige de remercier Dieu pour des choses comme la santé, le logement, les vêtements, tous ces cadeaux tangibles, matériels.

Et puis on peut penser à toutes les fois aussi où Jésus a rendu grâce, où il a remercié Dieu avant de partager un repas. Le simple fait de remercier Dieu pour la nourriture nous rappelle qu’il y a tant d’autres choses encore pour lesquelles on peut être reconnaissants. 

Ensuite on ne reçoit pas seulement des bénédictions physiques et matérielles, mais Dieu nous a comblés de bénédictions spirituelles, qui sont bien trop nombreuses pour être comptées. Mais je trouve que d’essayer d’en faire une liste, ça stimule énormément notre esprit et notre mémoire. Et c’est vraiment bénéfique.

Et je me permets de vous proposer ici une liste de quelques versets. Quand je les ai étudiés de plus près, ça m’a vraiment parlé des bénédictions spirituelles pour lesquelles on peut être reconnaissants.

Le Psaumes 75, verset 1 (version Parole de Vie) : « Nous te disons merci, ô Dieu. Nous te louons parce que tu es proche de nous, Nous racontons tes actions magnifiques. »

Une des bénédictions spirituelles c’est la proximité de Dieu.

Vous savez que dans les temps de l’Ancien Testament, sous l’ancienne alliance, avant que Christ ne vienne et ne meure sur la croix, les juifs ne pouvaient pas s’approcher de Dieu comme on le fait aujourd’hui. Il y avait un voile qui les séparait du lieu très saint, là où se trouvait Dieu. Mais quand Jésus est mort, ce voile s’est déchiré de haut en bas, et désormais on peut devenir proche de Dieu. On est invité à venir tout près de lui.

La semaine dernière j’ai reçu un email de la part d’une femme qui a pu entrer dans une reproduction grandeur nature de ce lieu très saint, le tabernacle, et voilà ce qu’elle a écrit : « Je n’aurais jamais imaginé que de marcher dans un lieu comme ça aurait un tel impact sur moi. Ça m’a bouleversée quand j’ai réalisé que je ne risquais pas la mort en entrant dans le lieu très saint, dans la présence de Dieu, comme c’était le cas pour les Israélites. »

Ce que cette femme a exprimé me rappelle combien on peut être reconnaissants de pouvoir être dans la présence de Dieu, où que l’on se trouve et à tout moment. On peut le remercier pour sa proximité, et pour la relation qu’on peut avoir avec lui.

Il y a aussi le Psaume 30 (verset 4) qui nous invite à célébrer par nos louanges la sainteté de Dieu. Remercions-le pour sa sainteté.

Et puis dans Ésaïe, chapitre 12 (verset 1), il est question aussi de remercier Dieu pour sa miséricorde : « Je te loue, ô Éternel ! Car tu as été irrité contre moi, ta colère s’est apaisée, et tu m’as consolé. ». Remercions-Le pour sa miséricorde.

L’apôtre Paul nous dit dans la deuxième lettre aux Corinthiens chapitre 9 (verset 15), que nous devons remercier Dieu pour Jésus lui-même. « Grâces soient rendues à Dieu pour son don ineffable (incomparable selon Semeur) ! » Là aussi est-ce que ce n’est pas largement suffisant pour nous garder reconnaissants pour toujours ? Et il y a encore tant d’autres bénédictions spirituelles qui viennent avec Christ.

Dans la lettre aux Colossiens, chapitre 1 (versets 12 à 14) : « Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés ».

C’est une quantité énorme de bénédictions que nous avons en Christ ! Alors disons-lui notre reconnaissance pour son salut, pour son pardon, et pour toutes les bénédictions spirituelles.

Et l’apôtre Paul dit encore (en 1 Timothée 1 :12-13) qu’il remercie le Seigneur Jésus de ce qu’il l’a jugé fidèle, en l’établissant dans le ministère. Autrement dit, il est reconnaissant d’avoir été appelé au ministère.

Peut-être que vous, vous vous dites « Je n’ai pas été appelée à un ministère, moi j’ai un travail tout à fait ordinaire. ».

Alors je ne sais pas quel genre de travail vous faites, mais je sais que Dieu nous a toutes et tous appelés à être ses serviteurs, ses sacrificateurs. On est tous appelés à le servir et à servir les autres. Et Paul nous dit que ça c’est une bénédiction incroyable.

Pour ma part je remercie Dieu pour le privilège d’être envoyée pour annoncer l’Évangile que ce soit à un grand nombre de personnes, ou juste dans la vie de tous les jours avec quelqu’un en tête à tête. C’est un cadeau. C’est un privilège pour lequel je suis vraiment reconnaissante.

Paul dit encore qu’il remercie Dieu pour la victoire sur la mort et la tombe. C’est un verset qui se trouve dans 1 Corinthiens chapitre 15 (verset 57) : « grâces soient rendues à Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ ».

Pour nous, la mort est une ennemie, oui, mais elle n’est plus une ennemie pour toujours. Parce que Christ est venu et il a brisé son pouvoir. Il a brisé le pouvoir de l’enfer, le pouvoir du péché et il nous a libérés de la mort et de la tombe.

Ensuite, dans la lettre aux Romains chapitre 7, Paul nous amène dans tout ce passage où il dit vouloir faire le bien mais ne pas toujours avoir le pouvoir de le faire et il nous parle de cette lutte intérieure qu’il constate en lui-même à cause du péché qui l’habite.

Et puis à la fin du passage il termine en disant (verset 24) : « Misérable que je suis ! Qui me délivrera du corps de cette mort ? »  Et il ajoute, tout de suite après (verset 25) : « Grâces soient rendues à Dieu par Jésus Christ notre Seigneur ! » « Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ. » (Romains 8 :1)

En d’autres termes, il dit : « Je remercie Dieu, parce qu’au travers de Jésus, il m’a délivré du pouvoir et du contrôle du péché sur ma vie. »

Ensuite Paul remercie Dieu pour le triomphe de l’Évangile (2 Corinthiens 2.14) : « Grâces soient rendues à Dieu, qui nous fait toujours triompher en Christ, et qui répand par nous en tout lieu le parfum de sa connaissance ! » 

Parfois on peut croire que ce monde a le dessus sur Christ et sur son Royaume mais la puissance de la mort ne pourra rien contre le Royaume de Christ, contre son Église. Et ça c’est la bonne nouvelle de l’Évangile qui triomphe. 

Dans le livre de l’Apocalypse on lit que les anges et les vingt-quatre vieillards dans le ciel remerciaient Dieu pour le pouvoir et le règne de Christ. Au chapitre 11, verset 17, on lit : « Nous te rendons grâces, Seigneur Dieu tout puissant, qui es, et qui étais, car tu as saisi ta grande puissance et pris possession de ton règne. »

On peut donc remercier Dieu pour sa domination et pour son règne éternel. Dieu règne aujourd’hui et pour toute l’éternité sur tous les rois, tous les présidents, toutes les principautés, les pouvoirs, les dirigeants de cette terre. Il règne sur tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Et tout pouvoir en enfer est sous son autorité ultime.

Il y a tant et tant de bénédictions spirituelles. Je remercie Dieu pour son Esprit Saint. Je le remercie pour la conviction des péchés. Je le remercie pour sa Parole, pour Son Église, pour le corps de Christ, et pour ce que ça veut dire dans ma vie personnelle, et pour le privilège de faire partie de ce corps. Ô oui, rendons à Dieu toute la reconnaissance qui lui est due.

Dieu notre Père, dans toute l’Éternité, on n’aura pas assez de temps pour te remercier pour toutes ces bénédictions matérielles et spirituelles que nous avons reçues de ta main généreuse. Mais nos cœurs sont remplis de gratitude et nous ne pouvons que te dire « Merci, Merci, Merci… ». Amen.

 

Dannah : Au terme de ce podcast nous vous rappelons que cette série « Vivre la gratitude » a été élaborée à partir du livre « Choisir la reconnaissance » de Nancy DeMoss Wolgemuth. Vous pouvez retrouver les références de ce livre sur notre site Réveillenoscoeurs.com. C’est là aussi que vous trouverez le défi de 30 jours « Cultiver la reconnaissance » que nous vous encourageons à relever. 

Savez-vous qu’une grande partie du Nouveau Testament a été écrite à partir de la gratitude ? Nous verrons pourquoi la prochaine fois. Et ce sera déjà le dernier podcast de cette série. Je vous dis à tout bientôt. 

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910, (sauf mention contraire.)

Réveille Nos Cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

 

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2022 Réveille Nos Coeurs.