icon-newsletter

Épisode 10 – La pureté sexuelle : la joie de la liberté intérieure

Publié le: 01 Aug 2022

Dannah Gresh : Aujourd’hui on touche un sujet sensible, la sexualité.  Si on a été brisé dans ce domaine, est-ce que c’est possible de retrouver la liberté ?

Nancy DeMoss Wolgemuth : Vous voyez, l’Évangile c’est un message d’espoir pour tout le monde, tous les gens dont la vie a été brisée, y compris dans le domaine sexuel.

Dannah : Bienvenue à l’écoute de Réveille nos cœurs. Depuis quelques temps déjà, nous suivons ici, avec vous une étude sur les caractéristiques du réveil personnel. Cette série est intitulée « Retrouver Dieu. La joie d’une foi renouvelée ». C’est dans ce cadre qu’aujourd’hui nous allons parler du plan de Dieu pour l’intimité physique dans le mariage. Et alors que vous nous écoutez, si vous avez de jeunes enfants près de vous, je vous invite à évaluer ou décider dans quelle mesure ils sont prêts à entendre parler de ce sujet, ou si ce serait mieux de les occuper ailleurs.  

Nancy : Je n’ai pas besoin de vous faire un dessin, on vit dans une culture hypersexualisée. L’omniprésence de la pornographie dans notre société nous a tous profondément affectés. Et quand je dis tous, je pense bien tout le monde, hommes, femmes et enfants. 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, cette culture nous envahit par son discours sur la beauté, sur le sexe, sur notre corps, sur notre valeur, et sur bien d’autres choses encore.

Et quand on regarde autour de nous, on voit beaucoup de tragédies, et on voit aussi une incroyable confusion, beaucoup de vies qui sont brisées. Partout la bataille fait rage. Pour ma part, en tous cas, quand je considère la place de la sexualité dans notre culture et dans notre monde, je crois que cette bataille est fondamentalement une bataille pour les âmes, une bataille contre la manifestation de l’Évangile. Et j’espère qu’à la fin de ce podcast, vous comprendrez un peu mieux ce que je veux dire.

Quel que soit le milieu dans lequel on se trouve, qu’on soit chrétien ou pas, on constate facilement que les points de vue sur la sexualité diffèrent beaucoup. À une extrémité de cet éventail de points de vue, on trouve ceux pour qui le sexe représente le bien ultime, la satisfaction ultime. Ils ne peuvent pas s’en passer. Ils en sont obsédés. Ils y pensent tout le temps. Le sexe devient leur dieu, et il les contrôle.

Et puis à l’autre extrémité de cet éventail, pour certaines personnes, le sexe est tout sauf bon. Pourquoi ? Il peut y avoir plein de raisons à ça. Ces gens ont peut-être grandi dans une famille ou dans un milieu où on leur répétait que le sexe c’est mauvais, que c’est dangereux, une affaire dans laquelle on peut attraper des MST…Bref, le message qui leur était transmis c’était : « Le sexe peut détruire ta vie, alors ne t’en approche pas. » Et ils en sont venus à considérer le sexe comme quelque chose de sale et de dégoûtant. Et d’ailleurs en cet instant même, il y en a peut-être parmi nos auditeurs, nos auditrices, qui sont probablement mal à l’aise en nous entendant parler de ça.

Il y a d’autres personnes encore qui pensent, non pas que le sexe est sale, mais que, si on a eu des relations sexuelles en dehors de l’alliance du mariage ou si on a d’une manière ou d’une autre enfreint les normes sexuelles de Dieu, on est souillé(e) pour toujours. Et quand ils entendent le mot « sexe », ça les remue, ça fait remonter à la surface de profonds regrets et une grande culpabilité. Donc, pour eux, le sexe est tout sauf bon.

Et il y a aussi d’autres personnes, et peut-être certains ou certaines d’entre nous, qui ont été victimes d’une agression sexuelle, d’un abus, d’une manipulation, et donc, pour eux, pour elles, le sexe est terrifiant. Et ces personnes en ont peur. Elles le redoutent. C’est quelque chose dont elles tiennent à rester éloignées.

Il se peut aussi que, pour une raison quelconque, liée à votre arrière-plan, à votre cadre de référence, vous considérez au fond le sexe comme un mal nécessaire. Si vous êtes marié(e), vous vous dites peut-être que c’est une contrainte, c’est un devoir que vous devez accomplir, quelque chose qui, par obligation, fait partie de votre vie.

Dans le passé, j’ai déjà enseigné ce thème de la sexualité dans le cadre de la série « Retrouver Dieu », mais je vous avoue que maintenant que je suis mariée, je vois tout ça d’un œil nouveau. Ma perspective est, aujourd’hui, un petit peu différente de celle que j’ai pu adopter autrefois.

Pour commencer, je vais juste rappeler une vérité : Dieu s’intéresse au sexe. Il s’y intéresse beaucoup. Et le diable aussi s’y intéresse beaucoup. Et j’ajouterai une autre vérité, à laquelle vous n’avez peut-être jamais réfléchi : on devrait s’intéresser de près au sexe, vous et moi. Parce que c’est quelque chose d’important.

Il me semble qu’il faut qu’on commence par énoncer quelques vérités fondamentales et réfuter aussi quelques idées fausses. Par exemple : « Le sexe représente beaucoup. » C’est vrai. « Mais le sexe ne représente pas tout. ». Ça c’est vrai aussi. Donc ici, l’idée fausse c’est que le sexe est tout. Ce n’est pas le cas. Il représente beaucoup, mais il ne représente pas tout.

La sexualité c’est un cadeau magnifique. C’est vrai. Mais la sexualité n’est pas plus grande que celui qui donne ce cadeau de la sexualité. Et ça aussi c’est vrai.

La relation sexuelle entre un homme et une femme est une métaphore importante, puissante, c’est l’illustration ou l’image de toute l’histoire de l’Évangile. Cette relation montre l’unité, la fidélité, la joie, le plaisir que les membres de la Trinité Divine éprouvent dans leur relation, le Père, le Fils, le Saint-Esprit. Cette image nous montre l’amour sacrificiel de Dieu pour son peuple, cette alliance d’amour. Donc la relation sexuelle est importante. Elle est belle, elle est magnifique, dans le cadre où Dieu l’a établie. 

Si vous le voulez bien, on va revenir un petit peu en arrière, remonter le temps jusqu’au troisième chapitre de la Genèse. On voit là comment Dieu a béni l’homme et la femme dans ce superbe environnement où il les avait créés. Ensuite, Satan a contesté l’œuvre de Dieu. Il a contesté la restriction que Dieu avait établie, quand il avait dit à l’homme et la femme : « Ne mangez pas du fruit de cet arbre. »

Adam et Ève étaient maintenant confrontés à un choix, et ce qui s’est passé c’est qu’ils ont échangé la bénédiction de Dieu contre la peur, la honte et la culpabilité. Dans le marché que Satan leur a proposé, ils ont voulu la mauvaise part. Ils ont considéré l’offre immédiate, ce mensonge, mais ils n’ont pas réfléchi à l’endroit où aboutissait le chemin qu’ils avaient pris. Ils ont cru faire une bonne affaire, mais au lieu de ça, ils ont échangé la bénédiction de Dieu contre la peur, la honte et la culpabilité. Et la chose dont ils pensaient tirer leur satisfaction, les a déçus et finalement les a détruits.

Le péché dans le jardin d’Éden, chez ce premier couple marié, a eu des conséquences dans tous les domaines de leur vie. Leur corps, leur âme, leur esprit ont tous été impactés, affectés par le péché. Leurs relations entre eux, avec leurs enfants, toutes les relations futures ont été entachées et affectées par ce premier péché, y compris les relations sexuelles. Et le schéma qu’on trouve de façon récurrente dans les Écritures : création – chute – rédemption, s’applique également au sexe. Dieu a créé la sexualité, et le sexe a été impacté par la chute. Mais Dieu libère le sexe, il libère notre vie sexuelle.

Actuellement, à notre époque où il y a tellement de choses qui sont en ruine, il y a beaucoup de gens qui ont une vie sexuelle en ruine, et qui ont du sexe une vision et des expériences dysfonctionnelles et déformées. C’est ce qu’on peut lire dans le premier chapitre de l’épître aux Romains (versets 24 et 25), par exemple :

« C’est pourquoi Dieu les a livrés à l’impureté, selon les convoitises de leurs cœurs ; en sorte qu’ils déshonorent eux-mêmes leurs propres corps ; eux qui ont changé la vérité de Dieu en mensonge, et qui ont adoré et servi la créature [et leurs propres convoitises de créatures] au lieu du Créateur, qui est béni éternellement. Amen ! » (Version LSG 1910)

Vous le voyez donc, Dieu fait état du fait que la sexualité humaine est complètement en ruine, mais il la replace à la fois dans le contexte de la création et dans celui de la restauration de tout ce qui a été brisé. Et le texte se termine par une louange à Dieu : « qui est béni éternellement ! Amen. » Il y a tout cela dans le même paragraphe !

Maintenant, la stratégie de Satan, dans tous les domaines de la vie, consiste à déformer et à pervertir la véritable valeur des choses. Pour prendre une image, il intervertit les étiquettes : ce qui n’a aucune valeur aux yeux de Dieu, Satan affirme que ça a une grande valeur, et ce que Dieu affirme être précieux, l’ennemi débarque et il déclare : « Ah ça, ça ne vaut rien, tu ferais mieux de t’en débarrasser au plus vite. »

Par exemple, dans le cas de la sexualité, c’est intéressant de noter que Satan convainc les personnes célibataires qu’elles ne peuvent pas vivre sans sexe, et une fois que ces personnes sont mariées, il réussit à en convaincre beaucoup qu’elles peuvent très bien se passer de sexe. C’est sa méthode : il démolit les valeurs, il les pervertit et il déforme le modèle selon lequel Dieu a conçu les choses.

Mais, « mais » et j’en suis vraiment reconnaissante, les Écritures apportent une réponse à tous ces mensonges. Les croyants du Nouveau Testament auxquels l’apôtre Paul s’adresse dans cette lettre, vivaient dans un monde obsédé par le sexe, et par certains aspects, encore plus obsédé que le nôtre ! Ils étaient confrontés à des tentations et à des problèmes sexuels dans tous les domaines. Et le message de Paul sur la pureté sexuelle était aussi radicalement anti-culturel à son époque qu’il l’est aujourd’hui.

On croit parfois que les normes de Dieu en matière de sexualité sont complètement démodées. Eh bien, elles ont toujours été « démodées ». Ces normes ne correspondent pas à la culture de maintenant ? Eh bien, elles n’ont jamais correspondu à la culture, peu importe l’époque.

Voilà pourquoi, au cours de ces moments qu’on passe ensemble, j’aimerais qu’on utilise l’eau pure de la Parole de Dieu pour laver nos cœurs et pour renouveler nos pensées, parce que c’est la Parole de Dieu qui nous donne la santé mentale, la perspective, les ancrages et les repères pour qu’on ne soit pas emporté à la dérive sur cet océan de valeurs morales en pleine mutation. Alors on pourrait se contenter de dénoncer tout ce qui va mal, mais il me semble bien plus important qu’on comprenne le but pour lequel Dieu a conçu la sexualité et qu’on comprenne bien ce que ça signifie rester pur dans le domaine sexuel.

On va se pencher sur trois passages des écrits de l’apôtre Paul. Le premier se trouve dans la première lettre aux Thessaloniciens chapitre 4. Je voudrais pouvoir passer un épisode entier à détailler le contexte de ce passage, mais je vais juste choisir un paragraphe, à partir du verset 3 : « Ce que Dieu veut… »  

Vous est-il déjà arrivé de dire à quelqu’un : « J’aimerais vraiment savoir quelle est la volonté de Dieu ? » Vous voulez vraiment savoir quelle est la volonté de Dieu ? Je vais vous dire ce que Dieu veut. Le passage qu’on est en train de lire, comme plusieurs autres, qui nous disent : « Ce que Dieu veut… » Alors je vous encourage à chercher ces passages, à approfondir ce qu’ils disent, et vous vous retrouverez au centre de la volonté de Dieu. Bien sûr, il n’y aura certainement pas un passage pour vous dire : « Vous devriez vendre la maison dans laquelle vous êtes et en acheter une autre. » Mais si vous étudiez les passages qui disent : « Voilà, ce que Dieu veut… » vous saurez comment prendre de bonnes décisions dans un grand nombre de situations.

Donc on continue notre lecture (versets 3 à 5) : 

« Ce que Dieu veut, c’est votre progression dans la sainteté : c’est que vous vous absteniez de l’immoralité sexuelle, c’est que chacun de vous sache garder son corps dans la consécration et la dignité, sans le livrer à la passion du désir comme les membres des autres peuples qui ne connaissent pas Dieu. » 

Je vais m’arrêter là pour l’instant. Ce qui est clair dans cette partie du passage, c’est que ceux qui connaissent Dieu ne vivent pas de la même manière que ceux qui ne le connaissent pas. Il y a une énorme différence qualitative, qui provient de l’intérieur des gens et qui se manifeste à l’extérieur d’eux. Vous comprenez, bien sûr tout le monde, tous les gens mangent par exemple. Tous les gens s’habillent. Tous les gens vont travailler, etc. Ils font beaucoup de choses de la même façon, mais à l’intérieur d’eux-mêmes, il y a un noyau qui est très différent.

Et Paul dit : « Vous ne pouvez pas prétendre connaître Dieu et en même temps vivre sous le contrôle de vos passions et de vos convoitises. Ceux qui connaissent Dieu s’abstiennent de toute immoralité sexuelle, et ils contrôlent leur propre corps dans la sainteté et l’honneur. »

Au verset 6, il continue :

« …c’est que personne dans ce domaine ne fasse de tort à son frère ou ne porte atteinte à ses droits, parce que le Seigneur fait justice de tous ces actes, comme nous vous l’avons déjà dit et attesté. »

Remarquez au passage qu’il est juste d’avertir les gens des conséquences du péché, notamment dans le domaine sexuel. Bien sûr, on va faire ça avec amour, dans un esprit de grâce. On ne va pas arriver vers les gens avec une massue pour leur taper dessus. Non, on n’essaye pas de détruire leur vie. On essaye au contraire de protéger leur vie de la destruction.

Donc Paul dit : « Je vais vous avertir à ce sujet. » Et nous devons nous avertir les uns les autres, et nous avertir nous-mêmes, que le Seigneur affirme que ceux qui transgressent les lois morales de Dieu et qui font du tort à leur frère, à leur sœur, en subiront les conséquences. Le péché sexuel vous affecte, vous, et il affecte la personne avec laquelle vous commettez un péché. Et quand vous péchez sexuellement, vous vous faites du tort à vous-même, et vous faites du tort aux autres.

Ensuite, au verset 7 (version LSG 1910), il dit (et c’est là qu’il met les choses en perspective) : « Car Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la sanctification. » La Bible du Semeur traduit ce passage comme ça : « Car Dieu ne nous a pas appelés à nous adonner à des pratiques dégradantes mais à vivre d’une manière sainte. »

Si vous voulez le meilleur de Dieu pour votre vie, si vous voulez jouir de la plénitude de tout ce pour quoi il vous a créé, alors recherchez la sanctification. Recherchez la sainteté. Dieu ne vous a pas appelé(e) à vivre dans l’impureté.

« Celui donc qui rejette ces préceptes ne rejette pas un homme [ce n’est pas moi qui ai fixé ces règles. Ce n’est pas moi qui ai établi ces standards], mais Dieu, qui vous a aussi donné son Saint-Esprit. » (Verset 8, LSG 1910)

Dieu nous a donné son Saint-Esprit, à vous comme à moi. On parlera justement de l’Esprit-Saint lors du prochain podcast. Il nous l’a donné, le Saint-Esprit, pour qu’on puisse vivre une vie sainte, libre de toute impureté. Et ça c’est un appel magnifique ! Quelle vocation !

Maintenant, l’alternative à la convoitise, on le verra dans ce passage et dans d’autres, c’est l’amour. Regardez le verset 9 :

« Vous n’avez pas besoin qu’on vous écrive au sujet de l’amour fraternel, car vous avez vous-mêmes appris de Dieu à vous aimer les uns les autres »

Puisque vous vous aimez les uns les autres, vous n’allez pas pécher les uns contre les autres en perdant le contrôle de votre corps et en vous laissant entraîner à l’immoralité sexuelle. Au lieu de ça, vous allez vous aimer les uns les autres. Ensuite, Paul dit : 

« …et c’est aussi ce que vous faites envers tous les frères et sœurs dans la Macédoine entière. Mais nous vous encourageons, frères et sœurs, à progresser encore. »

Faites-le de plus en plus. Recherchez la sanctification. Recherchez la sainteté. Au lieu de vous convoiter, de vous désirer les uns les autres, aimez-vous les uns les autres. Dieu vous appelle à rechercher la sainteté, alors répondez à cet appel et vous serez en bénédiction les uns pour les autres en manifestant l’amour de Christ.

On retrouve le même passage dans l’épître aux Éphésiens, au chapitre 5. Je vais juste relever quelques passages. Au verset 1 : 

« Soyez donc les imitateurs de Dieu, puisque vous êtes ses enfants bien-aimés. »

Dieu ne dit pas : « Je vous déteste, et je vous interdis le sexe. » Non, Dieu dit : « vous êtes mes enfants bien-aimés, et je veux pour vous tout ce qui est bon et rien qui soit mauvais, alors laissez-moi vous expliquer comment vous pouvez l’obtenir. »

Et je continue à lire au verset 2 (LSG 1910) : « Et marchez dans l’amour… », traduit aussi par « Et vivez dans l’amour ».

« Vivez dans l’amour ». Ne vivez pas dans la convoitise. Marchez dans l’amour. Aimez Dieu, et recevez l’amour de Dieu. Aimez les autres de l’amour de Dieu. Aimez-vous, vous-même, comme Dieu vous aime. Je continue (verset 2) :

« … et vivez dans l’amour en suivant l’exemple de Christ, qui nous a aimés et qui s’est donné lui-même pour nous comme une offrande et un sacrifice dont l’odeur est agréable à Dieu. »

Écoutez : Aimer, c’est se sacrifier. Aimer, ce n’est pas faire ce que vous voulez de votre corps, en suivant « vos instincts naturels. » Aimer, c’est faire ce qui plaît au Seigneur et ce qui honore votre propre corps et qui honore celui des autres. La suite au verset 3 :

« Que l’immoralité sexuelle, l’impureté sous toutes ses formes ou la soif de posséder ne soient même pas mentionnées parmi vous, comme il convient à des saints. » 

Paul avait commencé en nous disant : « Vous êtes des enfants bien-aimés », et maintenant il dit : « Vous êtes des saints. » Est-ce que vous savez ce qu’est un saint ou une sainte ? Alors un saint ce n’est pas un de ces chrétiens exceptionnellement parfaits, et morts depuis longtemps. Un saint, ou une sainte, c’est vous, c’est chacune des personnes en qui le Saint-Esprit de Dieu est venu habiter. Si vous êtes enfant de Dieu, vous êtes saint.

Et Paul dit : « Vous êtes saint. Maintenant, vivez comme une personne sainte. Vous n’êtes pas obligé de vivre comme les gens qui ne connaissent pas Dieu, et qui ne peuvent exprimer que les pulsions de leur nature. Vous, vous avez reçu le Saint-Esprit, qui vit en vous et qui veut vous donner la motivation, le désir et la capacité d’aimer Dieu et d’aimer les autres de la bonne manière, y compris avec votre corps. »

Dans la première épître aux Corinthiens, chapitre 6, on retrouve là le même schéma. Paul dit au verset 18 :

 « Fuyez l’immoralité sexuelle. Tout autre péché qu’un homme commet est extérieur à son corps, mais celui qui se livre à l’immoralité sexuelle pèche contre son propre corps. Ne le savez-vous pas ? Votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous et que vous avez reçu de Dieu. Vous ne vous appartenez pas à vous-mêmes, car vous avez été rachetés à un grand prix. Rendez donc gloire à Dieu dans votre corps [et dans votre esprit qui appartiennent à Dieu]. »

On n’est pas des créatures désincarnées, on n’est pas juste des « âmes ». On glorifie Dieu avec nos âmes, avec nos esprits, mais aussi avec tout ce qui est en nous. Bénissons le saint nom de Dieu et glorifions-le avec votre corps.

Il y a quelques années, dans le cadre de notre ministère, j’ai reçu un e-mail d’une femme qui travaillait au sein d’une autre organisation chrétienne. Et elle nous disait : « S’il vous plaît, priez pour moi. Je suis très près de tomber dans l’infidélité, bien que j’aie un mari merveilleux. J’ai eu une conduite très inappropriée avec un homme marié. (C’est quelqu’un qui travaillait dans la même organisation chrétienne qu’elle.) Je ne comprends pas ce que j’attends de lui, je sais seulement que je veux m’engager dans une relation avec lui. Votre série sur « La femme insensée » m’a aidée à prendre du recul, mais c’est très fragile. J’ai l’impression de ne plus me contrôler. »

On voit que c’est exactement le contraire de ce que Paul nous dit dans sa première lettre aux Thessaloniciens.

Et vous voyez, il y a quelque chose quand j’ai lu cet e-mail qui m’a profondément bouleversée. J’avais l’impression que cette femme était dans une maison en feu, et qu’elle avait besoin de quelqu’un qui l’aime suffisamment pour la sortir de là. Et j’ai donc tout de suite envoyé un message à l’une de nos collaboratrices, qui répond souvent aux nombreux e-mails qu’on reçoit au bureau et je lui ai dit : « S’il te plait, supplie-la, convainc-la de fuir cette situation ! Satan est en train de lui faire exactement ce qu’il a fait à Ève. Il la trompe, il lui ment, en la persuadant que ce “fruit” est ce qu’elle veut et ce dont elle a besoin. »

Et j’ai dit à cette collaboratrice : « La vérité, c’est que ça va être sa perte. Elle croit que cette relation lui apportera la joie, mais en fait ça va détruire sa vie, ça va détruire son avenir, sa famille, sa relation avec le Seigneur, tout. Aussi difficile que ça puisse être pour elle de faire face à ce mensonge, si elle crie à Dieu pour obtenir sa grâce, il va l’aider. »

Et quelques semaines plus tard, on a reçu un autre e-mail de cette même femme, encore plus désespérée. Elle disait : « Ce matin, je me sens paralysée, j’essaie de faire mon travail (là dans cette organisation chrétienne), et je suis en train de lire les e-mails, que cet homme m’a envoyés ce matin, et je ne sais pas comment fuir cette situation, parce que maintenant on est amoureux l’un de l’autre. »

Elle avait l’impression d’être amoureuse, mais en vérité, ce n’était pas de l’amour, mais c’était du désir. Et ce dont elle avait besoin, c’était du véritable amour pour la libérer du désir adultère.

Finalement j’ai pu lui parler directement au téléphone. Elle sanglotait, elle ne pouvait pas s’arrêter de pleurer. Il s’est avéré qu’elle avait tout un passé d’addiction sexuelle. Il y avait eu des temps meilleurs, des temps de restaurations et puis des rechutes aussi. Elle sanglotait, elle disait : « Je sais que je suis en train de tout détruire. Je suis tellement désespérée. Je veux sortir de là avant que tout explose et que tout le monde découvre qui je suis vraiment. »

Ça faisait des années qu’elle essayait de se libérer de ces péchés et de ces addictions sexuelles. Son mari avait des responsabilités dans leur église et il ignorait tout de la relation qu’elle entretenait sur son lieu de travail. Dans le passé, elle avait elle-même eu l’occasion de conseiller d’autres femmes qui se trouvaient dans des situations similaires.

Bref, pour faire court, Dieu a conduit cette femme dans un époustouflant processus de confession, de repentance et de reconstruction, et il l’a libérée de son esclavage et il a restauré son mariage. Ça fait maintenant une quinzaine d’années à peu près que ça s’est passé, et on correspond toujours de temps en temps. Dieu a fait un travail incroyable dans sa vie. Maintenant il l’utilise cette femme pour aider d’autres personnes qui sont captives de l’immoralité sexuelle.

Vous voyez, l’Évangile c’est un message d’espoir pour tout le monde, tous les gens dont la vie a été brisée, y compris dans le domaine sexuel.

Peut-être que vous avez péché en matière de sexualité. Alors je vous annonce aujourd’hui une bonne nouvelle : l’Évangile peut vous libérer de votre culpabilité et il peut, écoutez bien, restaurer votre vertu. Oui, c’est quelque chose que l’Évangile peut faire, mais l’ennemi ne veut pas que vous le sachiez.

Vous avez peut-être été abusée sexuellement. C’est vous qui avez été victime d’un péché, d’un abus que vous n’avez pas choisi et sur lequel vous n’avez eu aucun contrôle. Je peux vous certifier que l’Évangile a le pouvoir de vous libérer de la honte et de vous apporter la guérison et la restauration dans votre cœur qui a été réduit en miettes à cause de l’abus dont vous avez souffert.

C’est l’Évangile, c’est la bonne nouvelle, dont vous avez besoin.

Que vous soyez mariée ou célibataire, il se peut que vous ayez du mal à vous abstenir de toute relation sexuelle en dehors du mariage.

Vous ressentez peut-être l’attrait, et c’est un attrait qui peut être incroyablement fort, des fantasmes sexuels, de la pornographie, de l’érotisme, de la satisfaction égoïste. Là aussi vous avez besoin de l’Evangile. L’Évangile peut vous donner le désir et le pouvoir de plaire à Dieu et de vivre dans la maîtrise de vous-mêmes et dans l’amour plutôt que dans la convoitise. L’Évangile vous donne le pouvoir de trouver, d’expérimenter une profonde satisfaction dans l’amour du Christ.

Si vous êtes mariée, il se peut que vous ayez du mal à avoir une attitude positive à l’égard de la sexualité, que vous ayez du mal à vous donner à votre conjoint sur le plan sexuel. Il peut y avoir un tas de raisons à ça, des raisons de fond, mais je tiens à vous le dire encore une fois : « Vous avez besoin de l’Évangile. » L’Évangile peut vous communiquer la grâce dont vous avez besoin pour désirer, pour avoir envie de votre conjoint, et pour faire l’expérience de la guérison dans les domaines qui sont perturbés dans votre vie et dans votre mariage.

Maintenant, si vous me le permettez, j’aimerais prendre quelques instants pour partager avec vous une expérience tout à fait personnelle.

Comme la plupart d’entre vous le savez déjà, j’ai été célibataire la majeure partie de ma vie, et pendant toutes ces années, Dieu (par sa grâce, moi je n’ai aucun mérite) m’a donné le désir de lui plaire, et de le rechercher, de cultiver l’intimité avec lui, et de servir son royaume en tant que célibataire.

Dans la Bible, dans le Cantique des Cantiques, au chapitre 8, le verset 4 dit : « Ne réveillez pas, ne réveillez pas l’amour, avant qu’elle ne le veuille. » Moi je connaissais ce verset depuis mon enfance. Ce Cantique des Cantiques c’est un livre étonnant qui nous parle de la beauté et de la magnificence du sexe dans le contexte de l’alliance du mariage, mais à cette jeune femme, il est dit : « Ne réveillez pas l’amour », avant le moment approprié, « avant qu’elle ne le veuille. »

En tant que jeune femme, j’ai donc décidé, par la grâce de Dieu, de ne pas entretenir de désirs sexuels jusqu’à ce que Dieu me montre clairement que c’était le moment qu’il avait fixé, si du moins ce moment arrivait. Je ne vais pas prétendre que ça a été toujours facile. Ce serait un mensonge. Mais je peux témoigner, en me rappelant cette saison de ma vie, que j’ai expérimenté chaque jour, dans chaque situation, une grâce qui était comme faite sur mesure pour moi. 

Vous savez dans le cadre de mon ministère, j’ai côtoyé beaucoup d’hommes, donc il y a eu beaucoup d’occasions où j’aurais pu choisir de satisfaire les désirs de ma nature au lieu de chercher à aimer les autres de la bonne manière. Et je suis sûre que c’est aussi le cas pour certains ou certaines d’entre vous. Ce que je peux dire, c’est que la grâce de Dieu a pourvu d’une manière étonnante à tout ce qu’il me fallait.

Et je peux ajouter que, encore une fois dans sa grâce, Dieu m’a donné de connaître durant cette période un épanouissement incroyable. Bien sûr les sentiments de solitude, de manque, ont été là également de temps à autre. Mais ça a été malgré tout une époque d’épanouissement.

Quand on s’est fiancés, Robert et moi, j’avais cinquante-sept ans… Et le moins qu’on puisse dire, c’est que beaucoup de gens se sont inquiétés de la façon dont j’allais m’adapter dans tous les domaines, y compris celui de l’intimité physique.

J’ai une amie qui est pour moi comme une figure maternelle et le jour de mon mariage, alors que je m’apprêtais à remonter l’allée centrale dans l’église, elle m’a prise à part et elle m’a dit : « Ma chérie, tu sais que je suis une mère, j’aimerais juste te demander : est-ce qu’il y a une question que tu voudrais poser à une mère ? » Je ne vais pas vous raconter maintenant comment s’est déroulée cette conversation, tout ça pour dire que certaines personnes étaient vraiment inquiètes pour moi et se demandaient comment les choses allaient se passer.

Je veux juste vous dire que quand Robert et moi on s’est mariés, une des plus douces bénédictions qu’on ait connues… Là je ne suis pas en train de me poser en modèle, je n’ai aucun mérite, ma seule justice, c’est celle de Christ, je vous raconte simplement les choses telles qu’elles sont.

Mais on a reçu de Dieu un cadeau magnifique quand on est entrés dans ce mariage… Robert avait été marié pendant près de quarante-cinq ans, il avait perdu sa femme, il était veuf. Et moi, je n’avais jamais été mariée. Ma vision du sexe n’avait pas été façonnée par la culture ambiante, mais pendant toutes ces années j’avais été immergée dans la Parole de Dieu jusqu’à en être imprégnée. 

Et ça va peut-être vous faire rire, tellement ça parait étrange, voire impossible, mais mon cadre de référence en matière de sexualité c’était le Cantique des Cantiques. C’est comme ça que je le voyais. Je sais que ça peut paraître fou, mais ça a été un cadeau incroyable quand le moment est venu d’éveiller l’amour, ce moment approprié.

Evidemment vous qui m’écoutez, votre expérience est probablement très différente de la mienne. C’est normal. Chaque situation est unique. Il se peut que vous vous trouviez avec un lourd passé en la matière. Vous avez peut-être besoin dans le domaine sexuel d’une guérison ou d’une restauration profonde. Mais je peux vous dire que par la puissance de Christ et de l’Évangile, vos pensées peuvent être renouvelées par l’Esprit et par la Parole de Dieu pour vous aider à voir la sexualité comme Dieu la voit, et à faire l’expérience dans votre vie sexuelle de ce que Dieu a de meilleur.

J’aimerais tellement que, en particulier mes sœurs chrétiennes, puissent expérimenter la liberté et la joie qu’il y a à célébrer le merveilleux cadeau qu’est le sexe au moment et à l’endroit voulus par Dieu. Vous savez en fait, lors de notre nuit de noces, j’ai donné à mon mari un petit album photo que j’avais fait. En titre j’avais écrit : « Le Cantique des cantiques, pour mon bien-aimé, le jour de notre mariage, le 14 novembre 2015. De tout mon cœur, je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est à moi. » Et puis il y avait le texte du Cantique des Cantiques, que j’avais imprimé, découpé et collé, et en dernière page, il y avait une note dont je ne vous dirai pas les termes, parce qu’elle était pour lui et rien que pour lui !

Mais voilà, Dieu a prévu le sexe pour être un cadeau, un don partagé en son temps et en son lieu par un homme et une femme qui sont unis par l’alliance du mariage. Et j’aimerais tellement que chacune, chacun, arrive à partager la perspective de Dieu sur ce cadeau merveilleux. Que vous soyez célibataire ou que vous soyez marié(e), , je souhaite de tout mon cœur que votre vie sexuelle raconte l’histoire de l’Évangile et qu’elle reflète l’amour de Christ.

Si vous connaissez Dieu, si vous l’aimez et que vous aimez ses voies, vous êtes libre de profiter pleinement de ses dons dans toutes les saisons de votre vie, quels que soient ces dons : le don des relations sexuelles si vous êtes marié, le don de l’abstinence si vous êtes célibataire. Mais j’aimerais qu’on se rappelle que les instructions de Dieu, les limites qu’il nous fixe sont là pour notre joie et pour notre liberté, pour notre paix et pour notre épanouissement. Donc je vous en supplie : que vous soyez marié(e) ou que vous soyez célibataire, ne vous contentez pas de moins que ça ! N’échangez pas les cadeaux de Dieu contre ce qui a beaucoup moins de valeur.

Et je sais que vous qui m’écoutez, vous êtes dans toutes sortes de situations différentes. Il y en a certains, certaines, qui sont étudiant, étudiante, d’autres encore qui sont au lycée. Il y a de jeunes mariés, ou des personnes qui sont mariées depuis très longtemps, il y a des personnes veuves… Il y a des personnes dans toutes les saisons de leur vie. Et à vous toutes, à vous tous, je dis : « Quel que soit le don de Dieu pour vous dans la saison où vous êtes maintenant, ne le troquez pas contre quoi que ce soit d’autre ! Ne vous contentez pas de moins ! »

Récemment, alors que Robert et moi, on allait se coucher un soir, il m’a prise dans ses bras et il a murmuré une prière très courte mais très sincère. C’est une prière qui a tout de suite touché mon cœur, et le lendemain matin, je m’en suis rappelée, et puis je l’ai notée. Il a dit : « Merci, Père, pour le don de l’intimité. Nous t’adorons ensemble. »

C’est de l’adoration. Que vous soyez mariée ou célibataire, le but de Dieu dans tous les domaines de votre vie, c’est que vous fassiez l’expérience de la pureté et de la beauté de l’intimité avec lui, la pureté et la beauté d’être mis à part pour les besoins de son royaume. Et, si Dieu vous fait le cadeau d’être marié(e), que vous puissiez expérimenter dans le contexte de cette alliance, la pureté et la beauté d’être unis l’un à l’autre de corps, d’âme et d’esprit.

Seigneur, nous sommes conscients que le sujet de notre vie sexuelle c’est un peu comme une terre sainte. Et c’est aussi un mystère. Il y a tant de choses qu’on ne comprend pas. Mais je sais que notre vie sexuelle raconte une histoire. Ma prière, c’est que notre sexualité soit éclairée par l’Évangile et qu’elle reflète l’Évangile. Et alors les gens verront combien tes projets, tes desseins sont bons et merveilleux. Seigneur, donne-nous de voir que tu nous as donné ce que tu as de meilleur, et garde-nous de l’échanger contre quoi ce que soit d’autre de moindre valeur.

Père, je te prie en particulier pour mes sœurs, celles qui sont mariées et celles qui sont seules, qu’elles soient veuves, qu’elles soient divorcées, séparées, qu’elles n’aient jamais été mariées, ou quelle que soit leur situation. Je t’en prie, Seigneur, par ta grâce, donne-nous dans chaque saison de notre vie la joie de la pureté sexuelle – que ça signifie l’abstinence ou la pratique d’une belle et d’une bonne sexualité, au moment où toi, tu l’as prévu. Je te prie dans le nom de Jésus. Amen !

Dannah : Quelle douceur et quelle liberté on découvre aujourd’hui à propos de l’intimité ! Et j’aime tellement que nous puissions tous en faire l’expérience ! Si vous êtes célibataire, vous pouvez vivre une profonde intimité avec Jésus-Christ lui-même. Et si vous êtes marié, l’intimité sexuelle avec votre conjoint a elle-aussi pour but de glorifier Dieu.

Et c’est indéniable, nous avons tous d’une manière ou d’une autre manqué la cible, et donc nous avons tous besoin du pardon, de guérison et de la grâce de Dieu. Êtes-vous prêt(e) à recevoir cette libération, à accepter le fait que vos péchés ont été pardonnés, et à dorénavant faire des choix qui honorent le projet de Dieu ? Peut-être que vous hésitez encore. Dans tous les cas je vous invite sincèrement à lire le livre que Nancy DeMoss Wolgemuth a coécrit avec Tim Grissom. Il s’intitule « Retrouver Dieu : la joie d’une foi renouvelée ». Dans ce livre, Nancy nous montre, au travers de la Bible, comment être libérés des péchés et des blessures d’ordre sexuel. Elle nous apprend également à vivre dans l’honnêteté et la pureté par la puissance de l’Esprit de Dieu.

Alors où peut-on trouver ce livre ? Vous pouvez le trouver dans une librairie chrétienne près de chez vous ou alors vous pouvez le commander sur Internet. D’ailleurs tous les renseignements là-dessus sont indiqués sur notre site, Reveillenoscoeurs.com où vous pouvez cliquer sur Ressources, puis sur Livres.

Est-ce que vous savez qu’il y a beaucoup de gens qui cherchent à plaire à Dieu en ne s’appuyant que sur leurs propres forces. Et dans le prochain épisode de cette série de podcasts, on étudiera ensemble comment se reposer entièrement sur la puissance du Saint-Esprit. Je vous donne rendez-vous pour ce prochain épisode de la série « Retrouver Dieu ». À tout bientôt, avec Réveille nos cœurs

 

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version SG21  (sauf spécifié dans le texte).

Réveille nos cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

Quelle que soit la saison de votre vie, Réveille nos cœurs vous encourage à trouver la liberté, la plénitude et à porter du fruit en Christ.

Pour des raisons de confort de langage et de lecture, ces transcriptions peuvent présenter des différences mineures entre ce qui est écrit et ce qui est parlé.

 

Segond 21 © 2007 Société Biblique de Genève.

 

Texte biblique de la version La Bible du Semeur. ™ Copyright © 1992, 1999, 2015 by Biblica, Inc.® Utilisé avec autorisation. Tous droits réservés. 

 

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2022 Réveille Nos Coeurs.