icon-newsletter

Épisode 1 – La clé de la croissance spirituelle

Publié le: 31 Jan 2022

Dannah Gresh : Aimeriez-vous que votre vie porte de plus en plus de fruit spirituel ?

Nancy : Si nous voulons être des personnes efficaces au service du Seigneur, et si nous voulons avoir quelque chose à donner aux autres, nous devons cultiver et maintenir une relation d’amour croissante, vitale et intime avec le Christ. 

Dannah : Comment développer une vie d’intimité journalière avec Dieu ? Par où commencer ? Ou peut-être que vous en avez déjà pris l’habitude mais que ces moments de votre journée sont devenus une sorte de corvée plutôt qu’un bon moment avec Dieu. Alors, comment réveiller, réanimer cela ?

C’est ce que nous allons découvrir au cours des trois épisodes de cette série appelée « Vivre chaque jour l’intimité avec Dieu ». Bienvenue alors à l’écoute de ce podcast de « Réveille Nos Cœurs ».

Nancy : Il y a quelque temps, j’étais l’oratrice d’une conférence qui se déroulait sur un week-end et le premier soir j’ai demandé aux participantes d’écrire sur une petite carte, comment on pourrait prier pour elles. Qu’est-ce qu’elles avaient sur le cœur ? Qu’est-ce qu’elles attendaient de la part de Dieu pendant le weekend ?

Et après la conférence, j’ai emmené les cartes avec moi et j’en ai lu beaucoup. Et j’ai été étonnée de voir qu’elles avaient toutes une sorte de fil rouge. Je vais vous en lire quelques-unes :

« J’ai parfois l’impression de perdre le contrôle avec toutes les pressions que je subis. »

Et il y en a une autre : « Je dois faire face à trop de stress à trop de responsabilités. Je ne m’en sors pas. »

Et une autre encore : « Il faut que Dieu me montre comment gérer le stress en ce moment. »

Vous voyez un petit peu le fil rouge qui se dégage-là ?

Une autre carte encore : « J’ai l’impression d’être tiraillée dans tous les sens. J’aimerais que Dieu m’apprenne à jongler avec mes différentes responsabilités d’épouse, de mère, de fille, d’enseignante et d’avoir, en plus, le temps de servir à l’église…. Sans parler d’avoir un petit peu de temps pour moi ! »

Une autre carte encore qui disait « Il faut que j’arrête de m’inquiéter de tout. J’essaie de ne pas le faire mais c’est plus fort que moi. Et les soucis que je rumine sans arrêt perturbent mon sommeil et mes rêves ! »

Et en voici une autre à laquelle plusieurs d’entre vous vont s’identifier, j’en suis certaine : « Ça fait deux ans que je j’offre mes services à l’église. Je sens que j’ai besoin de ralentir, de me reposer. Mais au lieu de ça, mon emploi du temps devient de plus en plus chargé. »

Et il y a des mères de famille qui pourront s’identifier avec cette carte -là : « Je suis Maman d’un nouveau-né, j’ai tellement besoin de retrouver la paix et le repos dans le Seigneur, physiquement et émotionnellement. »

Et en voici une que j’aurais pu écrire moi-même : « J’ai tellement de choses à faire, qu’à la fin de la journée je réalise souvent que je n’ai pas pu faire les choses auxquelles je tenais le plus. »

Et une autre carte encore écrite au début de cette conférence : « J’ai l’impression d’être partie en laissant un tourbillon à la maison, et j’ai besoin d’un esprit renouvelé pour faire face à tout ce qui m’attendra ces prochaines semaines. »

Et cet autre petit mot encore : « Je veux absolument ralentir. C’est comme si j’étais sur un tapis roulant qui va de plus en plus vite et si j’essaie de sauter je vais me casser la figure. »

Et puis encore une autre : « J’ai besoin d’aide. Je me sens tellement agitée et éreintée. » Est-ce qu’il y en a parmi vous qui nous écoutez qui peuvent s’identifier à ça ? En tous cas c’est mon cas, parce que souvent quand je me regarde dans le miroir, qu’est-ce que je vois ?  Je vois une femme agitée et éreintée.

Et pour finir ces quelques extraits des cartes qui ont été écrites, une situation qu’on a tous vécue de temps en temps peut-être même de façon chronique : « Mes occupations et mes responsabilités m’ont volé ma joie ».

Est-ce qu’il y a quelques-unes de ces cartes qui vous interpellent ? Peut-être que vous vous dites, comme moi j’ai tendance à le faire, que : « Tout va changer quand j’aurai enfin commencé une nouvelle saison dans ma vie. »

 On dit : « Ça ira mieux quand…… » Et puis voilà je vous laisse finir la phrase.

Alors vous qui m’écoutez, si vous êtes plutôt jeune, je peux vous dire que ça ne va pas s’arranger pas avec le temps. Je n’ai pas envie de vous décourager mais… mais c’est vrai.

Vous savez, j’aime tellement lire le récit de la vie de Jésus dans les quatre Évangiles. Chaque fois que je les lis, je demande à Dieu de me faire ressembler de plus en plus à Son Fils.

Mais il y a une chose en particulier qui m’interpelle beaucoup. C’est la façon dont Jésus a pu s’investir pour servir Dieu et les autres, jour après jour, avec d’incroyables obligations, de grandes responsabilités, des listes de choses à faire à n’en plus finir, des demandes, des échéances etc… Et, en dépit de tout cela, on sent que Jésus a un esprit calme, généreux et plein de grâce.

On ne le voit pas s’épuiser ni s’agiter.

On ne le voit pas se démonter ni se décourager.

Lui, il ne donne jamais l’impression d’être sur un tapis de course dont on ne peut pas descendre.

Et ça, ça me travaille, j’y pense très souvent et me pose la question ; « Mais comment il a fait, Jésus ? Comment il a fait ? comment est-ce qu’il a pu maintenir un tel rythme ? Comment est-ce qu’il a pu faire tout ça et rester serein et bienveillant ? Comment il a fait pour tenir le coup ?

Parce que quand même, il s’agit d’une longue liste de choses à faire et une limite de temps pas qui n’est pas du tout évidente parce que Jésus n’a eu qu’un peu plus de trois ans pour accomplir le plan éternel de la Rédemption ! Mais, on ne le voit pas s’énerver être frustré ou désirer que les gens le laissent tranquille pour qu’il puisse un peu se relaxer, se reposer. Et moi, j’ai beaucoup réfléchi au fil des ans parce que, la plupart du temps, c’est un point sur lequel, moi, je ne lui ressemble pas du tout.

Alors on va ouvrir ensemble notre Bible à l’Évangile de Marc, au premier chapitre. C’est un passage qui nous donne un petit aperçu, une sorte de coup d’œil sur une journée parmi tant d’autres dans la vie de Jésus.

Et j’aimerais qu’on se concentre sur le cœur de Jésus ce jour-là et puis on va se poser la question. « Comment est-ce qu’il a fait ? » On va trouver la réponse dans le texte. Le passage nous en donne justement un petit aperçu.

On va commencer avec les versets 21 et 22 : « Ils se rendirent à Capernaüm. Et, le jour du sabbat, Jésus entra d’abord dans la synagogue, et il enseigna. Ils étaient frappés de sa doctrine ; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes. »

J’ai déjà donné ce message de nombreuses fois auparavant, sous une forme ou sous une autre, mais pour cette série de podcasts j’ai pris le temps de demander à Dieu de le rafraîchir ce message, de le personnaliser comme jamais auparavant et de faire naître parmi vous un amour de la Parole de Dieu.

Quand on enseigne la Parole de Dieu, il y a le travail et la discipline de la préparation, on étudie le passage, on prie pour l’onction et l’aide du Saint Esprit. C’est vrai que ça demande beaucoup d’énergie. C’est fatiguant. Et après, il y a l’effort de servir aussi les personnes qui ont été touchées par ces messages.

Et comme beaucoup d’entre vous, je sais ce que c’est de se sentir épuisée, et quand on a tout donné pour nourrir, pour encourager autour de soi ou partager la Parole de Dieu.

Il y en a parmi vous par exemple, qui enseignez vos enfants à la maison. Et vous savez exactement ce que c’est que de toujours donner. Et vous sentez par moment (ou tout le temps !) que vous donnez tout de vous-mêmes.

On continue notre lecture au verset 23 :

« Il se trouva dans leur synagogue un homme qui avait un esprit impur, et qui s’écria : Qu’y a-t-il entre nous et toi, Jésus de Nazareth ? Tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. Jésus le menaça, disant : Tais-toi, et sors de cet homme. Et l’esprit impur sortit de cet homme, en l’agitant avec violence, et en poussant un grand cri. Tous furent saisis de stupéfaction, de sorte qu’ils se demandaient les uns aux autres : Qu’est-ce que ceci ? Une nouvelle doctrine ! Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent ! » (Marc 1.23-27)

Quand on lit ça on peut se dire « Eh bien, moi, je n’ai jamais exorcisé un démon ! Je n’ai pas l’habitude de ce genre de ministère. »

Mais, attendez, si vous êtes enfant de Dieu, on lit dans la lettre aux Éphésiens, chapitre 6 que nous sommes en guerre. Mais on ne lutte pas contre la chair et le sang ! Autant vous dire que votre ennemi ce n’est pas votre conjoint, ce n’est pas votre belle-mère, votre enfant adolescent ou vos petits ou qui que ce soit qui vous exaspère en ce moment !

Non, nous avons un ennemi qui est un ennemi spirituel. On lutte contre des principautés et les pouvoirs du monde des ténèbres dans les lieux célestes. Normalement on ne les voit pas physiquement parlant. Je ne sais même pas si moi-même j’en ai vu de ces esprits malveillants mais je sais que c’est la guerre ! Il y a une bataille cosmique qui se déroule entre le ciel et l’enfer, entre Dieu et Satan.

Alors on sait qui a gagné mais de temps en temps on se trouve pris entre les deux feux. Et quelquefois on n’a même pas besoin de sortir de chez soi pour ressentir ça.

Et je crois qu’une des saisons les plus difficiles dans la vie d’une mère de famille c’est certainement quand les enfants sont tout- petits. Cette maman est souvent épuisée, elle manque de sommeil, et il y a une bataille spirituelle qui est en cours et qui oppose la propre volonté de cette maman, et celle de son enfant. Et parfois c’est aussi une bataille entre votre propre volonté et la volonté de Dieu. Et puis il y a aussi votre lassitude.

Il y a vraiment un combat spirituel en cours et quand on s’engage dans ce combat, c’est vrai que ça nous coûte et que ça nous prend de l’énergie.

Jésus a engagé le combat spirituel et Il a chassé des esprits mauvais. Partout où Il allait, il écrasait l’enfer sous ses pieds. Et aujourd’hui, il travaille au travers de nous, de vous et moi !

Et puis, on lit ensuite au verset 28 : « La renommée de Jésus se répandit aussitôt dans tous les lieux environnants de la Galilée. »

À mon avis, la personne qui désire être célèbre n’a aucune idée de ce que c’est, ni de ce que ça implique… ! En fait, une fois que les gens savent que vous pouvez répondre à leurs besoins, ils vont faire la queue pour obtenir de l’aide auprès de vous. Tout à coup, le nom de Jésus fait la une des journaux de Jérusalem, de la Chronique de Capernaüm etc.…

On peut tout à fait imaginer les gros titres :

« Ancien charpentier exorcise les démons avec une puissance incroyable ! »  Tout le monde suit Jésus et le réclame. Tout le monde veut l’interviewer, tout le monde veut un autographe, tout le monde veut l’inviter comme orateur au prochain événement.

Moi ça ne me stresse rien qu’à imaginer ce que ça a dû être pour Jésus sur un plan humain ! Sa renommée s’étend comme un feu de brousse. Tout le monde désire son intervention. Oui Jésus est Dieu, mais Il est fait de chair humaine. Il n’a pas plus d’heures dans sa journée que vous et moi nous n’en avons dans une journée de vingt-quatre heures. Lui aussi il a besoin de dormir comme il a besoin de boire, de manger. Il a les mêmes besoins humains, physiques et émotionnels que vous et moi. Mais lui, en plus, il est tellement célèbre que tout le monde veut le suivre. Vous avez déjà vécu cela, vous ?

On continue dans notre texte :

« En sortant de la synagogue, ils se rendirent avec Jacques et Jean à la maison de Simon et André où Il logeait ». (Marc 1.29)

Et là vous vous dites : « Ah ! Quelle journée longue, difficile ! Mais, maintenant je vais pouvoir rentrer, fermer la porte, m’allonger sur le sofa, me mettre à l’aise pour regarder les infos… » Vous voyez un petit peu le tableau, hein ? Et pourtant, même là à l’intérieur de la maison, quelqu’un va avoir besoin de lui !

On peut lire ça au verset 30 : « La belle mère de Simon était couchée parce qu’elle avait la fièvre ; et aussitôt on parla d’elle à Jésus. »

Et voilà une personne de plus dans le besoin. Est-ce que ça vous arrive aussi quelquefois de vouloir que tous ces gens qui cherchent votre aide s’en aillent et vous laissent tranquille ? Mais c’est comme si Dieu continuait de les mettre sur votre chemin, juste là, même quand vous êtes fatiguée, même à la fin d’une longue journée passée au service des autres, quelle que soit votre fonction.

Eh bien, regardez ce que Jésus fait. Verset 31 : « S’étant approché, il la fit lever en lui prenant la main » Moi c’est à ces moments-là que j’aurais justement envie de dire : « Mais est-ce que vous seriez d’accord de revenir demain ?» Mais Jésus, lui, il y va et il répond aux besoins de cette femme « Il la fit lever en lui prenant la main, et à l’instant, la fièvre la quitta. » Et puis la belle-mère de Pierre se mit à les servir.

Et voilà, encore de la puissance, de la force, qui sort de Jésus. 

Alors là on se dit :

« Ouf ! Ça y est, tout le monde est à la maison, Tout le monde est guéri. On va pouvoir se détendre, manger ensemble un bon repas et puis se coucher de bonne heure. » N’est-ce pas ? Et bien non, pas moyen !

C’est toujours le même jour, verset 32 « Le soir, après le coucher du soleil on lui amena tous les malades et les démoniaques. Et toute la ville était rassemblée devant la porte. »  Non mais, vous imaginez, c’est le même jour ! Et n’oubliez-pas que c’est le Sabbat, et en principe le jour de repos.… Mais visiblement pas beaucoup de repos pour Jésus

Combien est-ce qu’il y avait d’habitants dans cette ville ? Moi je ne sais pas, mais ça me donne l’impression qu’il y en avait beaucoup, beaucoup, beaucoup. Et rien qu’en lisant le récit, moi je suis épuisée ! Est-ce que ça vous arrive parfois ? Les gens découvrent que vous répondez bien à leurs besoins, que vous leur donnez de bons conseils, que vous expliquez bien la Parole de Dieu… ou bien que vos enfants à vous ne sont pas rebelles…et on veut savoir comment vous vous y prenez.

Ou encore on apprend que vous avez un don pour servir et il y a comme une queue qui est en train de se former avec des gens qui vous disent : « Est-ce que vous seriez d’accord de faire ceci ? », « Est-ce qu’on pourrait vous demander encore de faire ça ? » Vous, les mères de famille, vous qui êtes mamans de tout-petits, ou est-ce que vous allez pour vous éloigner de la foule ? Alors vous allez peut-être me dire : « Oui, oui, il y a un endroit où je vais : c’est la salle de bain… je ferme la porte à clé et là, je respire.

Et c’est là que vous entendez une petite voix…. « Maman ! » Et vous avez juste envie de répondre : « Je ne m’appelle pas « Maman ». Va trouver une autre maman. »

Ça vous arrive, n’est-ce pas ? On est fatiguée, on a juste envie de renvoyer tout le monde, de renvoyer la foule. Je dois certainement ne pas être la seule à ressentir ça parfois. S’il vous plaît, dites-moi que non !

Mais c’est vrai qu’il y a tellement de besoins autour de nous

Toutes ces personnes malades, toutes ces personnes opprimées… ! Et parfois vous avez l’impression que tous les gens qui sont rassemblés à votre porte sont des gens malades, opprimées par des démons. Et vous vous dites : « Mais qu’est-ce qui se passe ? C’est quoi tout ça ? Ils ont tous des méga-problèmes ou quoi ? »

Et je crois que c’est là où il faut remercier Dieu, parce que lui il s’intéresse à tous ces gens. La souffrance l’interpelle. Dieu au travers de Jésus, et Jésus étant Dieu, Jésus en nous …s’intéresse aux personnes malades et à celles qui sont opprimées par des démons qui se rassemblent devant notre porte.

On lit la suite au verset 34 : « Jésus guérit beaucoup de gens qui avaient diverses maladies ; Il chassa aussi beaucoup de démons et il ne permettait pas aux démons de parler parce qu’ils le connaissaient. »

Alors vous comprenez pourquoi je suis tellement interpellée par ce passage ? Parce que ça me fait penser à des situations que je vis très souvent et je me pose la question : Comment est-ce que Jésus réussit à faire tout ça ? Comment est-ce qu’il peut tenir le coup ? Parce que, après tout, il est comme nous, 100% humain.

Alors, vous me direz : « Il est Dieu ! » Mais tout ce qu’il fait, il le fait en tant qu’humain, dans la plénitude et la puissance du Saint-Esprit, pour qu’on sache que nous pouvons nous aussi vivre cette vie-là par sa grâce et par sa vie en nous. Mais parfois, quand on se sent tellement faible, tellement agitée, éreintée, on se dit : « Mais comment Jésus, lui, il y arrive » ?

Eh bien, je crois que nous avons la clé dans le verset suivant, le verset 35 : « Vers le matin pendant qu’il faisait encore très sombre, Jésus se leva et sortit pour aller dans un lieu désert, où il pria. » Ce verset est tellement riche qu’on va s’y attarder un instant. 

Je peux vous dire qu’après avoir passé une journée comme celle que Jésus vient de passer ce jour-là qui était pourtant un jour de Sabbat, …après une longue journée de travail, de courriels, de coups de fil, de réunions, de problèmes à régler et des relations à gérer, ou après un week-end surchargé qui me laisse complètement vidée, laissez-moi vous dire que la dernière chose que j’ai envie de faire le lendemain matin, très tôt, alors qu’il fait encore nuit, c’est de me lever… ! C’est vraiment la dernière chose.

Mais au petit matin Jésus est sorti, il a trouvé un endroit isolé, un lieu de solitude et il a prié. Il s’est éloigné de la foule tôt le matin parce que c’était le seul moment où il pouvait être seul avec Dieu, son Père Céleste, pour être en communion avec lui sur un plan humain, pour recharger ses batteries.

Combien d’appareils vous devez recharger le soir ? Que ce soit un téléphone portable, une tablette, un ordinateur ? Si vous ne rechargez pas vos appareils, ils se vident, n’est-ce pas ?  Un téléphone dont la batterie est vide, il ne vaut pas grand-chose. Eh bien, c’est pareil pour nos batteries spirituelles, elles doivent aussi être rechargées !

Donc on va voir maintenant ce qui recharge nos batteries, dans la vie de Jésus comme dans la nôtre….

D’ailleurs, Jésus ne s’est pas levé trop tôt si on regarde les versets 36 et 37 : parce que « Simon et ceux qui étaient avec lui se mirent à sa recherche : et quand ils l’eurent trouvé, ils lui dirent : Tout le monde te cherche. »

Ça vous rappelle ce qui se passe chez vous quelquefois ? Ou si vous faites partie d’une équipe et qu’on vous annonce encore une fois : « Il y a un problème. Il faut régler ça tout de suite. » Il y a votre chef d’équipe qui vous réclame. Vos enfants qui vous réclament. Tout le monde vous cherche.

Et écoutez ce que Jésus leur répond, je trouve ça très intéressant : « Allons ailleurs, dans les bourgades voisines afin que j’y prêche aussi, car c’est pour cela que je suis sorti. »  (Marc 1.36-37)

Pourquoi quitter la ville maintenant ? La popularité de Jésus est en train de monter en flèche, il a du succès ! Les gens veulent l’entendre prêcher. Vraiment tout baigne et c’est là que Jésus leur dit : « On va partir. » Comment est-ce qu’il a su que c’était le moment de partir ? Parce qu’il venait de passer du temps avec son Père qui lui a dit que c’était le moment de partir.

Le verset 39 continue : « Et il alla prêcher dans les synagogues, par toute la Galilée, et il chassa les démons. »

Un ministère authentique et efficace découle toujours, mais toujours, de la communion et de l’intimité qu’on a avec Dieu. Si nous voulons être des personnes efficaces au service du Seigneur, et si nous voulons avoir quelque chose à donner aux autres, nous devons cultiver et maintenir une relation d’amour croissante, vitale et intime avec le Christ. Dans notre vie, il n’y a pas d’abondance de fruit sans cette union et cette communion avec Christ. 

Et c’est pour ça qu’entretenir une relation intime avec Dieu c’est un sujet qui me tient tellement à cœur, pour ma propre vie, comme pour chacune et chacun d’entre nous. On peut appeler ça comme on veut : « un moment de communion avec Dieu, un moment de culte personnel, un moment de recueillement, un tête-à-tête, appelez-le comme vous voulez. » Ce ne sont pas les termes utilisés qui sont importants, mais c’est la prise de conscience d’un temps à part dans la présence de Dieu dans notre quotidien.

Alors peut-être que vous avez déjà l’habitude de ce moment de communion avec Dieu chaque jour. Ou peut-être que vous l’avez eu par le passé, mais que votre emploi du temps est trop chargé maintenant et que vous avez laissé ça de côté. Peut-être que pour plusieurs d’entre vous qui m’écoutez, l’idée de passer un moment seul avec Dieu c’est quelque chose de complètement nouveau. 

Je ne sais pas du tout où vous en êtes mais, si Dieu parle à votre cœur alors même que vous êtes en train d’écouter ce podcast, j’aimerais vous inviter à vous engager, chaque jour pendant 30 jours, à passer du temps seule avec le Seigneur dans Sa Parole et en prière.

Et vous savez, je crois que cette recherche de communion quotidienne avec Dieu, finalement, quelle qu’en soit la forme. Quelle qu’en soit la durée, c’est le message le plus important que j’ai envie de transmettre autour de moi. Il est certain que ce moment à part avec le Seigneur sera une source de transformation, pour moi comme pour vous, pour le restant de nos jours.

 

Dannah : Nous vous invitons effectivement à passer du temps en « tête à tête avec Dieu », si l’on peut dire. Nous avons donné un nom à ce défi : “30 jours dans la Parole”. Il ne s’agit pas d’une recette miracle, ni de vous dire à quelle heure devrait se passer ce rendez-vous quotidien avec Dieu, ni combien de temps il devrait durer. Non : nous vous invitons simplement à vous engager, chaque jour, pendant les 30 prochains jours, à passer du temps seule avec le Seigneur, dans sa Parole et dans la prière.

Nous nous y engageons nous-mêmes et nous prions que vous nous accompagniez dans ce beau défi de 30 jours.  Pour bénéficier d’une aide concrète, vous pourrez gratuitement télécharger le guide de ce défi sur notre site internet reveillenoscoeurs.com.

Lors du prochain podcast, nous expliquerons pourquoi faire une priorité de ce moment de communion quotidienne avec Dieu, et nous mettrons en évidence les buts de ce rendez-vous essentiel !

A bientôt donc, pour la suite de cette série intitulée « Vivre chaque jour l’intimité avec Dieu » 

 

Tous les extraits de la Bible sont tirés de la version Louis Segond 1910, (sauf mention contraire.)

 

Réveille Nos Cœurs est le ministère francophone de Revive Our Hearts, une initiative de Life Action Ministries avec Nancy DeMoss Wolgemuth.

Avec les voix de Christine Reymond et Jeannette Kossmann.

 

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2022 Réveille Nos Coeurs.