icon-newsletter

La Sainteté dans les petites choses

En grandissant, je suis passée par beaucoup d’étapes différentes. Pendant longtemps, j’ai voulu être professeur. Et puis je voulais être une   artiste. Puis architecte. Puis avocate. Je suis revenue à l’enseignement pendant quelques années, mais seulement jusqu’à ce que je décide de devenir missionnaire en Asie.

Quelques années de plus ont passé, et j’ai fini par devenir une épouse, une maman et une femme au foyer. Et bien qu’apparemment il semble que ma carrière soit toute tracée, il m’arrive quelquefois d’avoir le sentiment de vouloir être quelqu’un d’autre. Un écrivain reconnu, peut-être. Ou le leader d’une organisation.

Bien que ces désirs ne soient pas mauvais en eux-mêmes, ils révèlent le fait que quelque chose de plus important manque dans ma vie : la simple ambition d’être sainte et consacrée.

Un appel commun :

Dieu a appelé son peuple à une myriade de rôles et de responsabilités, de lieux et de positions différents : des mères en banlieue, des enseignants à la campagne, des employés à l’usine, des célibataires qui font du volontariat, des femmes qui écrivent des livres, et ainsi de suite. Et pourtant, malgré cette grande diversité de travaux et de lieux, nous sommes tous appelés à une œuvre commune dans la vie, à savoir l’œuvre de la sainteté.

Certaines choses dans l’Écriture sont plus difficiles à discerner que d’autres, mais l’appel du chrétien à la sainteté est assez clair. Voici un petit échantillon de ce que dit la Bible sur le plan de Dieu pour son peuple :

« Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ ! Dieu nous a choisis avant la création du monde pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. » (Eph. 1 :3-4)

 « Et vous qui étiez autrefois étrangers et ennemis de Dieu par vos pensées et par vos œuvres mauvaises, il vous a maintenant réconciliés par la mort [de son Fils] dans son corps de chair pour vous faire paraître devant lui saints, sans défaut et sans reproche. » (Col. 1, 21-22)

« En effet, Dieu ne nous a pas appelés à l’impureté, mais à la consécration. » (1 Thess. 4 :7)

Tout au long de mon cheminement de chrétienne, je me souviens de moments particuliers où ma vision et mon ambition pour la sainteté se sont développées, et où par désir de ressembler davantage à Christ, j’ai mis de côté des habitudes particulières, des formes de divertissement et d’autres choix de styles de vie.  Souvent, les changements étaient extérieurs – des choses que les autres pouvaient plus facilement remarquer. J’avais l’habitude de faire ceci ou cela, mais j’ai arrêté.

En fait, c’était l’approbation des autres qui me motivait. Parfois, cela me mettait même sous les feux de la rampe, ce qui renforçait encore plus ma motivation – et au passage, faisait « enfler mes chevilles » ! 

Chercher la sainteté dans les petites choses :

Aujourd’hui, alors que ma vie est principalement faite de routines et de tâches de la vie de tous les jours plutôt banales, je commence à comprendre que l’appel de Dieu à la sainteté est aussi un appel à l’humilité. Dieu m’a appelée à être une épouse sainte, une mère sainte et une femme sainte. Ces temps-ci, la recherche de la sainteté dans ces domaines consiste en un millier de petites choses, des choses qui ne seront peut-être vues ou connues que de Dieu et de ceux qui sont dans ma propre maison.

Je veux faire quelque chose de « grand » pour le Seigneur et être un « héros de Dieu » mais la sainteté à laquelle je suis appelée aujourd’hui consiste simplement à mettre de côté mon irritabilité et à répondre à mon bambin avec gentillesse. C’est mettre de côté mon égoïsme pour donner le bain aux garçons après le dîner, afin que mon mari puisse étudier. C’est choisir tranquillement d’être satisfaite lorsque je marche dans un magasin de décoration et que je vois tout ce qui manque à ma maison. C’est de poser mon téléphone et de m’attaquer à la lessive afin de servir ma famille. C’est se lever le matin et tout recommencer.

Tout le monde passe par des moments où l’on se sent insignifiant et invisible. Vous êtes peut-être un étudiant qui vit chez ses parents et qui peine à survivre un trimestre de plus. Vous êtes peut-être une mère d’adolescents qui conduit ses enfants à l’entraînement de football. Ou peut-être vous retrouvez-vous à la maison avec un nouveau-né après avoir laissé derrière vous une carrière prometteuse. 

Au milieu de ces étapes de la vie, recherchons-nous humblement la sainteté dans les petites choses ? Ou bien nos cœurs aspirent-ils seulement aux jours où nous écrirons des livres sur la sainteté, parlerons de la sainteté dans des auditoriums, ou obtiendrons enfin notre diplôme pour pouvoir aller faire quelque chose de spécial ?

Dans notre propre maison :

Dans son livre « La faille dans notre sainteté », Kevin DeYoung écrit : 

La sainteté est le résultat d’un million de petites choses, qu’il s’agisse de s’abstenir d’un petit méfait ou d’une petite manie, de mettre de côté de petits fragments de mondanité et de petits compromis, de mettre à mort les petites inconstances et les petites indiscrétions, de s’appliquer aux petites tâches et aux petites affaires, de travailler dur en vue de petits dons de soi et de petites retenues, de cultiver de petits actes de bienveillance et de patience. (p.157)

En d’autres termes, notre croissance dans la sainteté consiste souvent en un million de petites choses dont personne, à part Dieu, n’aura connaissance. Et rechercher la sainteté dans les toutes petites choses n’est rien d’autre que l’œuvre de la puissante grâce de Dieu dans nos cœurs – des cœurs qui tombent si facilement dans le piège de l’orgueil.

Je me souviens de ce qu’a écrit David : « Je marcherai avec un cœur intègre au milieu des miens. » (Ps. 101 :2) Au milieu des miens ? Eh bien, c’est ennuyeux ! Personne ne va écrire un livre sur la sainteté que j’ai pratiquée au sein de ma famille, derrière des portes closes dans ma propre maison.

Non, il n’y aura pas de livre écrit sur la façon dont j’ai parlé au représentant du service clientèle au téléphone ou comment je me suis réveillée et ai relu ma Bible ou comment j’ai fait un effort pour rejeter les petits actes d’égoïsme envers mon mari. Mais je dois faire ces choses, non pas parce que tout le monde le voit, mais parce que mon Père souverain dans les cieux le voit. Et par sa grâce, il prend ces petits actes d’obéissance quotidiens et produit lentement mais sûrement, le fruit d’une vie consacrée glorifiant le Christ, une sainteté des petites choses.

 

© Revive Our Hearts. Écrit par Tessa Thompson. Traduit et utilisé avec autorisation. 

Texte biblique : Segond 21 © 2007 Société Biblique de Genève

Nous faisons partie de l'organisation internationale Revive Our Hearts aux Etats-Unis.

© 2022 Réveille Nos Coeurs.